Otop, la mise en orbite se poursuit

Publié le par .

Trois mois après son lancement, le réseau phygital de distribution de pièces Otop connaît un démarrage conforme aux prévisions selon ses créateurs. Mais le plus dur reste à faire avec la constitution du réseau de points relais de livraison en franchise. Pressés par le temps, les fondateurs se montrent rassurants et sûrs de leur modèle.

Otop démarre le deploiement de son réseau de franchise de points relais
Otop démarre le deploiement de son réseau de franchise de points relais

Lancée il a juste 3 mois, l’enseigne phygitale de distribution de pièces Otop entame son éclosion avec succès si on se réfère au propos de l’un de ses fondateurs Franck Millet.

Une « centaine » de commandes auraient ainsi été passées avec un accueil positif du concept de la part des garagistes. Choix des marques, des produits, compétitivité de l’offre, simplicité de commande, performance de la livraison…tout semble séduire les MRA, même l’unique livraison quotidienne qui ne présenterait pas un obstacle (95 % des commandes sont livrées. Le reste est directement récupérer dans le centre Otop par le réparateur).

Des garagistes pourtant encore peu rodés aux achats en ligne, parfois interloqués par ce modèle novateur et simple, où les prix proposés n’ont jamais été aussi bas pour une offre premium. Étonnés au point de s’interroger sur la pérennité du site.

« Otop a reçu sa toute première commande le 14 février. Il s’agissait d’un jeu de rotules livré à un MRA. Ce premier client s’avère particulièrement fidèle avec 28 commandes passés en deux mois » s’enthousiasme Franck Millet.

Si le responsable reste discret sur le nombre de clients, on apprend toutefois que les MRA, avec ou sans enseigne, représentent 80 % des volumes. Les agents 10 %, le reste étant des carrossiers ou des réparateurs rapides.

Des ventes plutôt de pièces techniques

Les premières ventes sont plutôt orientées vers les pièces techniques qui offrent un gain de marge plus important avec des prix 30 % moins chers que chez les grossistes. Les pneumatiques représentent 10 % des ventes. Face aux MDD, les produits de grandes ventes (balais, lampes, filtres, …) sont plus rarement commandés. Les frais de livraison de 6,90 euros expliquant cela. Toujours selon Franck Millet, le taux de retour reste faible, à moins de 5 %.

Cet engouement pour la pièce technique conduira Otop à enrichir, avant la fin de l’année, son offre avec des injecteurs, des filtres à particules, des catalyseurs, etc. Autre projet : celui de booster le marketing avec la mise en route d’une application CRM sur smartphone et la création d’un club d’ambassadeurs de la marque qui pourront profiter d’avantages.

Le défi de la franchise

Côté réseau, Otop dispose à ce jour de 12 relais détenus en propre et implantés sur les régions proches de son centre logistique d’Orléans. L’objectif étend d’atteindre les 42 centres avant la fin de l’année au rythme de six ouvertures par mois à partir de septembre.

Là commence véritablement le challenge car le déploiement doit désormais reposer aussi sur des franchisés. Au moins une douzaine avant la fin de l’année (150 à termes). Le fondateur affirme avoir qualifié 300 contacts depuis le lancement dont 17 dossiers sérieusement avancés avec des investisseurs prêts à signer pour créer plusieurs centres. Ça tombe bien car le timing reste serré. L’ouverture d’un centre réclame au moins 6 mois en comptant une semaine de formation au centre Otop de Massy.

Mots clefs associés à cet article : Newdis OTOP

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Feu Vert et First Stop se rallient à Nexus Automotive
    Feu Vert et First Stop se rallient à Nexus Automotive
  • Laurent Automobile : des anciens salariés deviennent distributeurs exclusifs
    Laurent Automobile : des anciens salariés deviennent distributeurs exclusifs
  • Gilets Jaunes : 12 % de baisse d’activité pour les distributeurs pièces
    Gilets Jaunes : 12 % de baisse d’activité pour les distributeurs pièces
  • Alliance Automotive lance Gamotech’, un portail dédié à la technique
    Alliance Automotive lance Gamotech’, un portail dédié à la technique
  • Du rififi chez Distrigo
    Du rififi chez Distrigo
  • 3 questions à Eric Girot, directeur général France d’Alliance Automotive Group
    3 questions à Eric Girot, directeur général France d’Alliance Automotive Group
  • Boston Consulting Group temporairement à la tête d’Oscaro
    Boston Consulting Group temporairement à la tête d’Oscaro
  • Nouveau départ pour Oscaro
    Nouveau départ pour Oscaro
  • Flauraud revient sur la réussite de son dernier Salon Inotech
    Flauraud revient sur la réussite de son dernier Salon Inotech
  • [Vidéo] Groupauto : 4 000 personnes au Rendez-Vous ce samedi
    [Vidéo] Groupauto : 4 000 personnes au Rendez-Vous ce samedi
  • Doyen Auto rachète un de ses distributeurs en Belgique
    Doyen Auto rachète un de ses distributeurs en Belgique
  • ACR Group : Didier Delangle, nouveau directeur commercial
    ACR Group : Didier Delangle, nouveau directeur commercial
  • Autodistribution : Maurice Caillard, nouveau directeur du développement des ventes (B2B)
    Autodistribution : Maurice Caillard, nouveau directeur du développement des ventes (B2B)
  • L’inexorable baisse du marché des lubrifiants automobile
    L’inexorable baisse du marché des lubrifiants automobile
  • Précisium fait peau neuve
    Précisium fait peau neuve

Newsletter
Recherche