Le marché de la pièce de suspension et de direction en quelques chiffres

Publié le par .

Aucune révolution ou évolution liée à la technologie ou au parc automobile ne bousculera le marché des pièces de suspension et de direction (PSD), qui stagne si l’on considère toutes les familles de produits. Pourtant, avec 7 millions de pièces vendues chaque année et un taux de remplacement compris entre 15 et 18 % selon les équipementiers, le marché de la PSD reste attractif et stratégique.

Le vieillissement du parc automobile, qui affiche 8,9 ans d’âge moyen, devrait conférer un maintien du marché de la PSD.
Le vieillissement du parc automobile, qui affiche 8,9 ans d’âge moyen, devrait conférer un maintien du marché de la PSD.

Si l’on considère toutes les pièces de la PSD : bras, rotules, triangles, biellettes, silentblocs, soufflets et autres pièces caoutchouc-métal, on estime le marché de la rechange à environ 7 millions de pièces pour un taux de remplacement compris entre 15 et 18 %.

Inextricablement liés au CT, les remplacements de pièces de liaison au sol sont essentiellement régis par l’obligation de contre-visite. Rappelons que, pour l’ensemble des véhicules, les liaisons au sol constituent la première raison des défauts relevés ; ils apparaissent dans 9,17 % des cas sur les quelque 25 millions de contrôles techniques annuels effectués.

Si ce pourcentage inclut l’usure prononcée de pneumatiques, des déformations ou coupures profondes de ceux-ci, il comprend également le jeu important de rotule et d’articulation de demi-train avant. Ainsi, 20,93 % des altérations décelées par le CT sont imputables à un jeu relevé sur le demi-train avant. Et le pourcentage de refus dus aux rotules est de l’ordre de 5 %.

L’incidence du nouveau contrôle technique

La nouvelle version du contrôle technique pourrait-elle booster le marché ? Le CT qui entrera en vigueur à compter du 20 mai 2018, subira d’importantes modifications de son contenu même. La principale évolution est la mise en place de l’analyse que devra faire désormais le contrôleur face à une défaillance. En effet, celui-ci devra classer le « défaut » constaté dans une hiérarchie à trois niveaux.

Ainsi, 162 défaillances seront considérées comme mineures avec la nécessité d’être réparées mais sans toutefois imposer de représenter le véhicule à une contre-visite ; 357 défaillances seront jugées comme majeures imposant une réparation validée par une contre-visite effectuée dans un délai de deux mois ; enfin, 127 défaillances dénoncées comme critiques permettront de juger le véhicule comme dangereux et d’imposer son immobilisation. L’annotation pourra induire la réparation, mais ce ne sera toujours pas obligatoire. Elle pourrait néanmoins inciter à réaliser des précontrôles chez le MRA.


- 7 millions de pièces vendues.
- 60 % par le biais de réparateurs indépendants.
- 15 à 18 % : taux de rechange.
- 80 000 kilomètres : premières interventions hors accidentologie.
- 26 % : taux de réparation préconisé.
- 5 % : taux de refus au CT dus aux rotules.
- 32 % : part des rotules de direction dans les ventes de PSD.
- 12 % : part des bras de suspension dans les ventes de PSD.

Dossier complet à retrouver dans le Décision Atelier numéro 125, rubrique Rechange.

Mots clefs associés à cet article : Contrôle technique, Mécanique

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • SKF poursuit l’accompagnement de la rechange indépendante
    SKF poursuit l’accompagnement de la rechange indépendante
  • Irontek lance son « Pass contrôle technique »
    Irontek lance son « Pass contrôle technique »
  • Michelin : ventes en hausse et marge qui s’érode
    Michelin : ventes en hausse et marge qui s’érode
  • Michelin : Florent Menegaux succédera à Jean-Dominique Senard
    Michelin : Florent Menegaux succédera à Jean-Dominique Senard
  • Motul digitalise son offre dédiée aux véhicules classiques
    Motul digitalise son offre dédiée aux véhicules classiques
  • NGK étoffe son offre de plus de 40 nouvelles références
    NGK étoffe son offre de plus de 40 nouvelles références
  • Une année 2017 record pour Bosch, qui mise sur le numérique
    Une année 2017 record pour Bosch, qui mise sur le numérique
  • Liqui Moly devient fournisseur officiel d’ADI
    Liqui Moly devient fournisseur officiel d’ADI
  • Pneumatiques : Il faudra compter sur les SUV
    Pneumatiques : Il faudra compter sur les SUV
  • Continental ajoute une courroie de distribution dans la boîte
    Continental ajoute une courroie de distribution dans la boîte
  • Tenneco s’associe à Suzuki pour ses suspensions
    Tenneco s’associe à Suzuki pour ses suspensions
  • Total et Temot annoncent un accord de coopération
    Total et Temot annoncent un accord de coopération
  • Bosch confie à SEG Automotive l’activité démarreurs et alternateurs
    Bosch confie à SEG Automotive l’activité démarreurs et alternateurs
  • Motul fête les 40 ans du Dakar
    Motul fête les 40 ans du Dakar
  • Tenneco nomme un nouveau directeur EMEA
    Tenneco nomme un nouveau directeur EMEA

Newsletter
Recherche