Connectivité : des conducteurs divisés

Publié le par .

Utile ou intrusive ? Pratique ou dangereuse ? L’opinion des conducteurs au sujet de la connectivité automobile est loin de faire l’unanimité.

L’opinion des conducteurs au sujet de la connectivité automobile est loin de faire l’unanimité.
L’opinion des conducteurs au sujet de la connectivité automobile est loin de faire l’unanimité.

Le véhicule connecté voudrait réinventer les services après-vente. Mais qu’en pensent vraiment les conducteurs ? Pour le savoir, le cabinet TCG Conseil a mené une étude auprès de 1 700 automobilistes.

Il en ressort que 11,5 % d’entre eux possèdent un véhicule connecté (dont 50 % de systèmes eCall) et que 37 % des sondés se disent intéressés par cette connectivité.

Sur l’ensemble des automobilistes connectés, seule la moitié utilise réellement les services. L’autre moitié estime cette connectivité onéreuse, compliquée ou ne s’y intéresse tout simplement pas. Notons au passage que seuls 50 % des conducteurs, à l’automobile connectée ont signé un document autorisant la libre utilisation des données collectées !

Les sondés non équipés d’un véhicule connecté évoquent le réseau constructeur comme le prestataire envers lequel ils auraient le plus confiance pour l’installation d’un boîtier communicant, devant les MRA. Pourtant, à ce jour, ces derniers ont installé 33 % des solutions en rétrofit (essentiellement des dongles OBD), contre 30 % pour les réseaux constructeurs.

La majorité des conducteurs souhaite pouvoir gérer les données elle-même

En cas de problème détecté par le véhicule et transmis à un réparateur, 70 % des conducteurs se rendraient chez ce dernier pour résoudre le problème. Les 30 % restants font preuve de réticence à aller dans le garage à l’origine de l’alerte pour des questions de liberté de choix et de peur de payer le prix fort.

La majorité des conducteurs souhaite pouvoir gérer les données elle-même, mais c’est le constructeur qui apparaît comme le tiers le plus digne de confiance dans la gestion des données, devant son réseau, puis les assisteurs et les réparateurs indépendants. Arrivent en bas de classement les assureurs et les opérateurs non automobiles.

Si à l’usage les services connectés (infos véhicules, relation avec l’atelier, suivi technique, assurance et sécurité) sont plutôt bien jugés (avec des notes de satisfaction autour de 4 sur 5), seuls 58 % des conducteurs (notamment les jeunes) sont prêts à payer pour cela. Ils consentiraient alors à débourser en moyenne 185 euros pour le système de connectivité et 15 euros par mois pour s’abonner aux services.

Top 5 des « + » perçus de la connectivité :
1 – accès en temps réel de l’état du véhicule ;
2 – amélioration de la sécurité ;
3 – meilleure maîtrise des coûts de maintenance ;
4 – meilleure anticipation de la maintenance ;
5 – gain de temps à l’atelier.

Top 5 des « – » perçus de la connectivité :
1 – réception de publicités non ciblées ;
2 – utilisation opaque des données ;
3 – paiement pour des services peu utiles ;
4 – caractère intrusif du dispositif ;
5 – accès par des tiers aux données personnelles (localisation, trajets, habitudes…).

Mots clefs associés à cet article : TCG Conseil, Connectivité

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • GarageScore toujours plus performant dans la sauvegarde des clients
    GarageScore toujours plus performant dans la sauvegarde des clients
  • Le CNPA en campagne pour un entretien éco-responsable
    Le CNPA en campagne pour un entretien éco-responsable
  • DriveQuant au service de l’entretien prédictif
    DriveQuant au service de l’entretien prédictif
  • Feedback Energie se lance dans la pose de bornes de recharge
    Feedback Energie se lance dans la pose de bornes de recharge
  • Emplois : la bonne dynamique du secteur
    Emplois : la bonne dynamique du secteur
  • [video] Salon Rétromobile 2019
    [video] Salon Rétromobile 2019
  • Le Salon automobile de Lyon s’annonce
    Le Salon automobile de Lyon s’annonce
  • Les voyants au vert pour l’essence bio
    Les voyants au vert pour l’essence bio
  • 76 % des actifs français vont travailler en voiture
    76 % des actifs français vont travailler en voiture
  • Le site en ligne First Class fait peau neuve
    Le site en ligne First Class fait peau neuve
  • Tchek automatise l’inspection automobile
    Tchek automatise l’inspection automobile
  • L’éditeur ETAI de retour à Rétromobile
    L’éditeur ETAI de retour à Rétromobile
  • Fernando Lopez nommé directeur général du GiPA
    Fernando Lopez nommé directeur général du GiPA
  • 76 % des Français utilisent la voiture dans le cadre professionnel
    76 % des Français utilisent la voiture dans le cadre professionnel
  • Bioéthanol : Flexfuel décroche de nouvelles homologations
    Bioéthanol : Flexfuel décroche de nouvelles homologations

Newsletter
Recherche