Pièces de réemploi : Indra table sur une part de marché de 6 %

Publié le par .

Indra Automobile Recycling en est convaincu : le décret sur la pièce de réemploi (PRE), entré en vigueur au 1er janvier, devrait booster les résultats du groupe pour l’année 2017. Le recycleur automobile estime que la pièce d’occasion peut passer de 2 à 6 % marché de la pièce de rechange.

Indra ambitionne de traiter 20 000 véhicules en 2017 avec goodbye-car.com puis 60 000 en 2020.
Indra ambitionne de traiter 20 000 véhicules en 2017 avec goodbye-car.com puis 60 000 en 2020.

La pièce d’occasion a de l’avenir dans l’Hexagone. A l’occasion de sa convention annuelle, qui s’est tenue en janvier, Indra Automobile Recycling s’est montré optimiste sur l’avenir de la filière PRE. Selon le réseau qui compte 350 centres VHU, la loi de Transition Energétique devrait doper les vente de pièces de réemploi, estimant que leur part de marché passera à 6 % du volume global généré par la pièce de rechange en France dans les cinq prochaines années contre 2 % aujourd’hui.

Pour profiter des opportunités de ce marché émergent, Indra compte s’appuyer sur sa plateforme de vente en ligne, baptisée Précis, qui a enregistré l’année dernière 9 210 commandes réalisées par 2 000 réparateurs environ. Ce portail est aujourd’hui alimenté par 27 centres VHU et propose un stock de 190 000 pièces prêtes à être livrées. D’ici à 2020, Indra espère fédérer 250 centres autour de sa plateforme pour un stock de 1,2 millions de pièces. Objectif : atteindre le cap 145 000 commandes.

Un chiffre d’affaires en recul

En 2016, le réseau Indra a traité 350 000 véhicules âgés de 17,8 ans en moyenne, soit un volume stable par rapport à l’année dernière, dans un marché globalement en baisse. Le recycleur a pu maintenir son activité grâce notamment à son site goodbye-car.com, qui permet de mettre en relation les particuliers avec les centres agréés de son réseau. Environ 14 200 mises en relation ont été réalisées par le biais de ce portail.

Seul point noir de ce bilan annuel : le chiffre d’affaires d’Indra a baissé à 38 millions d’euros contre 41 millions en 2015. Le taux de valorisation des centres a, en revanche, progressé pour atteindre 95,2 %. « A la pointe de la technologie et engagés en faveur d’un recyclage de qualité, l’entreprise et son réseau dépassent les taux de valorisation imposés par une directive européenne du code de l’environnement fixés à 95 % » précise Indra.

Mots clefs associés à cet article : Recyclage

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Kleen accompagne l’automobiliste au lavage
    Kleen accompagne l’automobiliste au lavage
  • Filtre d’habitacle : Feu vert propose trois nouveaux forfaits
    Filtre d’habitacle : Feu vert propose trois nouveaux forfaits
  • Le boom de l’assistance, qui a doublé en dix ans
    Le boom de l’assistance, qui a doublé en dix ans
  • Patrick Poincelet réélu président des recycleurs du CNPA
    Patrick Poincelet réélu président des recycleurs du CNPA
  • EBP MéCa optimise ses logiciels de gestion
    EBP MéCa optimise ses logiciels de gestion
  • Point Loc de ADA ouvre sa 400<sup>e</sup> agence
    Point Loc de ADA ouvre sa 400e agence
  • La corvée du nettoyage du véhicule
    La corvée du nettoyage du véhicule
  • DAF Conseil lance My Network Management Center
    DAF Conseil lance My Network Management Center
  • CarGarantie dénonce une nette augmentation des pannes du système d’alimentation
    CarGarantie dénonce une nette augmentation des pannes du système d’alimentation
  • Les auto-écoles manifestent contre « l’ubérisation » de l’Éducation routière
    Les auto-écoles manifestent contre « l’ubérisation » de l’Éducation routière
  • Proxiserve franchit le cap des 25 000 points de recharge installés en France
    Proxiserve franchit le cap des 25 000 points de recharge installés en France
  • Crédit du Nord se lance dans la location longue durée
    Crédit du Nord se lance dans la location longue durée
  • Légère reprise d’activité pour les garagistes en 2016
    Légère reprise d’activité pour les garagistes en 2016
  • La FNAA demande une TVA à 7 % sur les factures d’entretien-réparation
    La FNAA demande une TVA à 7 % sur les factures d’entretien-réparation
  • La Feda dresse le bilan de son Tour de France du diesel
    La Feda dresse le bilan de son Tour de France du diesel

Newsletter
Recherche