Abonnez-vous

Au sommaire du numéro en cours

Enquête : Multimarquisme, le coming out des constructeurs
Interview : Olivier Legrand, Federal-Mogul
Astuce : L’hydrogène au service du décalaminage
Pièces : Bougie, le retour de l’essence !
Comparatif : Les crédits locatifs
Pannes : Le bilan du contrôle technique 2013

Toute l’information pour l’univers du garage

Pneumatiques usagés : déficit de la collecte en 2012

par le

Lors de la conférence annuelle du 5 juillet dernier qui permettait de faire le point sur son activité en 2011, l’organisme Aliapur qui gère la collecte et le retraitement des pneumatiques usagés a fait part d’un retard de la collecte sur le terrain, faute de pneus dans les ateliers.

« Nous avons des difficultés à trouver des pneus, lance Éric Fabiew, directeur général d’Aliapur. Par rapport à la commande de 323 000 tonnes de pneus usagés pour 2012, qui correspond aux ventes des manufacturiers sur le sol français en 2011, nous pourrions avoir une sous-collecte d’environ 25 000 tonnes. Si tel devait être le cas, nous reporterions bien sûr ce passif à l’année prochaine. »

Évidemment, cette sous-collecte est un évènement assez rare puisque l’organisme privé financé par l’éco-contribution des manufacturiers commercialisant dans l’Hexagone était jusque-là confronté à l’effet contraire et au surplus des pneumatiques à collecter. Cette sous-collecte s’explique en partie par la crise économique et la baisse des ventes de pneumatiques aux particuliers, lesquels roulent moins et renouvellent moins vite qu’avant leurs pneumatiques.

Autre sujet de préoccupation pour Aliapur, la possible réécriture du décret sur les pneumatiques usagés qui date du 24 décembre 2002. Lancée par le précédent gouvernement, cette possible réécriture du décret pourrait voir plusieurs nouveautés dont un changement de dénomination : les pneumatiques usagés devenant “ des déchets de pneumatiques ”. Pour Éric Fabiew, « cette subtilité sémantique prive clairement la filière de la possibilité de réemployer les pneumatiques pouvant être réintroduits sur le marché de l’occasion ou du rechapage  ». Et d’ajouter : « Nous ne pouvons accepter un tel décret. Pourquoi casser une filière qui fonctionne très bien ? L’introduction du statut d’éco-organisme agréé et la mise en place d’un agrément ministériel pourraient avoir de graves conséquences sur la filière. »

En effet, cette réécriture du décret pneumatiques usagés aurait pour conséquence une sorte de mise sous tutelle de l’organisme via le contrôle des prestataires d’Aliapur et la mise en place d’un cahier des charges par les pouvoirs publics. Reste à voir les suites de ce nouveau décret ainsi que les réactions, outre d’Aliapur et des manufacturiers, des professionnels de l’automobile par le biais de syndicats comme le CNPA et la FNAA.

L'info en continu

Point S et Arval inaugurent le rendez-vous en ligne 5 juillet 2012 par Fabio CROCCO Réseaux L’ANEA lance un nouveau chantier pour 2013 9 juillet 2012 par Christophe CARIGNANO Réparation Collision

- Voir tous les articles

Abonnez-vous à notre magazine Décision Atelier :

Inscrivez-vous :

  Notre newsletter

Notre newsletter hebdomadaire est diffusée auprès des acteurs des filières automobiles.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

  Nos flux RSS

Abonnez-vous à notre flux RSS pour suivre l’actualités de Décision Atelier en cliquant sur le bouton ci-dessous :