La Feda ne désarme pas face aux constructeurs

Publié le par .

Réorganisée et vaillante, la Feda n’entend rien lâcher face aux constructeurs, qui mènent une offensive sans précédent sur le marché de la distribution de pièces. Parallèlement, la fédération cherche à jouer davantage son rôle syndical en accompagnant au plus près ses adhérents sur des sujets sociaux, juridiques et fiscaux.

Alain Landec, président de la Feda, a annoncé les nouvelles orientations de la fédération.
Alain Landec, président de la Feda, a annoncé les nouvelles orientations de la fédération.

Désormais réorganisée, la Fédération des syndicats de la distribution automobile (Feda), qui défend les intérêts des distributeurs-stockistes indépendants de pièces détachées, aborde cette nouvelle année avec force pour continuer à défendre avec détermination les intérêts de ses adhérents.

Plus démocratique, moins politique

Gérée par de nouveaux statuts et une nouvelle organisation sur le territoire, l’organisation se présente comme plus démocratique et à l’écoute des attentes concrètes de ses membres. Elle leur rend d’ailleurs compte via son conseil d’administration, où siègent les ténors de la distribution indépendante. « Ce n’est plus la Feda qui crée ses propres combats mais ce sont ses membres qui donnent les orientations » résume Alain Landec, son président.

Bref, la fédération se présente comme un syndicat moins « politique » que par le passé et s’inscrit davantage dans l’accompagnement pragmatique sur le terrain des distributeurs face à leurs problématiques de tous les jours en lien avec le social, le juridique, la formation et la convention collective. De quoi fidéliser les membres mais surtout recruter alors que le syndicat ne touche à ce stade qu’un distributeur sur deux (60 % du marché en valeur).

Deux sujets, social et fiscal, occupent prioritairement la Feda : la pénibilité au travail et le régime fiscal des bâtiments de stockage. Sur ce dernier point, le risque de requalification des bâtiments par l’administration fiscale risque d’alourdir de plus de 200 % les impôts locaux !

Lutter contre les positions des constructeurs

Alors que le mur se brise entre la filière indépendante et les constructeurs – qui se lancent sur le marché de la pièce équipementière multimarque –, Alain Landec n’imagine pas de collaboration entre les deux parties. Bien au contraire. « Nous jouons sur le même terrain mais pas avec le même maillot, nous avons encore des combats à mener », lance le président. Son organisation vient de s’allier à la coalition européenne qui s’oppose à l’idée que les constructeurs soient les seuls collecteurs des données techniques émises par les véhicules connectés. « Si les constructeurs justifient leur protectionnisme par la sécurité, nous devons, nous, faire valoir l’argument juridique de la libre concurrence  » argumente Alain Landec sur ce sujet « existentiel » de l’accès aux données.

Par ailleurs, la Feda continuera cette année à communiquer avec persistance sur la loi qui autorise qu’un véhicule sous garantie soit révisé chez n’importe quel garagiste. Une loi connue par seulement 40 % des conducteurs. Trop peu aux yeux d’Alain Landec.

L’organisation continuera aussi à expliquer au marché que les pièces d’équipementiers sont parfaitement identiques à celles d’origine constructeur. Une mise au point nécessaire alors que le groupe PSA positionne ses pièces au-dessus du lot et 20 % plus cher que les pièces d’équipementiers que la marque commercialise désormais. Une situation qui ne manque pas d’irriter le patron de la Feda. Ce dernier y voit en effet là le risque d’une dévalorisation de la pièce d’équipementier qui pourrait déboucher sur une baisse des prix. Une chute des tarifs qui pourrait aussi trouver son origine avec l’effet « suroffre » que constitue l’arrivée de PSA sur le marché de l’IAM. Une déflation qui pourrait toutefois profiter aux ateliers.

La carrosserie aussi sur la feuille de route

Alain Landec annonce aussi vouloir relancer le combat sur la libéralisation des pièces de carrosserie. « Les constructeurs se lancent sur le marché des pièces multimarques et souhaitent conserver leur monopole sur la pièce de carrosserie. C’est anormal », soutient-il. La Feda souhaite profiter de la prochaine élection présidentielle pour remettre ce sujet dans le débat. Un courrier sera envoyé à tous les prétendants au titre suprême.

Enfin, la fédération travaille à la création d’un référentiel du métier de la distribution peinture. Il permettra de qualifier la valeur ajoutée des distributeurs sur le marché de la carrosserie, en grande partie financé par des assureurs pas toujours enclins à payer les services qui accompagnent les produits.

Mots clefs associés à cet article : Feda, Syndicalisme

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Feu Vert et First Stop se rallient à Nexus Automotive
    Feu Vert et First Stop se rallient à Nexus Automotive
  • Laurent Automobile : des anciens salariés deviennent distributeurs exclusifs
    Laurent Automobile : des anciens salariés deviennent distributeurs exclusifs
  • Gilets Jaunes : 12 % de baisse d’activité pour les distributeurs pièces
    Gilets Jaunes : 12 % de baisse d’activité pour les distributeurs pièces
  • Alliance Automotive lance Gamotech’, un portail dédié à la technique
    Alliance Automotive lance Gamotech’, un portail dédié à la technique
  • Du rififi chez Distrigo
    Du rififi chez Distrigo
  • 3 questions à Eric Girot, directeur général France d’Alliance Automotive Group
    3 questions à Eric Girot, directeur général France d’Alliance Automotive Group
  • Boston Consulting Group temporairement à la tête d’Oscaro
    Boston Consulting Group temporairement à la tête d’Oscaro
  • Nouveau départ pour Oscaro
    Nouveau départ pour Oscaro
  • Flauraud revient sur la réussite de son dernier Salon Inotech
    Flauraud revient sur la réussite de son dernier Salon Inotech
  • [Vidéo] Groupauto : 4 000 personnes au Rendez-Vous ce samedi
    [Vidéo] Groupauto : 4 000 personnes au Rendez-Vous ce samedi
  • Doyen Auto rachète un de ses distributeurs en Belgique
    Doyen Auto rachète un de ses distributeurs en Belgique
  • ACR Group : Didier Delangle, nouveau directeur commercial
    ACR Group : Didier Delangle, nouveau directeur commercial
  • Autodistribution : Maurice Caillard, nouveau directeur du développement des ventes (B2B)
    Autodistribution : Maurice Caillard, nouveau directeur du développement des ventes (B2B)
  • L’inexorable baisse du marché des lubrifiants automobile
    L’inexorable baisse du marché des lubrifiants automobile
  • Précisium fait peau neuve
    Précisium fait peau neuve

Newsletter
Recherche