Abonnez-vous

Au sommaire du numéro en cours

Enquête : Multimarquisme, le coming out des constructeurs
Interview : Olivier Legrand, Federal-Mogul
Astuce : L’hydrogène au service du décalaminage
Pièces : Bougie, le retour de l’essence !
Comparatif : Les crédits locatifs
Pannes : Le bilan du contrôle technique 2013

Toute l’information pour l’univers du garage

Lanxess, une calculette pour pneus verts

par le

Le chimiste Lanxess, fournisseur de caoutchouc pour l’industrie du pneu et promoteur de la “ mobilité verte ”, s’apprête à mettre sur le Web dès le mois d’août une calculette capable d’informer le consommateur sur les bénéfices liés à l’achat de gommes de qualité. Gratuite, l’application sera aussi disponible pour iPhone et iPad. Elle a pour mission d’informer l’acheteur sur les économies d’argent réalisables grâce à l’emploi de pneumatiques haut de gamme limitant la résistance au roulement et donc la consommation. La calculette permet aussi d’estimer les économies de CO2 et de savoir en combien de temps ces gommes vendues plus ou moins cher selon leurs performances énergétiques peuvent être amorties. La performance énergétique étant calquée sur le classement des pneumatiques qui entrera en vigueur en novembre prochain. Cette calculette s’avère un bon outil pour faire son choix de gommes en connaissance de cause.

Pour réaliser les calculs, il suffit à l’utilisateur d’indiquer son kilométrage annuel moyen, le type de routes le plus souvent empruntées et le prix en cours du carburant. Les estimations réalisées par Lanxess sur la base d’un prix de carburant (1,60 €/l), d’un kilométrage (15 000 km/an) et d’une consommation (7 l/100 km) avancent une économie possible de 135 € par an en utilisant des pneus verts classés B plutôt que F, l’indice le plus couramment rencontré actuellement. Le surcoût à l’achat de 20 à 50 euros d’un pneu écologique pourrait être ainsi amorti en moins de deux ans. Le calcul ne considère pas ici les indices d’usure d’un pneumatique par rapport à l’autre. Un indice que l’industrie du pneu n’est pas sommée aujourd’hui de divulguer. Mais les choses devraient évoluer. Le bénéfice écologique s’établirait lui à 208 kg de CO2 par an. La saisie du style de conduite, de la pression de gonflage et de la charge du véhicule permet d’affiner le calcul. On s’aperçoit alors de la perte d’argent notable que représente un train de pneus sous-gonflé !

L'info en continu

VHU, le CNPA saisit le Conseil d’État 5 juillet 2012 par Fabio CROCCO Secteur Pneumatiques usagés : déficit de la collecte en 2012 9 juillet 2012 par Christophe CARIGNANO Secteur

- Voir tous les articles