L’essence davantage plébiscité en occasion

Publié le par .

Alors que le marché de l’occasion affiche des baisses consécutives depuis deux mois, Vincent Hancart d’Autoscout24 explique la diminution par l’écart entre la demande et l’offre de véhicule essence.

Le diesel est en perte de vitesse sur le marché de l'occasion.
Le diesel est en perte de vitesse sur le marché de l'occasion.

Si les chiffres de février ne sont pas encore comptabilisés, l’on relève tout de même plusieurs mois de baisses consécutives sur le marché du véhicule d’occasion. Le marché a connu une dégringolade des transactions en décembre, suivi d’un mois de janvier toujours en diminution. « Ça arrive qu’il y ait des diminutions mais généralement, elles ne se confirment pas le mois suivant  » explique Vincent Hancart, directeur général d’Autoscout24.

En effet le site de vente en ligne publie chaque mois un baromètre du marché VO et souligne cette perte de vitesse. Et d’ajouter : « Même si 2016 et 2017 ont été de bonnes années en terme de changements de main, nous avons relevé un coup d’arrêt assez important ces trois derniers mois. Il y a eu une perte de volume assez significative et plus importante que d’habitude, les variations de l’ordre de 10 % ».

Une offre et une demande en inadéquation

Selon le spécialiste de la vente en ligne de VO, il y a un basculement des demandes en termes d’énergie. Pour la France et via son site, Autoscout24 relève que 78 % des annonces mises en ligne sont des véhicules diesel tandis que seules 51 % des recherches concernent ce type de motorisation. Les ventes effectives, elles, sont de l’ordre de 64 %. En clair, il y a moins de demande que d’offre diesel. Et même si une partie des acheteurs, qui ne l’avaient pas prévu au départ, se reportent sur le diesel, une autre portion repoussent leur achat le temps de trouver une offre conforme à leur souhait.

En outre, les motorisations essence sont plus plébiscitées qu’auparavant. Elles concernent plus de 46 % des acheteurs potentiels de la plate-forme en ligne. « Actuellement le marché de l’occasion n’est pas prêt à rencontrer cette nouvelle demande car les véhicules ne sont pas en stock. C’est cette transition qui donne un coup de frein au volume  » analyse Vincent Hancart.

Néanmoins ce dernier considère que l’année 2018 sera tout de même prolifique malgré cette une période transitoire. D’autant plus que la prime à la conversion, effective depuis le 1er janvier 2018, pourrait rebooster le marché, le temps que les acheteurs prennent connaissance de celle-ci. En effet, les automobilistes peuvent bénéficier de 1000 euros (à 2000 euros pour les personnes non-imposables) pour l’achat d’un véhicule moins polluant.

Mots clefs associés à cet article : Véhicules d’occasion, Étude

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Youpicar propose la revente en ligne
    Youpicar propose la revente en ligne
  • Univers VO devient un Club
    Univers VO devient un Club
  • Autovisual s’allie à Drust
    Autovisual s’allie à Drust
  • Le marché de l’occasion confirme sa chute
    Le marché de l’occasion confirme sa chute
  • Autoviza enrichit son rapport historique des véhicules
    Autoviza enrichit son rapport historique des véhicules
  • Le contrôle technique au service de la prime à la conversion
    Le contrôle technique au service de la prime à la conversion
  • Occasion : Expedicar profite de la digitalisation des transactions
    Occasion : Expedicar profite de la digitalisation des transactions
  • La chute du marché de l’occasion se poursuit
    La chute du marché de l’occasion se poursuit
  • AutoVisual : le big data au service des pro
    AutoVisual : le big data au service des pro
  • Kyump se déploie à Lille
    Kyump se déploie à Lille
  • Prime à la conversion : AutoVisual liste les véhicules éligibles
    Prime à la conversion : AutoVisual liste les véhicules éligibles
  • Mon Spécialiste Auto veut doubler ses effectifs de mécaniciens indépendants
    Mon Spécialiste Auto veut doubler ses effectifs de mécaniciens indépendants
  • Vente de véhicules d’exception : CarJager compte sur les garagistes
    Vente de véhicules d’exception : CarJager compte sur les garagistes
  • Mauvais temps pour les véhicules d’occasion
    Mauvais temps pour les véhicules d’occasion
  • Aramisauto  a vendu 36 000 véhicules en 2017
    Aramisauto a vendu 36 000 véhicules en 2017

Newsletter
Recherche