1030 épaves roulantes : les experts toujours mobilisés

Publié le par .

LA CFEA (Confédération française des experts automobiles) poursuit l’opération de contrôle des 1 030 véhicules d’occasion mis en circulation illicitement à la suite du scandale révélé au mois de mars dernier. Plus d’un tiers des épaves roulantes n’ont toujours pas été expertisées.

Plus d'un tiers des véhicules de nouveau expertisés ont été déclarés dangereux.
Plus d'un tiers des véhicules de nouveau expertisés ont été déclarés dangereux.

Tous les propriétaires des véhicules d’occasion gravement endommagés ne se sont pas manifestés avant le 21 avril 2017. Pourtant, Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière, avait fait parvenir à 1 030 personnes un courrier les invitant à se rapprocher, avant cette date, de la CFEA pour prendre un rendez-vous avec un expert en automobile.

Le courrier, datant du 31 mars 2017, faisait suite à la révélation d’un nouveau trafic de véhicules potentiellement dangereux mis en circulation alors que la délégation interministérielle soulevait de sérieux doutes quant à la réparation de ces véhicules accidentés. En effet, les VO concernés avaient été contrôlés par un expert automobile officiant dans le Val-de-Marne soupçonné d’avoir validé des réparations non effectuées ou incorrectes.

337 véhicules manquent à l’appel

Depuis le 30 juin dernier, 663 véhicules ont pu être de nouveau expertisés grâce à la mobilisation de la CFEA. Après vérification, 61,6 % d’entre eux ont été déclarés propres à la circulation tandis que 38,4 % ont été classés comme dangereux. Au vu de ces résultats, la confédération poursuit actuellement l’opération auprès du tiers des propriétaires qui ne se sont pas manifestés avant la date butoir. Ces derniers prennent ainsi le risque de rouler avec un véhicule présentant un réel danger en termes de sécurité routière. Une interdiction de circuler sur la voie publique leur a d’ailleurs été notifiée.

Cette nouvelle affaire implique des automobiles mais également des deux-roues et des voiturettes initialement classés économiquement irréparables, contrairement au scandale dit des 5 000 VO. En 2015 déjà, plusieurs milliers d’automobiles sinistrés avaient été victimes d’expertises frauduleuses. Les véhicules, revendus et remis sur la route sans l’accord de leurs propriétaires, avaient dû être contrôlés de nouveau par des experts.

Mots clefs associés à cet article : CFEA, Véhicules d’occasion

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Le véhicule d’occasion moyen : plus cher et moins de décote
    Le véhicule d’occasion moyen : plus cher et moins de décote
  • Le marché de l’occasion toujours en recul
    Le marché de l’occasion toujours en recul
  • Véhicules d’occasion : le digital révèle les disparités par région
    Véhicules d’occasion : le digital révèle les disparités par région
  • Occasion : le bug des cartes grises freine-t-il les ventes ?
    Occasion : le bug des cartes grises freine-t-il les ventes ?
  • Univers VO lance sa première réunion de club
    Univers VO lance sa première réunion de club
  • Le marché de l’occasion se stabilise mais…
    Le marché de l’occasion se stabilise mais…
  • Youpicar propose la revente en ligne
    Youpicar propose la revente en ligne
  • Univers VO devient un Club
    Univers VO devient un Club
  • Autovisual s’allie à Drust
    Autovisual s’allie à Drust
  • Le marché de l’occasion confirme sa chute
    Le marché de l’occasion confirme sa chute
  • Autoviza enrichit son rapport historique des véhicules
    Autoviza enrichit son rapport historique des véhicules
  • Le contrôle technique au service de la prime à la conversion
    Le contrôle technique au service de la prime à la conversion
  • Occasion : Expedicar profite de la digitalisation des transactions
    Occasion : Expedicar profite de la digitalisation des transactions
  • La chute du marché de l’occasion se poursuit
    La chute du marché de l’occasion se poursuit
  • AutoVisual : le big data au service des pro
    AutoVisual : le big data au service des pro

Newsletter
Recherche