Renault vise les 450 ateliers solidaires

Publié le par .

Renault vise les 450 ateliers solidaires

Il y a pile deux ans, Renault s’engageait dans l’entreprenariat social en lançant le programme Mobiliz. Le volet le plus concret du programme reste la création du réseau Garage Renault Solidaire. Plus de 150 ateliers de la marque, dont 70 % d’agents, adhèrent à ce jour au réseau Garage Renault Solidaire (GRS) avec l’objectif d’atteindre les 200 points en fin d’année et 250 fin 2015. Ils étaient 70 fin en fin d’année dernière. L’ambition étant de couvrir à terme l’ensemble des départements avec 450 ateliers solidaires.

Sur la base du volontariat, ces derniers s’engagent à appliquer un taux de main-d’œuvre fixé nationalement à 35 euros hors taxes, 50 % moins cher que traditionnellement. Ils s’engagent aussi à vendre les pièces sans marge avec l’appui du constructeur, qui accorde des remises en conséquence en fin d’année. Sur la facture, le prix de la réparation se trouve réduit entre 30 et 50 % mais il n’est applicable que pour les véhicules de 8 CV au plus. Pour en profiter, les bénéficiaires doivent être envoyés par des prescripteurs sociaux. Une quinzaine de types de prescripteurs agissent ainsi en amont pour aiguiller les personnes éligibles vers un GRS.

À travers cette action de solidarité, le constructeur ne cache pas son intérêt de saisir l’occasion de redorer son image et d’inverser la courbe de confiance des automobilistes, bien souvent méfiants vis-à-vis des garagistes. Pour ne pas mettre en péril économique ses ateliers, le constructeur est parti sur le principe selon lequel chaque GRS peut traiter une réparation solidaire par semaine. Avec 200 ateliers partenaires, le réseau pourrait absorber plus de 9000 interventions par an, ce qui est loin d’être aujourd’hui le cas avec un rythme de seulement 40 opérations par mois actuellement. Non pas que les “candidats” manquent, bien au contraire, mais l’offre GRS peine à s’imposer. Pour Renault, le souci se situe au niveau de la prescription, dont il conviendrait de simplifier le processus.

Mais le point dur se situe aussi au niveau de la compréhension et de la compétitivité de l’offre Renault. Bien des dossiers arrivent dans un atelier solidaire sans aboutir à une réparation. Mal informé, le bénéficiaire imagine souvent pouvoir profiter d’une réparation quasi gratuite, et son budget est décalé par rapport au coût de la réparation, qui apparaît comme insuffisamment remisé. C’est un problème lorsque le bénéficiaire met l’offre GRS en compétition avec celles d’autres opérateurs, qui apparaissent moins chers même si leurs propositions ne sont pas totalement comparables.

Retrouvez un dossier complet sur la réparation solidaire dans le prochain numéro de Décision Atelier.

Mots clefs associés à cet article : Renault

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • PSA-Opel, la Commission Européenne donne son accord
    PSA-Opel, la Commission Européenne donne son accord
  • Nissan cède son activité de batteries électriques
    Nissan cède son activité de batteries électriques
  • Innovation : Volkswagen lance son incubateur de start-up
    Innovation : Volkswagen lance son incubateur de start-up
  • Volkswagen nomme un nouveau directeur marketing
    Volkswagen nomme un nouveau directeur marketing
  • Nouvel essor des ventes de VN au mois de juillet
    Nouvel essor des ventes de VN au mois de juillet
  • Groupe PSA : désormais cinq marques constructeurs
    Groupe PSA : désormais cinq marques constructeurs
  • Les 100 ans du Ford TT, pionnier des utilitaires
    Les 100 ans du Ford TT, pionnier des utilitaires
  • Carnet d’entretien numérique : Renault en toute transparence
    Carnet d’entretien numérique : Renault en toute transparence
  • Daimler, BMW, Volkswagen : les petits arrangements de l’industrie allemande qui pourraient coûter cher
    Daimler, BMW, Volkswagen : les petits arrangements de l’industrie allemande qui pourraient coûter cher
  • PSA mise sur le « phygital »
    PSA mise sur le « phygital »
  • Toyota France montre l’exemple de l’hybride
    Toyota France montre l’exemple de l’hybride
  • Parc automobile français : 32 millions de véhicules particuliers
    Parc automobile français : 32 millions de véhicules particuliers
  • Les Français toujours plus séduits par la LOA et la LLD
    Les Français toujours plus séduits par la LOA et la LLD
  • Véhicules neufs : le prix d’achat moyen atteint un nouveau record
    Véhicules neufs : le prix d’achat moyen atteint un nouveau record
  • Véhicule autonome : Renault crée une co-entreprise avec Oktal
    Véhicule autonome : Renault crée une co-entreprise avec Oktal

Newsletter
Recherche