Nicolas Hulot étend à l’occasion la prime à la casse

Publié le par .

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, vient d’annoncer que la prime à la casse serait étendue à tous les Français, même pour l’achat d’un véhicule d’occasion peu polluant. L’État table sur 3 millions de véhicules mis au rebut.

Dès 2018, la prime à la casse sera généralisée à tous les Français propriétaires de véhicules essence d’avant 1997 ou diesel d’avant 2001.
Dès 2018, la prime à la casse sera généralisée à tous les Français propriétaires de véhicules essence d’avant 1997 ou diesel d’avant 2001.

C’est dans les colonnes du journal Libération que le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a annoncé les mesures phares de son plan climat. On y découvre qu’à partir de 2018 la prime à la casse de 500 euros à 1 000 euros qui existait jusqu’ici uniquement pour les ménages à revenus modestes, « et qui ne fonctionnait pas bien » selon l’analyse du ministre, sera généralisée à tous les Français propriétaires de véhicules essence d’avant 1997 ou diesel d’avant 2001.

Elle s’appliquera à l’achat d’un véhicule neuf mais aussi – et c’est nouveau – à celui d’une voiture d’occasion dès lors qu’elle portera une vignette Crit’Air 0, 1 ou 2.

Pour les ménages non imposables, cette prime sera doublée. Elle sera portée à 2 000 euros et concernera, dans le cas du diesel, les véhicules antérieurs à 2006.

3 millions de voitures anciennes concernées

Ce sont à peu près 3 millions de voitures anciennes qui sont concernées par cette prime à la casse. Pour l’achat d’un véhicule électrique, la prime à la conversion sera de 2 500 euros et s’ajoutera au bonus, dont le montant est maintenu à 6 000 euros. L’État vise 100 000 véhicules en 2018.

Le malus quant à lui a été revu à la hausse avec un seuil de déclenchement abaissé. Il s’appliquera désormais aux véhicules émettant plus de 120 g/km de CO2, contre 127 g/km aujourd’hui. L’objectif européen est d’atteindre 95 g/km de CO2 en 2020.

Mots clefs associés à cet article : Environnement, Véhicules d’occasion, Véhicules neufs, Pollution

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Autovisual s’allie à Drust
    Autovisual s’allie à Drust
  • Le marché de l’occasion confirme sa chute
    Le marché de l’occasion confirme sa chute
  • Autoviza enrichit son rapport historique des véhicules
    Autoviza enrichit son rapport historique des véhicules
  • Le contrôle technique au service de la prime à la conversion
    Le contrôle technique au service de la prime à la conversion
  • Occasion : Expedicar profite de la digitalisation des transactions
    Occasion : Expedicar profite de la digitalisation des transactions
  • La chute du marché de l’occasion se poursuit
    La chute du marché de l’occasion se poursuit
  • AutoVisual : le big data au service des pro
    AutoVisual : le big data au service des pro
  • Kyump se déploie à Lille
    Kyump se déploie à Lille
  • L’essence davantage plébiscité en occasion
    L’essence davantage plébiscité en occasion
  • Prime à la conversion : AutoVisual liste les véhicules éligibles
    Prime à la conversion : AutoVisual liste les véhicules éligibles
  • Mon Spécialiste Auto veut doubler ses effectifs de mécaniciens indépendants
    Mon Spécialiste Auto veut doubler ses effectifs de mécaniciens indépendants
  • Vente de véhicules d’exception : CarJager compte sur les garagistes
    Vente de véhicules d’exception : CarJager compte sur les garagistes
  • Mauvais temps pour les véhicules d’occasion
    Mauvais temps pour les véhicules d’occasion
  • Aramisauto  a vendu 36 000 véhicules en 2017
    Aramisauto a vendu 36 000 véhicules en 2017
  • Youpicar : le groupe Colin lance sa plate-forme en ligne
    Youpicar : le groupe Colin lance sa plate-forme en ligne

Newsletter
Recherche