Vente de véhicules d’exception : CarJager compte sur les garagistes

Publié le par .

La start-up CarJager souhaite mettre en relation les professionnels du marché de l’ancien. Un site en ligne dédié leur permet anonymement de regrouper les annonces de vente et de se rémunérer sur les transactions.

Luc Bousquet et Amy de Leusse, cofondateur et responsable communication et marketing de CarJager.
Luc Bousquet et Amy de Leusse, cofondateur et responsable communication et marketing de CarJager.

CarJager lance une plate-forme digitale à destination des professionnels pour interagir sur les recherches d’automobiles d’exception. Entendre par exception : anciens, youngtimers ou supercars, qui échappent aux circuits classiques de vente. Les marchands indépendants, galeries ou garagistes sont ainsi invités à prendre part au site en ligne.

« Selon une étude, 50 % des ventes de voitures d’exception sont réalisées hors annonces ou ventes aux enchères. C’est le fait essentiellement du bouche à oreille. Les vendeurs et professionnels perdent un temps fou au téléphone pour trouver la perle rare » indique Luc Bousquet, cofondateur. Partis de constats, les deux jeunes fondateurs (dont Stanislas de Courrèges) de la start-up se sont dit qu’il y avait un créneau à prendre grâce la digitalisation générale des parcours d’achat.

Les garagistes, 25 % des apporteurs d’affaires

La plate-forme en ligne veut ainsi organiser et structurer le marché des véhicules d’exception. Créer un réseau en somme. Pour ce faire, les professionnels peuvent télécharger l’application et s’abonner moyennant 150 euros HT par mois. L’inscription permet de consulter et mettre en ligne des annonces de façon anonyme. CarJager propose en outre des services d’expertise et de livraison des véhicules et se rémunère sur les ventes de manière dégressive. Comptez 5 % jusqu’à 50 000 euros, puis 4 à 2 % au-delà.

Une version test du site a réuni trente professionnels marchands et garagistes. « Ces derniers ont parfois des clients qui possèdent ce genre de véhicule et qui se renseignent auprès d’eux pour savoir comment le vendre. CarJager permet aux artisans de rendre service à ces clients et de prendre une commission au passage », explique le cofondateur.

Les fondateurs estiment que 25 % de leurs apporteurs d’affaires/abonnés sont susceptibles d’être des garagistes. Partenaire de Reezocar, CarJager espère atteindre précisément 132 abonnés dans l’année, puis 200 à terme.

Mots clefs associés à cet article : E-commerce, Véhicules d’occasion

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Le marché de l’occasion confirme sa chute
    Le marché de l’occasion confirme sa chute
  • Autoviza enrichit son rapport historique des véhicules
    Autoviza enrichit son rapport historique des véhicules
  • Le contrôle technique au service de la prime à la conversion
    Le contrôle technique au service de la prime à la conversion
  • Occasion : Expedicar profite de la digitalisation des transactions
    Occasion : Expedicar profite de la digitalisation des transactions
  • La chute du marché de l’occasion se poursuit
    La chute du marché de l’occasion se poursuit
  • AutoVisual : le big data au service des pro
    AutoVisual : le big data au service des pro
  • Kyump se déploie à Lille
    Kyump se déploie à Lille
  • L’essence davantage plébiscité en occasion
    L’essence davantage plébiscité en occasion
  • Prime à la conversion : AutoVisual liste les véhicules éligibles
    Prime à la conversion : AutoVisual liste les véhicules éligibles
  • Mon Spécialiste Auto veut doubler ses effectifs de mécaniciens indépendants
    Mon Spécialiste Auto veut doubler ses effectifs de mécaniciens indépendants
  • Mauvais temps pour les véhicules d’occasion
    Mauvais temps pour les véhicules d’occasion
  • Aramisauto  a vendu 36 000 véhicules en 2017
    Aramisauto a vendu 36 000 véhicules en 2017
  • Youpicar : le groupe Colin lance sa plate-forme en ligne
    Youpicar : le groupe Colin lance sa plate-forme en ligne
  • Bonne année… pour le marché du VO
    Bonne année… pour le marché du VO
  • Le marché VO à l’ère du digital
    Le marché VO à l’ère du digital

Newsletter
Recherche