Mon Spécialiste Auto participe au parcours d’achat digital

Publié le par .

La start-up Mon Spécialiste Auto s’inscrit dans la digitalisation de l’intégralité du parcours d’achat. Elle propose ainsi aux professionnels de la vente en ligne de VO un service d’inspection des véhicules. Et le lancement cette année de nombre de sites en ligne de vente, par les plus grands groupes, devrait lui offrir un vaste terrain de jeu.

Mon Spécialiste Auto facture sa prestation 99 euros HT par véhicule et reverse 60 euros TTC aux réparateurs.
Mon Spécialiste Auto facture sa prestation 99 euros HT par véhicule et reverse 60 euros TTC aux réparateurs.

Mon Spécialiste Auto est au cœur du processus d’achat digital des véhicules d’occasion. En effet, la start-up cible les mandataires automobiles et les spécialistes de la vente en ligne pour leur proposer une inspection du véhicule en 155 points. « La différence avec les autres experts est que nos mécaniciens peuvent être mobilisés en fin de journée et les week-ends. Ce sont des moments où les particuliers sont plus à même d’être disponibles pour vendre et faire inspecter leur véhicule » explique Jean-Michel Cochet, cofondateur et dirigeant de la start-up.

En effet, Mon Spécialiste Auto travaille avec des mécaniciens indépendants qui se déplacent dans toute la France et qui souhaitent surtout arrondir leurs fins de mois. Ces derniers, généralement auto-entrepreneurs, sont ainsi rémunérés à hauteur de 60 euros par heure, c’est-à-dire le temps nécessaire à une inspection. « En moyenne, ils gagnent environ 12 euros par heure. C’est donc une manne financière pour eux. Au lancement de notre société, en 2016, ils ont été difficiles à recruter car cela leur paraissait trop beau. Depuis, nous avons acquis une certaine notoriété, surtout depuis notre affiliation au CNPA, perçue comme un gage de sérieux », détaille le dirigeant.

La jeune pousse a d’ailleurs été sélectionnée par le syndicat pour intégrer le Moove Lab’ au sein de Station F. Mon Spécialiste Auto travaille avec 650 mécaniciens et entend en atteindre le millier d’ici à la fin de l’année.

De nombreux clients pro potentiels

La start-up, déjà partenaire du groupe Colin et de son site marchand en ligne Youpicar, compte sur la multiplication des plates-formes de vente en ligne et sur la nouvelle tendance au parcours d’achat 100 % digital. Mon Spécialiste Auto espère décrocher d’autres partenariats avec des plates-formes digitales lancées cette année, telles que Zanzicar, Cardayz ou plus récemment Briocar.

Ces dernières communiquent justement auprès des particuliers qui ne souhaitent plus se déplacer pour acheter un véhicule. « Selon une étude TNS-Sofres, 9 % des particuliers achètent leur véhicules via Internet, et cette part devrait atteindre 40 % à l’horizon 2020. Aujourd’hui l’on sait que 60 % des acheteurs se font reprendre leur véhicule », détaille Jean-Michel Cochet. Et c’est justement la reprise qui constitue un axe de développement de Mon Spécialiste Auto. Selon le dirigeant, bon nombre de ventes sont perdues du fait d’une mauvaise évaluation de la reprise. Les réparateurs de Mon Spécialiste Auto interviennent également pour diagnostiquer les reprises.

Mots clefs associés à cet article : Véhicules d’occasion, Service

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Véhicules d’occasion : le digital révèle les disparités par région
    Véhicules d’occasion : le digital révèle les disparités par région
  • Occasion : le bug des cartes grises freine-t-il les ventes ?
    Occasion : le bug des cartes grises freine-t-il les ventes ?
  • Univers VO lance sa première réunion de club
    Univers VO lance sa première réunion de club
  • Le marché de l’occasion se stabilise mais…
    Le marché de l’occasion se stabilise mais…
  • Youpicar propose la revente en ligne
    Youpicar propose la revente en ligne
  • Univers VO devient un Club
    Univers VO devient un Club
  • Autovisual s’allie à Drust
    Autovisual s’allie à Drust
  • Le marché de l’occasion confirme sa chute
    Le marché de l’occasion confirme sa chute
  • Autoviza enrichit son rapport historique des véhicules
    Autoviza enrichit son rapport historique des véhicules
  • Le contrôle technique au service de la prime à la conversion
    Le contrôle technique au service de la prime à la conversion
  • Occasion : Expedicar profite de la digitalisation des transactions
    Occasion : Expedicar profite de la digitalisation des transactions
  • La chute du marché de l’occasion se poursuit
    La chute du marché de l’occasion se poursuit
  • AutoVisual : le big data au service des pro
    AutoVisual : le big data au service des pro
  • Kyump se déploie à Lille
    Kyump se déploie à Lille
  • L’essence davantage plébiscité en occasion
    L’essence davantage plébiscité en occasion

Newsletter
Recherche