Carrosserie : la problématique urgente de l’emploi

Publié le par .

Notre dernière enquête sur les enseignes de carrosserie (à découvrir dans notre numéro de mai) pointe une inquiétude des centrales vis-à-vis du recrutement de carrossiers. Le métier ne séduit plus les jeunes.

Le métier n'attire plus les jeunes, rendant problématiques les remplacements de carrossiers.
Le métier n'attire plus les jeunes, rendant problématiques les remplacements de carrossiers.

Si les réseaux de carrosserie grossissent, une menace pèse sur eux : celle du recrutement du personnel d’atelier. Une pénurie de salariés qui freine le développement des entreprises, tentées d’aller recruter à l’étranger, à commencer par l’Europe de l’Est. Les démissionnaires sont difficilement remplacés, ce qui peut affecter dangereusement le résultat d’un atelier. La succession n’est plus assurée.

Dans son baromètre d’avril 2017, le site Jobintree indiquait que les annonces de recherche de carrossiers étaient celles qui recevaient le moins de réponses, avec seulement 9 CV obtenus par proposition de poste. « Les vocations à devenir carrossier par l’apprentissage sont faibles et même régressent » constate avec regret Stéphane Montagne, responsable d’AD Carrosserie.

Pour ce dernier, c’est toute l’approche du métier qu’il faut repenser, à commencer par le management. « Les jeunes actuels de la génération Y réagissent différemment que par le passé », affirme-t-il. Pour Stéphane Montagne, il faut recréer de l’engouement pour ces métiers en les rendant plus visibles et en les valorisant.

Il est vrai que la baisse de la sinistralité et la pression des assureurs sur les prix font que le métier n’est pas des plus attractifs. Les grilles de salaire sont à revoir à la hausse malgré la difficulté à répercuter ces augmentations sur les factures.

Des CQP carrosserie pourraient être délivrés à des alternants pour renforcer leur niveau, afin qu’ils soient plus attractifs aux yeux des employeurs.

L’apprentissage reste une issue de secours, mais les nouvelles mesures gouvernementales à ce sujet ne payeront pas avant quelques années. Une mise à niveau des conseillers d’orientation est sans doute aussi à faire en leur expliquant que le métier a changé et qu’il s’est modernisé avec de meilleures conditions de travail. Des CQP carrosserie pourraient être délivrés à des alternants pour renforcer leur niveau afin qu’ils soient plus attractifs aux yeux des employeurs.

« Ce manque de personnel est une catastrophe » atteste Alain Bessin, responsable de l’enseigne Five Star. Le dirigeant fera de cette carence un thème central lors de sa prochaine convention, en juin.

Dans la même rubrique :

  • Mirka : deux nouvelles gammes d’abrasifs
    Mirka : deux nouvelles gammes d’abrasifs
  • Dent Wizard renforce son maillage
    Dent Wizard renforce son maillage
  • La BPI investit sur les Affranchis !
    La BPI investit sur les Affranchis !
  • Axial prépare son congrès
    Axial prépare son congrès
  • Five Star, un congrès sous le signe des Adas
    Five Star, un congrès sous le signe des Adas
  • Prestation express : Five Star contre Carglass avec Repair Zen
    Prestation express : Five Star contre Carglass avec Repair Zen
  • Five Star signe un partenariat pièces et services avec le réseau Opel
    Five Star signe un partenariat pièces et services avec le réseau Opel
  • Carflex, l’alternative aux réseaux
    Carflex, l’alternative aux réseaux
  • Symach à la conquête du marché Français avec Jean-Claude Bartnicki
    Symach à la conquête du marché Français avec Jean-Claude Bartnicki
  • Five Star : 25 ans fêtés sur les sommets
    Five Star : 25 ans fêtés sur les sommets
  • Le coût de la réparation-collision a augmenté de 3,9 % au premier trimestre
    Le coût de la réparation-collision a augmenté de 3,9 % au premier trimestre
  • Fix Auto et Würth signent un partenariat
    Fix Auto et Würth signent un partenariat
  • La FFC conserve son président
    La FFC conserve son président
  • Five Star au plus près des flottes
    Five Star au plus près des flottes
  • Un carrossier réclame 400 000 euros à Nobilas devant le tribunal
    Un carrossier réclame 400 000 euros à Nobilas devant le tribunal

Newsletter
Recherche