Abonnez-vous

Au sommaire du numéro en cours

Enquête : Multimarquisme, le coming out des constructeurs
Interview : Olivier Legrand, Federal-Mogul
Astuce : L’hydrogène au service du décalaminage
Pièces : Bougie, le retour de l’essence !
Comparatif : Les crédits locatifs
Pannes : Le bilan du contrôle technique 2013

Toute l’information pour l’univers du garage

Les syndicats de la distribution de carburant crient au danger

par le

Après avoir évoqué l’idée d’une TICPE flottante, puis le gel des prix des carburants pendant trois mois, le gouvernement a finalement fait le modeste choix provisoire (durant trois mois) d’une réduction de la fiscalité de 3 centimes par litre, à laquelle peut s’ajouter l’effort de 3 centimes de la part de la distribution (cela représente un effort de 300 millions pour l’État). Si les organisations de consommateurs voient en ce geste un signe positif, les organisations professionnelles de la filière carburant s’enflamment. « Faire croire aux Français qu’un cadeau symbolique de quelques euros par mois va résoudre leurs inquiétudes sur leur pouvoir d’achat est une illusion » prévient le CNPA. Le syndicat affirme que ce geste symbolique n’aura que des effets conjoncturels de très court terme tout en creusant les déficits publics, mais aussi que cet engagement n’immunisera en rien les automobilistes contre une nouvelle hausse du prix du pétrole. Le CNPA rappelle par ailleurs que la marge des stations traditionnelles est d’environ 1 centime par litre et qu’elles ne pourront appliquer la baisse des prix que si leurs fournisseurs font de même sur leurs factures. Ainsi, le syndicat de Suresnes craint l’accélération des fermetures de points de vente, accentuant la désertification des zones rurales et périurbaines. Le syndicat souligne également que, depuis la liberté des prix des carburants en 1985, 26 000 stations ont disparu ainsi que 100 000 emplois. Demain, vendredi 31 août, la FNAA sera reçue par le ministère de l’Économie. La Fédération Nationale de l’Artisanat automobile souhaite lui demander la mise en place rapide d’un contrat d’avenir pour les détaillants artisans de carburants, à l’image de celui qui préserve les débitants de tabac. La FNAA pense que seule une telle solution d’envergure pourrait endiguer le nombre de fermetures de stations-service.

La consommation en chiffre : un automobiliste diésélisé parcourt en moyenne 15 000 kilomètres par an et achète environ 900 litres de carburant par an. Pour un smicard, il faut 120 heures de travail pour faire le plein annuel, soit 17 jours de travail.

L'info en continu

Schaeffler ouvre un nouveau centre logistique 30 août 2012 par Christophe CARIGNANO Secteur « Pas de stress, Point S s’engage… », la suite 30 août 2012 par Fabio CROCCO Réseaux

- Voir tous les articles

Abonnez-vous à notre magazine Décision Atelier :

Inscrivez-vous :

  Notre newsletter

Notre newsletter hebdomadaire est diffusée auprès des acteurs des filières automobiles.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

  Nos flux RSS

Abonnez-vous à notre flux RSS pour suivre l’actualités de Décision Atelier en cliquant sur le bouton ci-dessous :