Le CNPA salue l’élection d’Emmanuel Macron

Publié le par .

Sans véritablement l’indiquer, le CNPA semble réjoui de l’élection d’Emmanuel Macron à la tête de l’État. Le syndicat attend de voir si l’élu, qui a toujours défendu la mobilité et les services, ira jusqu’à mettre en place un ministère dédié, comme son engagement le laisse sous-entendre.

Emmanuel Macron avait fait part de sa vision de la filière il y a deux ans, lors des états généraux du CNPA.
Emmanuel Macron avait fait part de sa vision de la filière il y a deux ans, lors des états généraux du CNPA.

Dans un message posté sur les réseaux sociaux, le CNPA a salué l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République. Le syndicat « espère que le travail de valorisation de la filière aval, entamé avec lui alors qu’il était ministre de l’Économie, pourra continuer sous le prochain quinquennat ».

L’organisation patronale attend la nomination du Gouvernement pour réagir plus officiellement à cette élection. Il plaide toujours en faveur d’un ministère de la Mobilité et devrait solliciter rapidement des rencontres avec ses ministères de tutelle. À travers son pacte de mobilité, le CNPA espère avoir une position privilégiée avec le nouveau Gouvernement. Sur la question de la création d’une délégation interministérielle à la Mobilité, Emmanuel Macron assure faire de la mobilité un thème à part et transversal de son projet, sans pour autant s’engager sur la mise en place d’une telle structure.

Il y a deux ans, lors des états généraux du syndicat, qui se sont déroulés à Bercy, au ministère de l’Économie, Emmanuel Macron et Francis Bartholomé, président du CNPA affichaient une certaine proximité. Le ministre avait alors conseillé aux industriels de l’automobile de prendre davantage en compte les métiers de services, dénonçant un manque de collaboration entre les filières amont et aval. Le message semble avoir été entendu par les constructeurs, qui ont depuis largement intégré les services, passant du statut de « constructeur » à celui de « fournisseur de mobilité ».

À quelques semaines de la présidentielle, le CNPA avait eu l’occasion d’interpeller Emmanuel Macron au sujet des mesures qu’il souhaitait prendre en tant que Président, concernant la branche des services automobiles.

Au sujet de la formation, le futur président de la République a indiqué vouloir donner plus d’autonomie aux acteurs de la formation et faire un effort massif pour l’apprentissage. Il souhaite que la branche soit davantage associée dans l’organisation des programmes de formations, initiales comme continues.

Un soutien financier

Alors que le secteur automobile connaît de fortes mutations dans les usages et sur les aspects écologiques, Emmanuel Macron indique vouloir maintenir le dispositif du bonus/malus et soutenir financièrement la filière en puisant dans le crédit de 15 milliards d’euros mis en place par le Gouvernement en faveur de la transition écologique. « L’administration restera à l’écoute des acteurs de la filière et favorisera les expérimentations, par exemple concernant l’entretien écologique des véhicules », écrit-il.

Concernant la délicate question de l’ascendant des donneurs d’ordre sur les artisans de l’automobile, Emmanuel Macron reconnaît qu’il est essentiel à la fois d’assurer une concurrence saine afin que les donneurs d’ordre n’abusent pas de leur pouvoir, et de rendre de la compétitivité aux TPE afin qu’elles continuent à investir et monter en gamme. De son côté, l’élu envisage de transformer le CICE en baisses définitives de charges, de supprimer toutes les charges sociales générales au niveau du Smic et de rapprocher l’impôt sur les sociétés de la moyenne européenne (25 %).

Faite sauter les verrous

Emmanuel Macron se montre aussi favorable à l’accès à tous les niveaux de la filière aux données du véhicule connecté en indiquant que la protection des citoyens est une priorité absolue. « C’est en jouant collectif, en décloisonnant, que notre filière automobile saura imaginer et offrir les services les plus innovants », commente-t-il. Sur la question des chantiers illégaux de démontage automobile, il promet d’étudier la mise en place par les préfectures d’un programme d’action renforcé.

Celui qui souhaite faire sauter toutes les cloisons afin de libérer les énergies d’une libre concurrence saura-t-il mener la lutte contre le monopole de pièces de carrosserie, là où ont échoué ses prédécesseurs ? « Lever les cloisons, c’est le fil rouge de mon propos. […] Soyez assurés qu’il sera au cœur de notre méthode de gouvernement pour le prochain quinquennat », assure-t-il. Le défi est lancé.

Mots clefs associés à cet article : CNPA

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Budget de l’automobiliste, des hausses jusqu’à 8,6 % !
    Budget de l’automobiliste, des hausses jusqu’à 8,6 % !
  • La maintenance automobile, numéro un de l’inflation
    La maintenance automobile, numéro un de l’inflation
  • Pièce de réemploi : 73 % des garages la proposent déjà !
    Pièce de réemploi : 73 % des garages la proposent déjà !
  • Automobile : les défaillances d’entreprises sont restées stables en 2016
    Automobile : les défaillances d’entreprises sont restées stables en 2016
  • La Dacia Sandero reste le véhicule le moins cher à l’usage
    La Dacia Sandero reste le véhicule le moins cher à l’usage
  • Le piratage électronique devient la méthode n° 1 des vols
    Le piratage électronique devient la méthode n° 1 des vols
  • Quand Le Parisien conseille pour déjouer les pièges des garagistes
    Quand Le Parisien conseille pour déjouer les pièges des garagistes
  • Baromètre Allogarage : Club Auto Conseil toujours leader
    Baromètre Allogarage : Club Auto Conseil toujours leader
  • Décision Atelier lance une enquête nationale sur la pièce d’occasion
    Décision Atelier lance une enquête nationale sur la pièce d’occasion
  • Pollution : la circulation alternée suscite le mécontentement des professionnels
    Pollution : la circulation alternée suscite le mécontentement des professionnels
  • Les défaillances d’entreprise en hausse dans l’entretien et la réparation automobiles
    Les défaillances d’entreprise en hausse dans l’entretien et la réparation automobiles
  • Les organisations de défense des automobilistes s’élèvent contre le mauvais entretien des routes
    Les organisations de défense des automobilistes s’élèvent contre le mauvais entretien des routes
  • Biocarburants, la croissance conditionnée au défi de la deuxième génération
    Biocarburants, la croissance conditionnée au défi de la deuxième génération
  • TPMS : le grand bluff des constructeurs automobiles ?
    TPMS : le grand bluff des constructeurs automobiles ?
  • Pneus hiver : utiles… pour les autres
    Pneus hiver : utiles… pour les autres

Newsletter
Recherche