l’INRS accompagne les pros sur les risques chimiques

Publié le par .

En 2015, l’INRS lançait un outil innovant pour appréhender les risques chimiques dans l’entreprise. Mis gratuitement à disposition des préventeurs, ce logiciel en ligne affiche plusieurs évolutions notables en 2017.

L'INRS facilite les démarches des professionnels, entre autres contre les risques chimiques.
L'INRS facilite les démarches des professionnels, entre autres contre les risques chimiques.

Depuis 2015, date de son lancement par l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), plus de 15 000 entreprises de tous secteurs ont adopté le logiciel Seirich (système d’évaluation et d’information sur les risques chimiques en milieu professionnel). Cet outil, qui a pour mission d’informer les entreprises sur leurs obligations réglementaires, de les aider à évaluer leurs risques chimiques et à mettre en place un plan d’actions de prévention, a évolué en 2017.

Avec cette nouvelle proposition, l’INRS et de ses partenaires ont pour objectif de favoriser le déploiement de Seirich dans les TPE et d’améliorer la visibilité du dispositif d’accompagnement du logiciel par de l’information et de la formation, en collaboration avec l’ensemble des partenaires du projet. Concrètement, cette version « 2.0 » autorise notamment le travail en réseau, un format de diffusion protégé qui permet de partager les résultats des évaluations sans risque de modification, et des performances améliorées.

« Le logiciel Seirich a été pensé et développé pour s’adapter aux besoins des entreprises. Il propose ainsi plusieurs niveaux d’utilisation adaptés aux connaissances sur le risque chimique des utilisateurs » indique Raymond Vincent, chef du projet Seirich à l’INRS et à l’origine de la création de l’outil.

Voici une présentation du nouveau logiciel Seirich :

Mots clefs associés à cet article : Service, INRS

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • L’inflation du R134a interpelle le CNPA qui demande des explications
    L’inflation du R134a interpelle le CNPA qui demande des explications
  • Eric Burban nommé à la présidence de Secur
    Eric Burban nommé à la présidence de Secur
  • Contrôle technique : un premier bilan
    Contrôle technique : un premier bilan
  • Un premier évènement clé pour Caruso Dataplace
    Un premier évènement clé pour Caruso Dataplace
  • Climatisation : SNDC met en garde contre l’utilisation du Deepcool et du Duracool
    Climatisation : SNDC met en garde contre l’utilisation du Deepcool et du Duracool
  • Les filtres à huile toujours mieux collectés
    Les filtres à huile toujours mieux collectés
  • La formation en alternance progresse dans l’automobile
    La formation en alternance progresse dans l’automobile
  • Stampyt se concentre sur l’automobile
    Stampyt se concentre sur l’automobile
  • Le coût de possession des thermiques toujours avantageux en France
    Le coût de possession des thermiques toujours avantageux en France
  • Les diesels pas plus chers à entretenir que les essence
    Les diesels pas plus chers à entretenir que les essence
  • AAA Data partenaire du CNPA
    AAA Data partenaire du CNPA
  • L’éditeur ETAI recherche un(e) attaché(e) commercial(e)
    L’éditeur ETAI recherche un(e) attaché(e) commercial(e)
  • RGPD : GarageScore veut accompagner les professionnels
    RGPD : GarageScore veut accompagner les professionnels
  • [infographie] CosmétiCar se diversifie dans le nautisme
    [infographie] CosmétiCar se diversifie dans le nautisme
  • Données : la Commission européenne plaide pour l’ouverture
    Données : la Commission européenne plaide pour l’ouverture

Newsletter
Recherche