Ford lance un moteur trois cylindres avec désactivation de piston

Publié le par .

Ford dotera en 2018 son moteur essence 1,0 litre EcoBoost trois cylindres d’un système de désactivation de cylindre. Une première mondiale.

Ford lance un moteur trois cylindres avec désactivation de piston

Le moteur essence 1,0 litre EcoBoost de Ford intégrera en 2018 une nouvelle technologie de désactivation de cylindre qui va réduire encore davantage ses émissions de CO2. Elle sera en mesure de couper automatiquement l’arrivée de carburant et le fonctionnement des soupapes du cylindre n°1 lorsque la pleine capacité du moteur n’est pas nécessaire.

Une désactivation imperceptible

La technologie mise au point par les motoristes de chez Ford, en partenariat avec l’équipementier Schaeffler, peut désengager ou réengager le cylindre en 14 millisecondes de manière imperceptible pour le conducteur en termes d’agrément et de performance. Un nouveau volant bi-masse et un disque d’embrayage amortissant les vibrations aident à neutraliser les oscillations du moteur lors du fonctionnement sur deux cylindres, en particulier à bas régime.

Ce dispositif de désactivation de cylindre peut fonctionner à des vitesses de rotation allant jusqu’à 4 500 tr/min. Il utilise la pression d’huile moteur pour activer via une vanne un culbuteur spécial et interrompre la connexion entre l’arbre à cames et les soupapes du cylindre n°1.

Un nouveau module d’arbre à cames monobloc libère de l’espace à l’intérieur de la culasse pour accueillir les nouveaux composants. Les soupapes d’admission et d’échappement sont fermées lorsque le système est actif, et piègent ainsi les gaz pour fournir un effet ressort - qui aide à équilibrer les forces à travers les trois cylindres pour plus de raffinement - et qui permet de conserver les températures à l’intérieur du cylindre pour maintenir l’efficacité énergétique lorsque le cylindre est réactivé. Le calculateur moteur détermine le moment optimal pour désactiver le cylindre en fonction de facteurs clés tels que la vitesse, la position de l’accélérateur et la charge du moteur.

Un gain de rendement de 6 %

Nos recherches montrent que dans la plupart des scénarios de conduite, le système sera actif pendant quelques secondes. Une opération rapide et sans heurts qui pourrait améliorer l’efficacité énergétique jusqu’à 6%” détaille Denis Gorman, ingénieur Groupe motopropulseur chez Ford Europe

Mots clefs associés à cet article : Ford

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Bosch et Daimler partenaires pour la conduite automatisée
    Bosch et Daimler partenaires pour la conduite automatisée
  • Gulplug et son Selfplug distinguée par l’Ademe
    Gulplug et son Selfplug distinguée par l’Ademe
  • ZF et son système sMotion lissent la route
    ZF et son système sMotion lissent la route
  • ZF développe un renfort de traction électrique
    ZF développe un renfort de traction électrique
  • Stratasys partenaire d’Audi pour la conception des feux arrière
    Stratasys partenaire d’Audi pour la conception des feux arrière
  • Federal-Mogul lance une nouvelle technologie de segment de piston
    Federal-Mogul lance une nouvelle technologie de segment de piston
  • L’hydrogène oui, mais pas pour tout de suite
    L’hydrogène oui, mais pas pour tout de suite
  • Volkswagen explore le gaz naturel
    Volkswagen explore le gaz naturel
  • Ford accompagne les malvoyants
    Ford accompagne les malvoyants
  • Nauto : la conduite sous haute surveillance
    Nauto : la conduite sous haute surveillance
  • Schaeffler se projette dans l’avenir avec le 48 volts
    Schaeffler se projette dans l’avenir avec le 48 volts
  • Bosch et e.GO s’accordent sur un service de voiturier automatique
    Bosch et e.GO s’accordent sur un service de voiturier automatique
  • [Vidéo] Nexteer paré pour la conduite autonome
    [Vidéo] Nexteer paré pour la conduite autonome
  • Brevets : l’automobile toujours en tête de l’innovation
    Brevets : l’automobile toujours en tête de l’innovation
  • BASF souhaite mieux maîtriser la densité de la mousse des volants
    BASF souhaite mieux maîtriser la densité de la mousse des volants

Newsletter
Recherche