Intentions d’achat : les thermiques déclinent

Publié le par .

Le groupe Argus dévoile les résultats de son baromètre Énergies. L’édition 2018 montre un désintérêt continu pour le diesel, mais pas forcément au profit de l’essence.

Les moteurs thermiques affichent une perte d'intérêt au profit des motorisations alternatives.
Les moteurs thermiques affichent une perte d'intérêt au profit des motorisations alternatives.

Le diesel est de plus en plus délaissé si l’on se réfère aux intentions d’achat des automobilistes. C’est justement l’objet de l’étude menée par le groupe Argus. Ce dernier dévoile en effet l’édition 2018 de son baromètres Énergies, qui montre les tendances en matière de motorisation. Menée auprès de 1 450 automobilistes en début d’année, l’étude révèle notamment une baisse des intentions d’achat de VO diesel à hauteur de 6 points en un an. Désormais, seuls 24 % des acheteurs prévoient de s’équiper avec cette motorisation contre 30 % l’année dernière. D’après l’étude, les automobilistes « gros rouleurs » constituent essentiellement les résistants du diesel.

L’essence également délaissée

Mais si le diesel perd en attractivité, ce n’est pas forcément au profit de l’essence. Le baromètre indique en effet une perte d’intérêt pour cette motorisation avec seulement 34 % d’intentions d’achat contre 39 % en 2017. En revanche, les véhicules hybrides gagnent 1 point par rapport à l’année dernière, atteignant 23 % des intentions d’achat. Bien qu’il constitue encore une petite partie du parc roulant (moins de 100 000 véhicules), l’électrique est de plus en plus prisé… du moins dans les intentions. Ainsi, 10 % des automobilistes interrogés envisagent de s’équiper en VE contre 6 % en 2017.

Encore faut-il que ces derniers passent le cap. Selon l’Observatoire Cetelem, 91 % des Français perçoivent le véhicule électrique comme plus cher à l’achat qu’un véhicule thermique. Et 73 % des sondés (3 000 personnes) considèrent que la possession d’un électrique, incluant son entretien, est plus onéreuse que celle d’un véhicule thermique. Enfin 75 % des répondants estiment que le nombre de bornes de recharge est insuffisant.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Étude

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • SGS souhaite s’imposer sur le SIV
    SGS souhaite s’imposer sur le SIV
  • S.A.V : l’horizon s’éclaircit pour les réseaux de marque
    S.A.V : l’horizon s’éclaircit pour les réseaux de marque
  • [infographie] Les carrossiers montrent l’exemple en matière d’accueil téléphonique
    [infographie] Les carrossiers montrent l’exemple en matière d’accueil téléphonique
  •  Auto C.R.F. se dote d’un nouveau site en ligne
    Auto C.R.F. se dote d’un nouveau site en ligne
  • Rétrofit électrique, un possible débouché ?
    Rétrofit électrique, un possible débouché ?
  • Véhicule électrique : 1 borne pour 6 véhicules
    Véhicule électrique : 1 borne pour 6 véhicules
  • État des lieux : WeProov lance un portique intelligent
    État des lieux : WeProov lance un portique intelligent
  • AAA Data anticipe les achats des flottes
    AAA Data anticipe les achats des flottes
  • Autodata publie son palmarès des entrées en atelier
    Autodata publie son palmarès des entrées en atelier
  • Contrôle technique : le CNPA mettra en place une plate-forme d’information des consommateurs
    Contrôle technique : le CNPA mettra en place une plate-forme d’information des consommateurs
  • Le GNFA s’installe dans son nouveau siège
    Le GNFA s’installe dans son nouveau siège
  • L’Automobile Club de France à la recherche de start-up innovantes
    L’Automobile Club de France à la recherche de start-up innovantes
  • Texaco facilite encore plus l’accès à l’analyse d’huile
    Texaco facilite encore plus l’accès à l’analyse d’huile
  • 9 premiers mois 2018 profitables pour la filière indépendante
    9 premiers mois 2018 profitables pour la filière indépendante
  • Nouvelle direction chez CarGarantie
    Nouvelle direction chez CarGarantie

Newsletter
Recherche