Le traité de Rome à l’heure du digital

Publié le par .

Les défenseurs de l’accès pour tous à la data du véhicule connecté profitent de la célébration du soixantième anniversaire du traité de Rome pour rappeler les principes de la libre concurrence alors que l’industrie se digitalise.

Le traité de Rome à l’heure du digital

La coalition européenne, formée en fin d’année dernière pour défendre la mise en place d’une plate-forme télématique libre d’accès aux données du véhicule, profite de la célébration du soixantième anniversaire du traité de Rome pour réaffirmer les principes de base de la libre concurrence dans le secteur des services automobiles (assurance, commerce et réparation, contrôle technique, fabricants d’équipements de garage, location).

« Nos secteurs sont confrontés à des changements révolutionnaires qui appellent un cadre réglementaire solide pour assurer l’égalité des chances face à la digitalisation. L’industrie de l’UE est sur le point de se digitaliser, et nous espérons que les décideurs européens en feront bénéficier l’ensemble du secteur… La libre circulation des données et l’interopérabilité sont des éléments clés, seuls garants d’un véritable choix des services digitaux permettant au propriétaire du véhicule de décider avec qui il partage ses données et à quelles fins… La construction de l’Union européenne du XXIe siècle commence par la réaffirmation des principes fondamentaux de concurrence loyale, innovation, entrepreneuriat et libre choix des consommateurs. L’importance de ces principes existant depuis soixante ans ne devrait pas être remise en cause par la nécessité de les adapter au contexte actuel », plaident les membres de la coalition.

La Feda à la manœuvre en France

De son côté la FEDA, qui défend les intérêts de la distribution indépendante de pièces en France, en appelle aux autorités françaises pour que la tentation d’étouffement de la libre concurrence et de l’entrepreneuriat voulue par certains acteurs industriels soit contenue de façon à assurer à l’Union européenne et donc à la France les principes de base sur lesquels s’est construite la croissance économique des soixante dernières années.

La fédération prendra sa part dans cette initiative en s’adressant directement aux pouvoirs publics français, au ministère français des Affaires européennes, aux élus français du Parlement européen pour les sensibiliser à cette nouvelle tentative des constructeurs de bloquer en leur faveur l’accès à l’information technique des véhicules connectés.

Elle appelle l’ensemble des autres organisations syndicales françaises liées à l’automobile, également concernées par cet enjeu, à la rejoindre pour défendre cette position au plan national.

Mots clefs associés à cet article : Feda

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Le maintien du connecteur OBD officialisé
    Le maintien du connecteur OBD officialisé
  • Macif investit davantage dans Drust
    Macif investit davantage dans Drust
  • [infographie] Kibitoh publie son baromètre des appels téléphoniques en concession
    [infographie] Kibitoh publie son baromètre des appels téléphoniques en concession
  • ST Performance propose la reprogrammation des calculateurs
    ST Performance propose la reprogrammation des calculateurs
  • La FNA interpelle de nouveau sur l’eCall
    La FNA interpelle de nouveau sur l’eCall
  • I’Car Systems et Datafirst se rapprochent
    I’Car Systems et Datafirst se rapprochent
  • C2A Garantie propose la formule Prestige
    C2A Garantie propose la formule Prestige
  • La FNA salue les vertus des évolutions du contrôle technique
    La FNA salue les vertus des évolutions du contrôle technique
  • Clas bouge et le fait savoir
    Clas bouge et le fait savoir
  • Automechanika Francfort dévoile son programme 2018
    Automechanika Francfort dévoile son programme 2018
  • Renault génère du trafic en atelier avec FidMe
    Renault génère du trafic en atelier avec FidMe
  • Budget de l’automobiliste : entre 5 000 et 10 000 euros par an
    Budget de l’automobiliste : entre 5 000 et 10 000 euros par an
  • Prévention des nuisances sonores : le CNPA veille sur la filière
    Prévention des nuisances sonores : le CNPA veille sur la filière
  • Pièce de réemploi : 56 % des Français prêts à l’adopter
    Pièce de réemploi : 56 % des Français prêts à l’adopter
  •  Les avis GarageScore sur les Pages jaunes et lacentrale.fr
    Les avis GarageScore sur les Pages jaunes et lacentrale.fr

Newsletter
Recherche