l’INRS accompagne les pros sur les risques chimiques

Publié le par .

En 2015, l’INRS lançait un outil innovant pour appréhender les risques chimiques dans l’entreprise. Mis gratuitement à disposition des préventeurs, ce logiciel en ligne affiche plusieurs évolutions notables en 2017.

L'INRS facilite les démarches des professionnels, entre autres contre les risques chimiques.
L'INRS facilite les démarches des professionnels, entre autres contre les risques chimiques.

Depuis 2015, date de son lancement par l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), plus de 15 000 entreprises de tous secteurs ont adopté le logiciel Seirich (système d’évaluation et d’information sur les risques chimiques en milieu professionnel). Cet outil, qui a pour mission d’informer les entreprises sur leurs obligations réglementaires, de les aider à évaluer leurs risques chimiques et à mettre en place un plan d’actions de prévention, a évolué en 2017.

Avec cette nouvelle proposition, l’INRS et de ses partenaires ont pour objectif de favoriser le déploiement de Seirich dans les TPE et d’améliorer la visibilité du dispositif d’accompagnement du logiciel par de l’information et de la formation, en collaboration avec l’ensemble des partenaires du projet. Concrètement, cette version « 2.0 » autorise notamment le travail en réseau, un format de diffusion protégé qui permet de partager les résultats des évaluations sans risque de modification, et des performances améliorées.

« Le logiciel Seirich a été pensé et développé pour s’adapter aux besoins des entreprises. Il propose ainsi plusieurs niveaux d’utilisation adaptés aux connaissances sur le risque chimique des utilisateurs » indique Raymond Vincent, chef du projet Seirich à l’INRS et à l’origine de la création de l’outil.

Voici une présentation du nouveau logiciel Seirich :

Mots clefs associés à cet article : Service, INRS

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Le maintien du connecteur OBD officialisé
    Le maintien du connecteur OBD officialisé
  • Macif investit davantage dans Drust
    Macif investit davantage dans Drust
  • [infographie] Kibitoh publie son baromètre des appels téléphoniques en concession
    [infographie] Kibitoh publie son baromètre des appels téléphoniques en concession
  • ST Performance propose la reprogrammation des calculateurs
    ST Performance propose la reprogrammation des calculateurs
  • La FNA interpelle de nouveau sur l’eCall
    La FNA interpelle de nouveau sur l’eCall
  • I’Car Systems et Datafirst se rapprochent
    I’Car Systems et Datafirst se rapprochent
  • C2A Garantie propose la formule Prestige
    C2A Garantie propose la formule Prestige
  • La FNA salue les vertus des évolutions du contrôle technique
    La FNA salue les vertus des évolutions du contrôle technique
  • Clas bouge et le fait savoir
    Clas bouge et le fait savoir
  • Automechanika Francfort dévoile son programme 2018
    Automechanika Francfort dévoile son programme 2018
  • Renault génère du trafic en atelier avec FidMe
    Renault génère du trafic en atelier avec FidMe
  • Budget de l’automobiliste : entre 5 000 et 10 000 euros par an
    Budget de l’automobiliste : entre 5 000 et 10 000 euros par an
  • Prévention des nuisances sonores : le CNPA veille sur la filière
    Prévention des nuisances sonores : le CNPA veille sur la filière
  • Pièce de réemploi : 56 % des Français prêts à l’adopter
    Pièce de réemploi : 56 % des Français prêts à l’adopter
  •  Les avis GarageScore sur les Pages jaunes et lacentrale.fr
    Les avis GarageScore sur les Pages jaunes et lacentrale.fr

Newsletter
Recherche