Vidéo’Expertise, l’expertise automobile en mode vidéo numérique

Publié le par .

La start-up evOldata a mis au point un système de vidéo qui fait entrer l’expertise automobile dans l’ère moderne du numérique et de l’instantané.

Vidéo’Expertise, l’expertise automobile en mode vidéo numérique

Avec le lancement de la solution Vidéo’Expertise, l’expertise automobile entre dans l’ère du virtuel et du numérique. Mise au point après deux années de développement par la start-up evOldata, ayant comme associé l’expert Jean-Michel Lanfrit, Vidéo’Expertise permet de réaliser une expertise en direct entre un assuré, un réparateur et un expert sans que ce dernier ait besoin de se déplacer.

« Nous avons lancé Vidéo’Expertise car nous étions frustrés par la photo-expertise, qui fonctionne mal. Nous avons alors imaginé un dispositif qui se rapproche le plus possible de l’expertise terrain tout en faisant entrer notre métier dans l’ère du numérique », explique Jean-Michel Lanfrit.

Trois caméras à l’œuvre

L’expertise s’opère par le bais de la vidéo et plus précisément à l’aide de trois caméras. Une première est pilotable à souhait par l’expert depuis son bureau. Elle lui permet d’aller contrôler un endroit précis de la carrosserie, là où se situe le sinistre. Une caméra fixe, pourvue d’un angle de vue de 180 degrés, permet d’apercevoir le véhicule dans son ensemble. Enfin, pour les endroits invisibles des deux premières caméras, c’est celle intégrée à la tablette utilisée par le garagiste durant l’expertise qui est utilisée.

L’expert a la possibilité de jongler à distance entre ces trois cameras pour mener à bien son expertise, tout en dialoguant avec le garagiste et l’assuré présent. Bien plus précise que la photo-expertise, qui montre souvent ses limites, la vidéo expertise permet le contradictoire tel qu’il est opéré dans une expertise traditionnelle.

Pour préparer et opérer l’expertise, le réparateur se sert d’une tablette numérique WiFi paramétrée pour fonctionner avec l’équipement. C’est à partir de celle-ci qu’il prépare entièrement le dossier d’expertise avant d’entrer en contact avec l’expert lors de l’arrivée du véhicule et de son propriétaire. De son côté, l’expert, sollicité, pilote l’expertise depuis son ordinateur via une interface dédiée. Il a à tout moment la possibilité de faire une capture des images vidéo pour agrémenter son rapport.

La voiture est expertisée en 20 minutes, sans immobilisation

Une fois l’expertise finie, en moins de vingt minutes, l’expert entre en vidéoconférence avec l’assuré pour lui expliquer son rapport d’expertise et éventuellement discuter avec lui de choix comme celui d’opter ou non pour de la pièce d’occasion.

Pour fonctionner, Vidéo’Expertise se sert de l’Internet du garage qui doit présenter un bon débit ADSL. Bien que lumineuses, les caméras demandent que l’expertise soit opérée au sein d’un espace dédié bien exposé à la lumière.

Utilisé depuis un an, Vidéo’Expertise est en service au sein de deux cabinets d’expertises et de cinq ateliers. Environ 800 expertises ont été effectuées à l’aide du dispositif disponible à la location pour 100 euros par mois pour le garagiste. L’expert paye lui au dossier : 5 euros. Une compagnie d’assurances luxembourgeoise a déjà passé commande pour équiper ses experts conseils.

Mots clefs associés à cet article : expert

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Gestion de sinistres : réparateurs et digital au cœur du process
    Gestion de sinistres : réparateurs et digital au cœur du process
  • Edra accueille un nouveau directeur commercial
    Edra accueille un nouveau directeur commercial
  • FixAuto France envisage son développement en franchise
    FixAuto France envisage son développement en franchise
  • Top carrosserie tient sa deuxième convention
    Top carrosserie tient sa deuxième convention
  • Le baromètre FFC du premier trimestre est publié
    Le baromètre FFC du premier trimestre est publié
  • Grêle : la FFC Réparateur signe avec Réseau Débosselage Français
    Grêle : la FFC Réparateur signe avec Réseau Débosselage Français
  • Les réparateurs voguent à vue
    Les réparateurs voguent à vue
  • Benoit Tanguy nommé directeur général d’Aniel
    Benoit Tanguy nommé directeur général d’Aniel
  • Turbo sur M6 : l’ANEA dénonce les allégations calomnieuses d’un expert
    Turbo sur M6 : l’ANEA dénonce les allégations calomnieuses d’un expert
  • Pièces de réemploi : la CFEA consulte ses experts
    Pièces de réemploi : la CFEA consulte ses experts
  • Aniel : 140 % de croissance en cinq ans
    Aniel : 140 % de croissance en cinq ans
  • Frédéric Richard rejoint la FFC en tant que directeur de la communication
    Frédéric Richard rejoint la FFC en tant que directeur de la communication
  • La carrosserie en croissance de 2 % en 2016
    La carrosserie en croissance de 2 % en 2016
  • La FFC Réparateurs s’élève contre le forcing fait autour des pièces d’occasion
    La FFC Réparateurs s’élève contre le forcing fait autour des pièces d’occasion
  • Rôle économique de l’expert : les menaces de la FFC Réparateurs
    Rôle économique de l’expert : les menaces de la FFC Réparateurs

Newsletter
Recherche