Abonnez-vous

Au sommaire du numéro en cours

Enquête : Multimarquisme, le coming out des constructeurs
Interview : Olivier Legrand, Federal-Mogul
Astuce : L’hydrogène au service du décalaminage
Pièces : Bougie, le retour de l’essence !
Comparatif : Les crédits locatifs
Pannes : Le bilan du contrôle technique 2013

Toute l’information pour l’univers du garage

Rapport de l’Autorité, la FNAA s’inquiète de la possible érosion des marges des garagistes

par le

Rapport de l'Autorité, la FNAA s'inquiète de la possible érosion des marges des garagistes

La Fédération nationale des artisans de l’automobile (FNAA) réagit après lecture de l’avis définitif de l’Autorité de la concurrence. Si, sans surprise, l’organisation soutient l’ADLC dans le scénario d’ouverture progressive des pièces dites visibles à la concurrence, elle émet néanmoins un signe d’inquiétude sur la baisse du chiffre d’affaires et des marges que la libéralisation peut engendrer pour ses adhérents. « Les artisans-carrossiers ne peuvent être la variable d’ajustement de la fin d’un monopole » prévient-elle. La FNAA regrette de voir l’ADLC continuer à rendre un hommage appuyé aux assureurs en ce qu’ils « parviennent à négocier des taux horaires très inférieurs aux taux horaires pratiqués sur les autres segments de l’entretien-réparation ». Cela au détriment de la rentabilité des affaires pour la FNAA. Le syndicat, qui combat de longue date les restrictions à l’accessibilité de l’information technique, soutient bien sûr pleinement l’analyse de l’Autorité. Elle regrette néanmoins qu’elle soit contrainte d’expliquer ne pas être légitime à intervenir sur les excès possibles de barrage. Le syndicat demande que le législateur se penche sur une législation plus appropriée, qui se traduise en amendes sonnantes et trébuchantes.

De même, la FNAA souscrit entièrement au constat de l’ADLC sur les clauses qui, selon elle, demeurent effectivement abusives dans l’application des garanties contractuelles et surtout dans les extensions de garantie. En l’occurrence, son service juridique enquête actuellement sur de telles dérives. Sur le sujet de la convergence des prix entre les canaux, du fait de la diffusion de prix de vente conseillés aux ateliers par les équipementiers, la FNAA souligne que toute dérégulation des prix des pièces doit être mise en perspective avec le taux de main-d’œuvre déjà très compétitif qu’appliquent les artisans. À ce titre, l’organisation regrette que l’ADLC n’ait pas constaté que le cumul du prix de pièces et taux de main-d’œuvre était relativement similaire dans les pays d’Europe comparables, seul le mix variant en fonction des pays. La FNAA compte là aussi être très vigilante pour faire en sorte que les constats de l’ADLC ne débouchent pas sur une pression sur les prix des pièces et sur les coûts de main-d’œuvre, ce qui, selon elle, serait préjudiciable à la fois à la rentabilité des entreprises artisanales et au plein déploiement d’une alternative indépendante de qualité qui puisse s’exprimer pleinement dans l’intérêt des consommateurs.

L'info en continu

Mon Entreprise Auto : un bilan satisfaisant du dispositif de cession 10 octobre 2012 par Christophe CARIGNANO Secteur Euromaster lance un C.A.P. MAVA en alternance 15 octobre 2012 par Jean-Marc GERVASIO Secteur

- Voir tous les articles