Le casse-tête de l’entretien du réseau routier

Publié le par .

Lasse de subir le mauvais état des routes, l’association 40 millions d’automobilistes lance une application mobile destinée à pointer les dégradations. Alors que le problème de la mauvaise maintenance du réseau routier s’intensifie, l’idée de son financement par l’arrivée d’une nouvelle vignette refait surface.

L’association 40 millions d'automobilistes vient de mettre en place l'application pour mobile « J'ai mal à ma route ».
L’association 40 millions d'automobilistes vient de mettre en place l'application pour mobile « J'ai mal à ma route ».

Depuis 2004, ce sont les communes et les départements qui ont la charge de l’entretien de la quasi-totalité du réseau routier français. Mais, du fait de moyens toujours plus maigres, ils ont tendance à négliger sa maintenance.

En 2012, la France détenait la première place du classement mondial de la qualité des infrastructures routières. Depuis 2015, elle a chuté à la septième place. Une large majorité des Français (88 %) estime que la rénovation des routes rendra la sécurité routière plus sûre. Ce n’est pas une surprise, car 47 % des accidents sont liés aux infrastructures routières.

Si cette situation pourrait faire le beurre des garagistes, avec par exemple une usure prématurée des organes de liaison au sol, elle met plutôt les nerfs à cran des associations de défense des automobilistes. « Cette situation n’est plus acceptable : l’État ne peut pas continuer à fixer aux automobilistes des objectifs ambitieux de sécurité routière alors qu’il se désengage de l’entretien des routes » explique Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d’automobilistes.

C’est pourquoi, l’association vient de mettre en place l’application pour mobile « J’ai mal à ma route ». Elle permet de faire remonter simplement les travaux à effectuer aux collectivités. Lorsque l’utilisateur est sur le lieu d’un danger ou d’une dégradation, il lui suffit de sélectionner sa nature, d’en définir la dangerosité et d’ajouter si possible, avant l’envoi aux autorités compétentes, une photo de la dégradation avec une description.

Grâce à cette application, l’association peut suivre en temps réel les signalements effectués. Elle ouvrira à la presse, dans six mois, un premier bilan des routes les plus dégradées de France.

L’arrivée d’une nouvelle vignette ?

Selon une information du journal Le Parisien, le Gouvernement réfléchirait à l’introduction d’une nouvelle vignette automobile pour accompagner le financement de l’entretien des voies. Une information aussitôt démentie par le porte-parole du ministère des Transports. Selon ses propos, cette idée aurait été émise par des acteurs indépendants durant les Assises nationales de la mobilité.

Selon notre confrère, le montant à récupérer est estimé entre 3 et 5 milliards d’euros par an, soit le montant d’une vignette hypothétique tarifée entre 75 et 125 euros par véhicule et par an. Toujours selon Le Parisien, cette nouvelle vignette pourrait être cumulée avec d’autres mesures comme l’augmentation de la taxe sur l’essence ou la facturation au kilomètre de la circulation des camions comme des voitures. Des mesures qui, si elles étaient confirmées, pourraient attirer les foudres des associations de défense des automobilistes, déjà bien taxés. Et c’est sans parler des transporteurs…

Dans la même rubrique :

  • EBP MéCa colle aux dernières dispositions légales
    EBP MéCa colle aux dernières dispositions légales
  • 07ZR.com assiste ses clients sur le recyclage des pneus
    07ZR.com assiste ses clients sur le recyclage des pneus
  • Bosch et le CNPA accompagnent les jeunes conducteurs
    Bosch et le CNPA accompagnent les jeunes conducteurs
  • Delphi Technologies dévoile son programme de formations
    Delphi Technologies dévoile son programme de formations
  • Tout savoir sur le prélèvement de l’impôt à la source
    Tout savoir sur le prélèvement de l’impôt à la source
  • L’inflation des prix du R134a interpelle le CNPA
    L’inflation des prix du R134a interpelle le CNPA
  • Éric Burban nommé à la présidence du Secur
    Éric Burban nommé à la présidence du Secur
  • Contrôle technique : un premier bilan
    Contrôle technique : un premier bilan
  • Un premier évènement clé pour Caruso Dataplace
    Un premier évènement clé pour Caruso Dataplace
  • Climatisation : SNDC met en garde contre l’utilisation du Deepcool et du Duracool
    Climatisation : SNDC met en garde contre l’utilisation du Deepcool et du Duracool
  • Les filtres à huile toujours mieux collectés
    Les filtres à huile toujours mieux collectés
  • La formation en alternance progresse dans l’automobile
    La formation en alternance progresse dans l’automobile
  • Stampyt se concentre sur l’automobile
    Stampyt se concentre sur l’automobile
  • Le coût de possession des thermiques toujours avantageux en France
    Le coût de possession des thermiques toujours avantageux en France
  • Les diesels pas plus chers à entretenir que les essence
    Les diesels pas plus chers à entretenir que les essence

Newsletter
Recherche