Logistique des pièces : une industrialisation à construire

Publié le par .

La logistique sur le secteur des pièces détachées est-elle encore trop rudimentaire ? Oui répondent les spécialistes malgré les importants progrès effectués par les centrales de groupement de distributeurs encore en phase d’apprentissage du métier de logisticien.

Les performances des centrales de distribution sont pointées du doigt.
Les performances des centrales de distribution sont pointées du doigt.

Au-delà des effets d’annonce, la logistique des pièces tient-elle toutes ses promesses de la part des groupements de distribution ? Pas tout à fait à en croire les passionnants échanges qui ont alimenté, dans le cadre du dernier CDA (club de la distribution automobile) de la Feda, un débat sur le thème : « L’innovation logistique au cœur du service client. » Rappelons simplement que ces groupements promettent des taux de service supérieurs à 85 % en H + 4 avec 1 million de références disponibles.

Une logistique insuffisante

Réunissant grossistes, distributeurs et professionnels de la logistique, le débat a démontré que la multiplication des plates-formes, nationales ou régionales, mises en place par les centrales ne pouvait à elle seule suffire à une logistique efficace et optimisée en termes de coût.

Selon Bertrand Faure, directeur commercial chez Fives Intralogistics, il paraît difficile pour les professionnels du commerce de la pièce détachée de faire pleinement du H + 4 avec les outils actuellement utilisés. Selon le spécialiste, les entrepôts, mal mécanisés, manquent encore d’automatisation. Les systèmes d’information doivent évoluer pour mieux anticiper les besoins, mieux mutualiser les stocks et offrir une traçabilité des commandes aux clients afin que ces derniers puissent connaître de manière fiable les disponibilités et savoir à tout moment où en sont les livraisons. Des carences qui rendent la logistique des pièces trop peu performante. D’ailleurs, une majorité de distributeurs observe des coûts de logistique en hausse.

Un important stock national mal utilisé

Ce manque d’efficacité se traduit par un surstock en France. Jean-Michel Guarneri, président de l’Association française de la supply chain et de la logistique, estime que 500 milliards d’euros de pièces détachées sont stockés dans notre pays. Beaucoup trop. « Le stock est mal utilisé », explique-t-il.

Mais surtout, l’identification de la bonne pièce au niveau de la commande pèche encore. Les catalogues proposés par les centrales ont du mal à suivre la fréquence des mises à jour et à référencer sans erreur la multitude de pièces et leurs variantes dans un contexte où le nombre de références explose. Le taux de retour reste encore trop élevé.

Des centrales conscientes de leurs faiblesses

Les centrales de distribution se montrent bien conscientes de progrès encore à accomplir même si, sur fond de guerre commerciale et de tension du marché, les moyens financiers restent limités.

Mais un risque demeure pour les distributeurs : avec une logistique toujours plus affûtée, les centrales et leurs plates-formes, en recherche de marges, ne seront-elles pas un jour tentées de livrer en direct les ateliers à des prix fortement remisés ? Non jurent-elles avec force. Pourtant des exemples contraires, certes localisés, agacent.

Mots clefs associés à cet article : Distribution pièces, Feda

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Goodyear et Bridgestone mutualisent leur distribution
    Goodyear et Bridgestone mutualisent leur distribution
  • Autodis amorce son introduction en bourse
    Autodis amorce son introduction en bourse
  • OTOP recrute en région
    OTOP recrute en région
  • Alternative Autoparts renforce son maillage
    Alternative Autoparts renforce son maillage
  • Autopromotion chez Précisium Distribution
    Autopromotion chez Précisium Distribution
  • Automotive Factory Parts choisit Alternative Autoparts
    Automotive Factory Parts choisit Alternative Autoparts
  • Comment Autodistribution prépare la vague de l’éco-entretien
    Comment Autodistribution prépare la vague de l’éco-entretien
  • Technik’A : jeu national et nouvelle gamme embrayage
    Technik’A : jeu national et nouvelle gamme embrayage
  • Un premier mois convaincant pour le réseau digitalisé Otop
    Un premier mois convaincant pour le réseau digitalisé Otop
  • M.A.I, la plate-forme qui veut faire grandir les distributeurs
    M.A.I, la plate-forme qui veut faire grandir les distributeurs
  • Baisse de trésorerie et de marge chez les distributeurs
    Baisse de trésorerie et de marge chez les distributeurs
  • Automotor : le projet Amerigo se précise
    Automotor : le projet Amerigo se précise
  • marketparts.com, la nouvelle place de marché de Nexus
    marketparts.com, la nouvelle place de marché de Nexus
  • [Evènement] #Connect Aftermarket : premières rencontres des décideurs de la distribution
    [Evènement] #Connect Aftermarket : premières rencontres des décideurs de la distribution
  • Temot International, encore un nouvel actionnaire
    Temot International, encore un nouvel actionnaire

Newsletter
Recherche