Scepticisme autour de la mise à jour du logiciel « truqueur » de Volkswagen

Publié le par .

Scepticisme autour de la mise à jour du logiciel « truqueur » de Volkswagen

Le rappel des véhicules concernés par le logiciel « truqueur » a commencé dans certains pays européens. Sous l’égide de la FIA, trois clubs automobiles européens (ADAC, ÖAMTC et TCS) ont procédé à des tests sur des véhicules de marque Volkswagen et Audi ayant fait l’objet du rappel pour vérifier si la mise à jour du logiciel pouvait avoir ou non un impact sur les niveaux d’émission, la consommation de carburant et les performances du moteur.

Quatre voitures ont été testées : trois Audi Avant 2.0 l TDI et une VW Golf 2.0 l, et trois tests de mesures différents ont été effectués : le NEDC (qui est le test officiellement utilisé en Europe depuis quarante-trois ans !), la WLTC (procédure d’essai mondiale qui devrait remplacer le NEDC l’an prochain) et le test autoroutier de l’ADAC, BAB130.

Étonnamment, les principaux résultats de ces essais ne révèlent aucun écart significatif concernant les émissions de NOX et de CO2 ou encore la consommation de carburant, mesurées via le cycle NEDC !

« Les autres cycles de test plus représentatifs des conditions de conduite réelles concluent à de plus faibles niveaux d’émissions polluantes », souligne toutefois l’Automobile Club Association. Ainsi, les NOx chutent entre 22 % et 35 % selon la procédure de tests WLTC et BAB130.

Si l’Automobile Club Association retient principalement de ces écarts de diagnostic le fait que la procédure NEDC est obsolète et qu’il faut réformer les procédures d’homologation des véhicules en mettant en place de programmes de tests indépendants, pour d’autres, comme Action Auto Défense, les actions envisagées par le constructeur pour remettre en conformité ses véhicules hors norme sont d’une toute relative efficacité.

Encore beaucoup de questions se posent…

Mi-juin, les dirigeants de VW France ont organisé une rencontre avec l’association d’automobilistes AAD et les experts automobiles du SEAI. Selon Jacques Rivoal, président du directoire de Volkswagen France, tous les clients qui se rendront à l’atelier, afin de bénéficier de l’opération de rappel, recevront une attestation de conformité délivrée par l’organisme de certification et d’homologation KBA. Mais pour AAD, KBA n’a pas une indépendance suffisante par rapport au constructeur pour qu’on lui accorde du crédit.

« Aucune explication, aucune méthodologie de remise à niveau n’est expliquée » s’est ému Florian Mourgues, expert automobile et président du SEAI. « Le logiciel a été prétendument mis à jour. Cela veut-il dire qu’il a été effacé ? Comment identifier la version interdite de la version autorisée ? Nous n’avons obtenu aucune réponse », déplore-t-il.

« À la sortie d’atelier, qui s’assure que la remise à niveau a été effectuée telle que demandée par les autorités ? Qui mesure en toute indépendance ses éventuelles conséquences sur les performances et la fiabilité ? Nous n’avons obtenu que peu d’assurance sur la préservation des intérêts des clients » préviennent Florian Mourgues et Khalid Zarrougui, secrétaire de l’AAD.

Interrogé par Décision Atelier sur les doutes et interrogations émis par les deux organisations, Volkswagen France n’a pas souhaité réagir.

Mots clefs associés à cet article : Volkswagen

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Mercedes-Benz France : une branche utilitaire toujours plus à part entière
    Mercedes-Benz France : une branche utilitaire toujours plus à part entière
  • PSA Retail : 800 embauches en France cette année
    PSA Retail : 800 embauches en France cette année
  • Véhicules électriques : les ventes bondissent en janvier
    Véhicules électriques : les ventes bondissent en janvier
  • La LLD progresse de 1,9 % en 2018
    La LLD progresse de 1,9 % en 2018
  • Tesla rachète Maxwell Technologies
    Tesla rachète Maxwell Technologies
  • Motrio renforce ses outils digitaux
    Motrio renforce ses outils digitaux
  • Pièces de réemploi : PSA se tourne vers Indra
    Pièces de réemploi : PSA se tourne vers Indra
  • Questions à : Jacques-Édouard Daubresse, directeur pièces et services de PSA France
    Questions à : Jacques-Édouard Daubresse, directeur pièces et services de PSA France
  • Un budget moyen de 22 900 euros pour l’achat d’un véhicule neuf
    Un budget moyen de 22 900 euros pour l’achat d’un véhicule neuf
  • Véhicules neufs : + 3 % en 2018
    Véhicules neufs : + 3 % en 2018
  • Électrique : 9 % de part de marché en 2022 ?
    Électrique : 9 % de part de marché en 2022 ?
  • Le marché de l’occasion en baisse en 2018
    Le marché de l’occasion en baisse en 2018
  • Achat neuf ou occasion : le diesel reste toujours majoritaire
    Achat neuf ou occasion : le diesel reste toujours majoritaire
  • Leads Awards : Toyota, Hyundai et Peugeot sur le podium 2018
    Leads Awards : Toyota, Hyundai et Peugeot sur le podium 2018
  • Baisse des immatriculations de véhicules neufs
    Baisse des immatriculations de véhicules neufs

Newsletter
Recherche