Pneumatiques usagés : bras de fer entre Aliapur et l’État

Publié le par .

Pneumatiques usagés : bras de fer entre Aliapur et l’État

Rien ne va plus dans la filière de la collecte et du retraitement des pneumatiques usagés. Filière phare de l’après-vente automobile il y a encore quelques mois, entièrement financée à travers l’éco-participation et l’union des manufacturiers dans la société privée, Aliapur a vu son système se dérégler depuis un peu plus de six mois.

Pour résumer le problème qui se pose aujourd’hui, 20 000 à 30 000 tonnes de pneus usagés (soit 3 à 4 millions de pneus de voiture) échappent à
l’éco‐contribution mais sont présentées à la collecte chaque année.
Ne pouvant plus faire face à ces excédents, Aliapur a décidé de ne plus collecter au‐delà de la commande stricte de ses clients. Cette situation est devenue intenable dans les garages et les centres-autos, qui n’ont pas les moyens de stocker des pneus indéfiniment. Aliapur demande à l’État d’assumer ses responsabilités : une application stricte de la réglementation et des sanctions exemplaires pour les tricheurs.

Depuis le début de son activité, Aliapur a consenti tous les ans un dépassement du volume de pneus usagés à collecter dans les garages et les centres-autos afin de ne pas pénaliser des points de vente dont les espaces de stockage sont souvent très limités. Ce dépassement a été approuvé par les actionnaires d’Aliapur que sont les principaux fabricants de pneumatiques : Bridgestone, Continental, Dunlop Goodyear, Kléber, Michelin, Pirelli.

Éric Fabiew directeur général d’Aliapur, ne décolère pas. «  L’État, dit-il, doit assumer ses responsabilités. Nous avons investi 17 millions d’euros les années passées, au-delà de nos obligations réglementaires. Il n’est pas question de continuer ainsi. » Et d’ajouter : « Je suis très fâché. Tout le travail que l’on a fait est le résultat d’une mobilisation de plusieurs années. Tout est en train de se dégrader. »

Pour l’heure, les pouvoirs publics demandent aux constructeurs automobiles de participer à cet effort, qui représente cette année au moins 6 millions d’euros. Sur le terrain, la grogne monte chez les réparateurs dont les stocks de pneumatiques commencent à s’entasser. Un certain nombre d’entre eux pointent Aliapur du doigt par méconnaissance de la réglementation et des obligations de l’organisme collecteur. Des décisions sont prévues début mai… en espérant que la situation ne dégénère pas trop.

Mots clefs associés à cet article : Pneumatique, Aliapur, Recyclage

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Luc Boyer prend la direction de Rema Tip Top
    Luc Boyer prend la direction de Rema Tip Top
  • Gates promeut sa gamme de courroies Micro-V Stop&Start.
    Gates promeut sa gamme de courroies Micro-V Stop&Start.
  • Delphi élargit sa gamme de disques peints
    Delphi élargit sa gamme de disques peints
  • Bosch apporte de la couleur aux liquides de frein
    Bosch apporte de la couleur aux liquides de frein
  • Beru lance une gamme de bougies iridium
    Beru lance une gamme de bougies iridium
  • TRW lance une campagne sur Eurosport
    TRW lance une campagne sur Eurosport
  • Le groupe Berner fête ses 60 ans
    Le groupe Berner fête ses 60 ans
  • Collective Amortisseurs : la mascotte Wheely entre en scène
    Collective Amortisseurs : la mascotte Wheely entre en scène
  • Valeo Service France muscle son support technique
    Valeo Service France muscle son support technique
  • Delphi accompagne Nicolas Prost
    Delphi accompagne Nicolas Prost
  • ATE renouvelle son image
    ATE renouvelle son image
  • SKF adopte la production flexible
    SKF adopte la production flexible
  • Temot distribue les récompenses de l’après-vente à Barcelone
    Temot distribue les récompenses de l’après-vente à Barcelone
  • Bosch France : progression de 1,4 % de ses ventes en 2016
    Bosch France : progression de 1,4 % de ses ventes en 2016
  • Technik’a s’ouvre à la filtration
    Technik’a s’ouvre à la filtration

Newsletter
Recherche