L’hydrogène : la piste oubliée de la transition énergétique

Publié le par .

Une étude dévoilée par l’Hydrogen Council démontre pour la première fois la part potentielle de l’hydrogène dans la transition énergétique et l’objectif de réduction des émissions de CO2 d’ici à 2050.

L'hydrogène apparaît comme l'une des pistes incontournables pour maintenir le réchauffement climatique à 2 °C d'ici à 2050.
L'hydrogène apparaît comme l'une des pistes incontournables pour maintenir le réchauffement climatique à 2 °C d'ici à 2050.

Cette étude intitulée Hydrogen, Scaling up présente une feuille de route exhaustive et quantifiée du déploiement de l’hydrogène et de ses répercussions potentielles sur la transition énergétique. À grande échelle, il pourrait représenter près d’un cinquième de la consommation énergétique mondiale à l’horizon 2050. Ceci réduirait les émissions annuelles de CO2 d’environ 6 gigatonnes par rapport au niveau actuel, soit approximativement 20 % de la baisse requise pour limiter le réchauffement climatique à 2 °C.

S’agissant de la demande énergétique, l’hydrogène pourrait alimenter 10 à 15 millions de voitures et 500 000 poids lourds d’ici à 2030. Mais les applications seraient également nombreuses dans d’autres secteurs, tels que la production industrielle et de matières premières, la production et le stockage d’électricité, ou encore l’alimentation électrique et le chauffage des bâtiments. Selon les projections de cette étude, la demande annuelle d’hydrogène pourrait être multipliée par dix d’ici à 2050, représentant près de 80 milliards de milliards de joules et assurant 18 % de la demande énergétique totale selon le scénario des 2 °C maximum pour 2050.

Dans un contexte où l’accroissement de la population mondiale est estimé à deux milliards de personnes à cette même échéance, les technologies hydrogène offrent des opportunités de croissance économique durable. Ce développement à grande échelle exigera de gros investissements : 17 à 21 milliards d’euros par an, soit un total d’environ 240 milliards d’euros d’ici à 2030. En supposant un cadre réglementaire adéquat – notamment une coordination stable à long terme et des politiques d’incitation –, le rapport considère qu’il est possible d’attirer ces investissements afin de généraliser la technologie. Le monde investit déjà près de 1 460 milliards d’euros dans les énergies chaque année, dont environ 560 milliards dans le pétrole et le gaz, 260 milliards dans l’électricité renouvelable et plus de 260 milliards dans l’industrie automobile.

« Cette étude confirme la place centrale de l’hydrogène dans la transition énergétique et nous encourage à favoriser son déploiement à grande échelle. L’hydrogène sera un facteur incontournable de cette transition dans certains secteurs d’activité et certaines régions du monde. Plus vite nous mettrons cette technologie en œuvre, plus vite nous profiterons de ses retombées indispensables à nos économies et à nos sociétés » commente Benoît Potier, président-directeur général d’Air Liquide. Et d’ajouter : « Les technologies sont au point, et les acteurs industriels très motivés. Les parties prenantes doivent maintenant se concerter pour faire aboutir leurs efforts, que le Conseil de l’hydrogène a précisément pour mission de piloter. »

Mots clefs associés à cet article : Pollution

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Bosch et Daimler partenaires pour la conduite automatisée
    Bosch et Daimler partenaires pour la conduite automatisée
  • Gulplug et son Selfplug distinguée par l’Ademe
    Gulplug et son Selfplug distinguée par l’Ademe
  • ZF et son système sMotion lissent la route
    ZF et son système sMotion lissent la route
  • ZF développe un renfort de traction électrique
    ZF développe un renfort de traction électrique
  • Stratasys partenaire d’Audi pour la conception des feux arrière
    Stratasys partenaire d’Audi pour la conception des feux arrière
  • Federal-Mogul lance une nouvelle technologie de segment de piston
    Federal-Mogul lance une nouvelle technologie de segment de piston
  • L’hydrogène oui, mais pas pour tout de suite
    L’hydrogène oui, mais pas pour tout de suite
  • Volkswagen explore le gaz naturel
    Volkswagen explore le gaz naturel
  • Ford accompagne les malvoyants
    Ford accompagne les malvoyants
  • Nauto : la conduite sous haute surveillance
    Nauto : la conduite sous haute surveillance
  • Schaeffler se projette dans l’avenir avec le 48 volts
    Schaeffler se projette dans l’avenir avec le 48 volts
  • Bosch et e.GO s’accordent sur un service de voiturier automatique
    Bosch et e.GO s’accordent sur un service de voiturier automatique
  • [Vidéo] Nexteer paré pour la conduite autonome
    [Vidéo] Nexteer paré pour la conduite autonome
  • Brevets : l’automobile toujours en tête de l’innovation
    Brevets : l’automobile toujours en tête de l’innovation
  • BASF souhaite mieux maîtriser la densité de la mousse des volants
    BASF souhaite mieux maîtriser la densité de la mousse des volants

Newsletter
Recherche