Quand le contrôle technique devient un produit d’appel…

Publié le par .

Le patron de Dekra le rappelle, le contrôle technique répond avant tout à un devoir sécuritaire.
Le patron de Dekra le rappelle, le contrôle technique répond avant tout à un devoir sécuritaire.

Proposé gratuitement ou soldé à 1 euro, voire fortement remisé dans le cadre d’opérations commerciales, le contrôle technique se brade. C’est l’effet secondaire d’un secteur où, en France, le nombre de centres comme les prix pratiqués sont libres, contrairement à ce qui s’observe dans d’autres pays d’Europe. Ce qui était à l’origine une opération sécuritaire tend à devenir un simple produit d’appel au bénéfice des acteurs de l’après-vente automobile.

Il n’en fallait pas moins pour irriter Nicolas Bouvier, directeur général de Dekra. Le responsable cherche à garder l’église au milieu du village. « La réalité, c’est que le poids du prix du contrôle technique est très faible dans la balance totale des coûts d’utilisation annuelle d’un véhicule. […] La focalisation du public sur le prix du contrôle technique tient surtout au fait qu’il est une dépense contrainte. Pourtant le contrôle technique est une activité dont l’utilité économique pour les clients est bien réelle. […] Le contrôle technique, en détectant les défauts de manière préventive, permet souvent d’éviter des réparations les plus coûteuses et joue ainsi un rôle sociétal. Pour les professionnels de la réparation, les 20 % de contre-visites génèrent par an 1,6 milliard d’euros de chiffre d’affaires, et donc plusieurs milliers d’emplois. On voit bien que le contrôle technique doit être envisagé dans l’ensemble de ses fonctions : sécuritaire, préventif, générateur de revenus et d’emplois » prévient Nicolas Bouvier.

Le responsable rappelle en outre les nombreux investissements, qui se chiffrent en dizaines de milliers d’euros, auxquels doivent faire face les centres du fait des obligations réglementaires. Un contexte bel et bien à contre-courant de la grande braderie qui s’opère.

Dans la même rubrique :

  • La FFC ouvre les portes de son CFA
    La FFC ouvre les portes de son CFA
  • Vitrage : VSF va ouvrir son centre de formation
    Vitrage : VSF va ouvrir son centre de formation
  • Le loueur Alphabet France confirme sa croissance en 2016
    Le loueur Alphabet France confirme sa croissance en 2016
  • TomTom Road Event Report : le nouvel outil de partage de la marque
    TomTom Road Event Report : le nouvel outil de partage de la marque
  • Les coûts d’achat et d’usage des voitures restent modestes en France
    Les coûts d’achat et d’usage des voitures restent modestes en France
  • Greenspot, la station de services qui se veut éco-responsable
    Greenspot, la station de services qui se veut éco-responsable
  • Fiat 500 : numéro 1 des véhicules de collection
    Fiat 500 : numéro 1 des véhicules de collection
  • Le CNPA alerte la DGCCRF sur les dérives autour de la pièce de réemploi
    Le CNPA alerte la DGCCRF sur les dérives autour de la pièce de réemploi
  • Équip Auto 2017 : « Réparer aujourd’hui, préparer demain ! »
    Équip Auto 2017 : « Réparer aujourd’hui, préparer demain ! »
  • Pour Traqueur, covoiturage et auto-partage font progresser les vols de véhicules
    Pour Traqueur, covoiturage et auto-partage font progresser les vols de véhicules
  • Pour FNAA, la mobilité pour tous passera par les artisans de l’automobile
    Pour FNAA, la mobilité pour tous passera par les artisans de l’automobile
  • Les conducteurs de véhicules électriques économisent jusqu’à 800 euros par an
    Les conducteurs de véhicules électriques économisent jusqu’à 800 euros par an
  • Autopromotec, le Salon qui grossit
    Autopromotec, le Salon qui grossit
  • L’Anfa renouvelle sa semaine des services de l’automobile et de la mobilité
    L’Anfa renouvelle sa semaine des services de l’automobile et de la mobilité
  • Pièces recyclées : que faire en attendant l’arrêté d’application ?
    Pièces recyclées : que faire en attendant l’arrêté d’application ?

Newsletter
Recherche