Mobilité propre : les nouvelles mesures phares du Gouvernement

Publié le par .

Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, ont détaillé ce 20 juillet les engagements de l’État en faveur de la mobilité propre et de la qualité de l’air. Que faut-il en retenir ?

Mobilité propre : les nouvelles mesures phares du Gouvernement

Le Gouvernement souhaite étendre les zones urbaines à faibles émissions, où la circulation peut être interdite aux véhicules les plus polluants. Alors que ces zones concernent uniquement aujourd’hui Paris et Grenoble, le Gouvernement voudrait les appliquer à d’autres villes de plus de 100 000 habitants. À ce jour, plus de 10 millions de vignettes Crit’Air ont été délivrées.

Aujourd’hui, 80 % des déplacements sont réalisés avec des véhicules individuels et un seul passager à bord. Un taux trop important pour l’État, qui souhaite développer les mobilités actives et partagées. Entendez par « mobilités actives » le fait de pousser l’usage du vélo et de la marche. La part modale du vélo a diminué. De 10 % en 1970, elle est passée à moins de 3 % cette année. Le Gouvernement envisage un taux d’usage du vélo de 9 % en 2024. Pour ce faire, il entend développer les voies cyclables et lutter contre le vol de bicyclettes.

Pour ce qui concerne les mobilités partagées, le Gouvernement souhaite expérimenter des voies réservées au covoiturage et exiger des employeurs qu’ils participent aux frais de covoiturage alors que les trajets professionnels représentent 30 % des déplacements.

Lors de la présentation de son plan, le Gouvernement a rappelé son souhait de mettre fin à la vente de voitures neuves émettant des gaz à effet de serre en 2040 avec la multiplication par cinq des véhicules électriques d’ici à 2022. Des VE qui ne représentent aujourd’hui que 2 % des ventes.

Le dispositif du bonus-malus est maintenu mais avec une baisse du seuil de déclenchement du malus de 3 grammes en 2019, passant ainsi de 120 à 117 g/km de CO2. Afin d’aider à l’achat d’un VN ou d’un VO, la prime à la conversion se poursuit. Une prime qui a profité à 95 000 ménages au premier trimestre 2018, dont 70 % de foyers non imposables.

Dans la même rubrique :

  • [video] Salon Rétromobile 2019
    [video] Salon Rétromobile 2019
  • Le Salon automobile de Lyon s’annonce
    Le Salon automobile de Lyon s’annonce
  • Les voyants au vert pour l’essence bio
    Les voyants au vert pour l’essence bio
  • 76 % des actifs français vont travailler en voiture
    76 % des actifs français vont travailler en voiture
  • Le site en ligne First Class fait peau neuve
    Le site en ligne First Class fait peau neuve
  • Tchek automatise l’inspection automobile
    Tchek automatise l’inspection automobile
  • L’éditeur ETAI de retour à Rétromobile
    L’éditeur ETAI de retour à Rétromobile
  • Fernando Lopez nommé directeur général du GiPA
    Fernando Lopez nommé directeur général du GiPA
  • 76 % des Français utilisent la voiture dans le cadre professionnel
    76 % des Français utilisent la voiture dans le cadre professionnel
  • Bioéthanol : Flexfuel décroche de nouvelles homologations
    Bioéthanol : Flexfuel décroche de nouvelles homologations
  • Connectivité : des conducteurs divisés
    Connectivité : des conducteurs divisés
  • Gil Warembourg nommé directeur France de CarGarantie
    Gil Warembourg nommé directeur France de CarGarantie
  • Autopromotec 2019 sur de bons rails
    Autopromotec 2019 sur de bons rails
  • 12 % des entrées en atelier sont refusées
    12 % des entrées en atelier sont refusées
  • L’Anfa lance monjobauto.fr
    L’Anfa lance monjobauto.fr

Newsletter
Recherche