Speedy veut grandir dans la roue de Bridgestone

Publié le par .

Quel avenir pour Speedy ? Avec Bridgestone comme actionnaire, le fast-fitter voit grand et veut accélérer son développement grâce aux moyens financiers du groupe nippon. Directeur marketing et communication de l’enseigne, Julien Dubois lève un coin de voile sur la nouvelle feuille de route du réseau de réparation rapide.

Bridgestone veut aider Speedy à passer à la vitesse supérieure selon Julien Dubois.
Bridgestone veut aider Speedy à passer à la vitesse supérieure selon Julien Dubois.

Décision Atelier : Quelles sont les raisons qui ont motivé Speedy à ouvrir son capital à un nouvel actionnaire ?
Julien Dubois :
Speedy était dans une logique de redressement depuis quelques années, et nous avons atteint des objectifs significatifs dans le cadre de notre business plan. Tous nos indicateurs sont repassés au vert au rythme que nous nous étions fixé. Nous n’avions donc pas vocation à nous « mettre sur le marchéñ ». Mais dans un secteur qui se concentre et étant l’un des derniers réseaux indépendants, nous avons fait l’objet depuis cinq ans de plusieurs approches très différentes, dont celle de Bridgestone. Le groupe japonais a affiché un vrai projet de valorisation de l’entreprise en validant notre stratégie, notamment en termes de qualité de service. La culture client, c’est quelque chose qui compte beaucoup pour Bridgestone. Avec Speedy, Bridgestone a évidemment acheté un débouché commercial, une notoriété ainsi que des parts de marché mais aussi des valeurs.

D.A. : Que peut attendre Speedy de l’arrivée de Bridgestone à son capital ?
J.D. :
Pour Speedy, c’est une opportunité exceptionnelle de s’adosser à un grand groupe international de premier plan. C’est le leader mondial du pneumatique qui va nous apporter une surface financière susceptible de supporter tous nos projets. Dans notre marché, de nombreux sujets (digitalisation, connectivité, dépollution, etc.) vont être mobilisateurs de cash à court terme. Or nos investissements étaient jusqu’à aujourd’hui limités par nos résultats. Notre nouvel actionnaire va nous offrir des capacités de financement très importantes, nous permettant d’être innovants dans un secteur très concurrentiel. Ce mois-ci, nous allons d’ailleurs lancer le devis et le rendez-vous en ligne pour l’ensemble de nos activités.

D.A. : Le pneumatique va-t-il devenir un axe de développement important pour le réseau ?
J.D. :
Speedy n’est pas un pneumaticien : le pneumatique, c’est 40 % de notre activité avec environ 1,2 million d’enveloppes écoulées chaque an. La majeure partie de notre activité repose donc sur une gamme de prestations de maintenance variée et génératrice de marge, que tous les pneumaticiens essayent d’ailleurs aujourd’hui de développer. C’est grâce à ce mix produits que Speedy réussit aujourd’hui à dégager une rentabilité significative. Sur le pneu, Bridgestone compte en fait beaucoup sur nous et valorise notre savoir-faire sur cette famille de produits et l’offre de services qui l’accompagne. La rentabilité de l’activité pneumatique est liée aux services périphériques que nous réalisons, et Bridgestone est impressionné par les ratios et résultats que nous leur avons présentés.

D.A. : Avec Bridgestone, vous allez d’ailleurs bénéficier de conditions avantageuses pour vos achats au sein du groupe…
J.D. :
Évidemment, Bridgestone va devenir l’un de nos fournisseurs en France, mais notre politique commerciale devra être dictée par l’adéquation de notre offre à la demande client ainsi que par l’équation rentabilité de Speedy. Autrement dit, nous n’allons pas passer 100 % de notre catalogue en Bridgestone ! En revanche, nous allons faire monter la marque dans notre référencement : ce sera fait intelligemment et dans le respect des attentes de nos clients.

D.A. : Quelle a été la réaction de vos franchisés lorsqu’ils ont appris l’entrée de Bridgestone dans le capital de Speedy ?
J.D. :
Nos franchisés sont un élément important de notre chaîne de valeur et, comme nous, ils voient dans ce partenariat de nombreuses opportunités de faire croître la marque qu’ils soutiennent depuis de nombreuses années. Il y a eu des craintes exprimées mais elles ont été rapidement levées par l’engagement de Bridgestone de conserver l’identité et le management du réseau. L’actionnaire change, et ce sera tout. Jacques Le Foll reste aux manettes, tout comme l’ensemble du comité exécutif. Il n’y aura pas de dirigeant parachuté par Bridgestone, qui a une entière confiance dans la stratégie déployée depuis plusieurs années. C’est une confiance qui est accordée à l’ensemble des équipes de Speedy, aussi bien à celles du siège qu’à celles des centres du réseau.

D.A. : Comment vont cohabiter Speedy et First Stop au sein du groupe ?
J.D. :
Ce sont des réseaux très complémentaires géographiquement avec des clientèles très différentes. Très présent dans les centres urbains, Speedy a une clientèle grand public tandis que First Stop a une activité poids lourd et flottes très importante avec une implantation en zone industrielle. Aucune mutualisation n’a été identifiée pour le moment. Le temps passant, nous allons nous pencher sur le sujet pour dégager peut-être des synergies pouvant bénéficier aux deux enseignes.

Dans la même rubrique :

  • Midas Connect fédère plus de 4 000 clients utilisateurs
    Midas Connect fédère plus de 4 000 clients utilisateurs
  • Speedy remporte son troisième prix du service client de l’année
    Speedy remporte son troisième prix du service client de l’année
  • Speedy lance la prise de rendez-vous et le devis en ligne
    Speedy lance la prise de rendez-vous et le devis en ligne
  • Speedy propose une nouvelle carte de fidélité
    Speedy propose une nouvelle carte de fidélité
  • Speedy passe sous le giron de Bridgestone
    Speedy passe sous le giron de Bridgestone
  • Midas passe à l’entretien connecté
    Midas passe à l’entretien connecté
  • Quand Midas mensualise l’entretien automobile
    Quand Midas mensualise l’entretien automobile
  • Le réseau Speedy dans le viseur de Bridgestone
    Le réseau Speedy dans le viseur de Bridgestone
  • Speedy se joue de la peur du garagiste
    Speedy se joue de la peur du garagiste
  • Midas, l’âge de la maturité
    Midas, l’âge de la maturité
  • Speedy recherche 30 franchisés
    Speedy recherche 30 franchisés
  • Midas : nouveau franchisé dans le Calvados
    Midas : nouveau franchisé dans le Calvados
  • Le réseau Speedy a dopé sa rentabilité en 2015
    Le réseau Speedy a dopé sa rentabilité en 2015
  • Speedy à nouveau élu Service client de l’année
    Speedy à nouveau élu Service client de l’année
  • Midas : Bertrand Cormier devient directeur général
    Midas : Bertrand Cormier devient directeur général

Newsletter
Recherche