Stéphane Antiglio : « L’option Bourse est toujours sur la table »

Publié le par .

Jusqu’alors discret sur l’opération avortée qui aurait dû faire entrer Autodis à la Bourse de Paris, Stéphane Antiglio vient de s’expliquer à ce sujet. Dans un contexte d’économie incertaine, le projet a été suspendu mais reste toujours une option envisageable. Cette mise en suspens ne freine en rien les ambitions de croissance du groupe.

Stéphane Antiglio, président d’Autodis Group.
Stéphane Antiglio, président d’Autodis Group.

Après deux dates de rencontres déprogrammées avec la presse, Stéphane Antiglio, président d’Autodis Group (Autodistribution, Mondial Pare-Brise, Doyen), est revenu sur les circonstances qui ont conduit à stopper l’introduction de la société à la Bourse de Paris.

Une entrée préparée depuis fin 2017 avec une série d’étapes franchies avec succès comme l’explique le responsable : « La préparation a montré que nous étions un groupe éligible à une introduction en Bourse, avec un profil attractif. » Hélas, la tentative a dû prendre fin en mai dernier avant les rencontres finales avec de potentiels investisseurs financiers ; une phase qui aurait dû s’étaler sur deux semaines.

Mauvais signaux économiques

Le processus a été suspendu pour cause de signaux boursiers peu encourageants et peu propices à une introduction en Bourse. « Cette suspension n’est pas liée à notre entreprise mais bien à un contexte de marché où les investisseurs se montrent prudents face à certaines incertitudes de l’économie mondiale », assure Stéphane Antiglio. La publication au même moment par LKQ de prévisions de résultats à la baisse n’a fait que renforcer cette prudence des investisseurs. Une annonce qui a d’ailleurs fait perdre 20 % à l’action du géant américain de la distribution.

Ces éléments de contexte ont conduit Bain Capital et la direction d’Autodis à ne pas poursuivre l’opération boursière afin de ne pas prendre le risque de subir une valeur de départ d’action légèrement inférieure à leur espérance et qui ne reflète pas, à leur sens, le potentiel du groupe.

L’entrée en Bourse a été suspendue avec l’idée de la reprendre dès que le contexte serait plus favorable. L’option reste donc sur la table. Avec seulement deux ans et demi au capital d’Autodis, Bain Capital se donne le temps d’une seconde chance. Au moins deux ans. Rappelons que moins de 50 % du capital devait être cédé dans un premier temps à la Bourse.

Gagner en indépendance

L’entrée en Bourse devait permettre la sortie très progressive de Bain Capital du capital d’Autodis. « Notre volonté est de mettre Autodis sur de nouveaux rails, ceux qui doivent faire sortir le groupe de l’actionnariat classique avec un investisseur unique et majoritaire. Entrer en Bourse, c’est prendre son envol, gagner en autonomie et en indépendance », précise Stéphane Antiglio.

De cette désillusion, le président retient la bonne expérience d’avoir pu soumettre son groupe à l’analyse fine des marchés financiers, qui en ont exploré les moindres détails durant des mois. « Autodis a entièrement été mis à nu à plusieurs niveaux » glisse le responsable, rassuré par les conclusions positives d’évaluation qui en sont ressorties. « Le travail d’entrée en Bourse a contribué à nous faire connaître et à faire connaître notre métier au-delà de notre secteur », minimise le patron.

Malgré ce contre temps boursier, qui a coûté de l’argent, Autodis poursuit sa route et espère accroître ses bénéfices cette année (118 millions d’euros en 2017), notamment par le biais des rachats récents de Geevers et de G-Group.

Ces acquisitions ont été financées par 175 millions d’euros levés rapidement sur le marché obligataire. Une somme qui a permis aussi de refinancer la dette du groupe. « Cette levée va nous permettre de réaliser d’autres acquisitions dans les prochains mois. Notre potentiel de développement reste significatif », assure Stéphane Antiglio.

Rencontre avec le dirigeant à retrouver dans son intégralité dans notre numéro de septembre à paraître.

Mots clefs associés à cet article : Autodis Group, Autodistribution, Doyen Auto, Mondial Pare-brise

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Louez des équipements de portage avec Flauraud
    Louez des équipements de portage avec Flauraud
  • L’Agra donne rendez-vous à Barcelone à ses réseaux de garages
    L’Agra donne rendez-vous à Barcelone à ses réseaux de garages
  • Amerigo International nomme Fabien Moebs pour développer l’activité
    Amerigo International nomme Fabien Moebs pour développer l’activité
  • Pièces d’occasion : le transport en question
    Pièces d’occasion : le transport en question
  • Roady s’allie à Alliance Automotive pour la pièce de réemploi
    Roady s’allie à Alliance Automotive pour la pièce de réemploi
  • Flauraud étend son maillage dans le Sud-Est avec A.I.D.
    Flauraud étend son maillage dans le Sud-Est avec A.I.D.
  • Autodis (Autodistribution) : après la Bourse, les obligations
    Autodis (Autodistribution) : après la Bourse, les obligations
  • Pièces de carrosserie : la Feda redemande la fin au monopole
    Pièces de carrosserie : la Feda redemande la fin au monopole
  • Les ventes de pièces techniques progressent chez Autolia Group
    Les ventes de pièces techniques progressent chez Autolia Group
  • Autolia Group fait évoluer ses solutions digitales
    Autolia Group fait évoluer ses solutions digitales
  • Le nouveau visage de Flauraud
    Le nouveau visage de Flauraud
  • Distribution de pièces : vers une fiscalité plus juste ?
    Distribution de pièces : vers une fiscalité plus juste ?
  • Alternative Autoparts s’installe à Nancy
    Alternative Autoparts s’installe à Nancy
  • Exadis inaugure une plate-forme de distribution à Bordeaux
    Exadis inaugure une plate-forme de distribution à Bordeaux
  • Autodis Group fait l’acquisition de Geevers Auto Parts
    Autodis Group fait l’acquisition de Geevers Auto Parts

Newsletter
Recherche