Contrôle Technique : le coup de massue

Publié le par .

En repoussant de manière inattendue la mise en application du renforcement pollution du contrôle technique, le gouvernement vient de mettre en coup de massue sur la tête de la filière après-vente.

Les réactions se multiplient suite à l'annonce par le Gouvernement du report de l'entrée en vigueur du renforcement pollution du contrôle technique.
Les réactions se multiplient suite à l'annonce par le Gouvernement du report de l'entrée en vigueur du renforcement pollution du contrôle technique.

Face à la colère des français « qui ont du mal à joindre les deux bouts », le Premier Ministre Édouard Philippe a annoncé hier, avec surprise, le report de six mois du renforcement du contrôle technique qui devait entrer en vigueur le premier janvier prochain. Pour rappel ce durcissement portait sur un contrôle plus poussé du niveau des émissions des gaz d’échappement. Il devait faire suite à un premier tour de vis opéré en mai dernier.

« J’ai entendu l’inquiétude des Français sur les modalités du contrôle technique qui le complique et le rende plus cher. Je suspends cette mesure pour une durée de six mois pour trouver les justes adaptations » a déclaré le chef du gouvernement. Ce ne sont donc pas les conséquences du renforcement des contrôles que met en avant Édouard Philippe mais la hausse du prix des contrôles. Mais peu importe, cette mesure inattendue est un coup dur pour le marché de l’après-vente. A commencer par les contrôleurs qui ont investi dans l’équipement nécessaire pour répondre à la nouvelle réglementation et qui seront peu enclin à ne pas hausser le prix de leur prestation.

Le coup de massue l’est aussi pour la filière de la maintenance (équipementiers distributeurs et réparateurs) qui misait énormément sur ce contrôle pollution renforcé pour proposer de nouveaux services de dépollution moteur. Rien que du côté de Autodistribution on tablait sur 200 000 entrées ateliers par an pour un chiffre d’affaires de 23 millions d’euros.

Les experts en automobile ont démontré que le taux de contre-visites portant sur la pollution aurait été multiplié par 5 avec cette nouvelle réglementation. C’est ainsi plus de 2 millions de véhicules qui auraient pu être refoulés par an par le contrôle technique parce que émettant plus de particules qu’ils ne devraient. Autant de véhicules qui auraient pu faire l’objet d’un décalaminage dans un atelier.

Pour la FNA : « Cette évolution doit être maintenue, elle ne vise pas à durcir le contrôle technique, mais à le rendre plus efficace. Le parc automobile français actuel est vieillissant et les contrôles environnementaux quasi inexistants ; l’abaissement des seuils de pollution est une absolue nécessité pour maintenir un parc sain. »

Autre réaction celle du CNPA qui pointe le mépris du Gouvernement : « ce moratoire intervient sans aucune concertation avec les professionnels. Ces derniers ont pourtant largement été mis à contribution, autant en investissement qu’en formation, de façon à être opérationnels dès le 1er janvier. Au 1er décembre 2018, plus de 3000 centres de contrôle technique ont déjà réalisé les investissements nécessaires soit par une mise à jour de leur matériel, soit par l’achat d’un nouvel opacimètre, pour des dépenses engendrées allant de 1 000 à 8 000€ ».

Dans la même rubrique :

  • GarageScore toujours plus performant dans la sauvegarde des clients
    GarageScore toujours plus performant dans la sauvegarde des clients
  • Le CNPA en campagne pour un entretien éco-responsable
    Le CNPA en campagne pour un entretien éco-responsable
  • DriveQuant au service de l’entretien prédictif
    DriveQuant au service de l’entretien prédictif
  • Feedback Energie se lance dans la pose de bornes de recharge
    Feedback Energie se lance dans la pose de bornes de recharge
  • Emplois : la bonne dynamique du secteur
    Emplois : la bonne dynamique du secteur
  • [video] Salon Rétromobile 2019
    [video] Salon Rétromobile 2019
  • Le Salon automobile de Lyon s’annonce
    Le Salon automobile de Lyon s’annonce
  • Les voyants au vert pour l’essence bio
    Les voyants au vert pour l’essence bio
  • 76 % des actifs français vont travailler en voiture
    76 % des actifs français vont travailler en voiture
  • Le site en ligne First Class fait peau neuve
    Le site en ligne First Class fait peau neuve
  • Tchek automatise l’inspection automobile
    Tchek automatise l’inspection automobile
  • L’éditeur ETAI de retour à Rétromobile
    L’éditeur ETAI de retour à Rétromobile
  • Fernando Lopez nommé directeur général du GiPA
    Fernando Lopez nommé directeur général du GiPA
  • 76 % des Français utilisent la voiture dans le cadre professionnel
    76 % des Français utilisent la voiture dans le cadre professionnel
  • Bioéthanol : Flexfuel décroche de nouvelles homologations
    Bioéthanol : Flexfuel décroche de nouvelles homologations

Newsletter
Recherche