Intentions d’achat : les thermiques déclinent

Publié le par .

Le groupe Argus dévoile les résultats de son baromètre Énergies. L’édition 2018 montre un désintérêt continu pour le diesel, mais pas forcément au profit de l’essence.

Les moteurs thermiques affichent une perte d'intérêt au profit des motorisations alternatives.
Les moteurs thermiques affichent une perte d'intérêt au profit des motorisations alternatives.

Le diesel est de plus en plus délaissé si l’on se réfère aux intentions d’achat des automobilistes. C’est justement l’objet de l’étude menée par le groupe Argus. Ce dernier dévoile en effet l’édition 2018 de son baromètres Énergies, qui montre les tendances en matière de motorisation. Menée auprès de 1 450 automobilistes en début d’année, l’étude révèle notamment une baisse des intentions d’achat de VO diesel à hauteur de 6 points en un an. Désormais, seuls 24 % des acheteurs prévoient de s’équiper avec cette motorisation contre 30 % l’année dernière. D’après l’étude, les automobilistes « gros rouleurs » constituent essentiellement les résistants du diesel.

L’essence également délaissée

Mais si le diesel perd en attractivité, ce n’est pas forcément au profit de l’essence. Le baromètre indique en effet une perte d’intérêt pour cette motorisation avec seulement 34 % d’intentions d’achat contre 39 % en 2017. En revanche, les véhicules hybrides gagnent 1 point par rapport à l’année dernière, atteignant 23 % des intentions d’achat. Bien qu’il constitue encore une petite partie du parc roulant (moins de 100 000 véhicules), l’électrique est de plus en plus prisé… du moins dans les intentions. Ainsi, 10 % des automobilistes interrogés envisagent de s’équiper en VE contre 6 % en 2017.

Encore faut-il que ces derniers passent le cap. Selon l’Observatoire Cetelem, 91 % des Français perçoivent le véhicule électrique comme plus cher à l’achat qu’un véhicule thermique. Et 73 % des sondés (3 000 personnes) considèrent que la possession d’un électrique, incluant son entretien, est plus onéreuse que celle d’un véhicule thermique. Enfin 75 % des répondants estiment que le nombre de bornes de recharge est insuffisant.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Étude

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Autoeco se colle au « décret 5 flux »
    Autoeco se colle au « décret 5 flux »
  • KG Protech forme les techniciens à distance
    KG Protech forme les techniciens à distance
  •  Claude Cham nouveau président de la Fiev
    Claude Cham nouveau président de la Fiev
  • [Vidéo] Au sommaire du Décision Atelier de mars 2019
    [Vidéo] Au sommaire du Décision Atelier de mars 2019
  • WeProov adapte sa solution aux gestionnaires de flotte
    WeProov adapte sa solution aux gestionnaires de flotte
  • ETAI Iberica expose à Motortec Automechanika
    ETAI Iberica expose à Motortec Automechanika
  • Stéphane Rivière est le nouveau président de l’Anfa
    Stéphane Rivière est le nouveau président de l’Anfa
  • Attention aux fluides frigorigènes non réglementaires
    Attention aux fluides frigorigènes non réglementaires
  • + 36% de véhicules électriques en février 2019
    + 36% de véhicules électriques en février 2019
  • Solware Auto va développer son DMS Winmotor Next en Europe
    Solware Auto va développer son DMS Winmotor Next en Europe
  • L’Apam plaide pour une mobilité abordable, pérenne et équitable
    L’Apam plaide pour une mobilité abordable, pérenne et équitable
  • Flexfuel confirme sa troisième homologation
    Flexfuel confirme sa troisième homologation
  • L’éco-maintenance s’invite dans les ateliers
    L’éco-maintenance s’invite dans les ateliers
  • Daf Conseil forme à la dépollution moteur
    Daf Conseil forme à la dépollution moteur
  • Le projet Lowbrasys propose un freinage propre
    Le projet Lowbrasys propose un freinage propre

Newsletter
Recherche