30 % des entreprises risqueraient la faillite selon le CNPA

Publié le par .

Dans la continuité de la première enquête publiée en avril 2020 afin de mesurer l’impact économique de la crise sanitaire sur les services de l’automobile, le CNPA dévoile aujourd’hui les résultats d’une seconde enquête. Malheureusement, cette dernière confirme la tendance selon laquelle 30 % des entreprises du secteur pourraient cesser leur activité.

Sans mesures adéquates mises en œuvre, c’est 30 % des entreprises du secteur qui craignent la faillite et qui pourraient mettre en jeu 40 000 à 50 000 postes.
Sans mesures adéquates mises en œuvre, c’est 30 % des entreprises du secteur qui craignent la faillite et qui pourraient mettre en jeu 40 000 à 50 000 postes.

Si la reprise est amorcée depuis le 11 mai, la crise a profondément affecté le moral des troupes. En effet, 30 % des chefs d’entreprise disent n’avoir plus confiance en l’avenir et craindre la faillite. Entre 40 000 et 50 000 emplois des services de l’automobile pourraient être touchés par la crise du Covid-19.

Les patrons estiment à 64 % que la reprise sera lente et progressive, en particulier dans le secteur du commerce automobile (76 %) et de la location de véhicules (92 %). Rappelons que la chute d’activité des entreprises a oscillé entre 80 et 100 % pendant les deux mois de confinement.

Une reprise modeste

Dans ce contexte, plus de 60 % des entreprises envisagent de prendre des mesures financières et sociales pour leur exploitation, en particulier les concessionnaires (70 %) et les loueurs de courte durée (92 %). Une entreprise sur deux (51 %) envisage de reporter ses investissements, tandis que 39 % prévoient de les annuler totalement. Plus du tiers des entreprises envisagent un plan de restructuration, un plan social, voire des licenciements.

Dans le commerce, la baisse d’activité avoisinait les 85 % pendant la période de confinement. Après une semaine de reprise, on constate une fréquentation modeste dans les concessions automobiles, que ce soit pour la vente de véhicules d’occasion ou de véhicules neufs. Une fréquentation plus soutenue est cependant constatée dans le secteur de l’entretien-réparation, avec l’impératif d’entretien du parc automobile après la période de confinement. Les carnets de commande sont remplis jusqu’à début juin, mais les règles sanitaires mises en place ralentissent cependant le nombre d’entrées en atelier.

Des attentes fortes pour une prorogation des mesures de soutien aux entreprises et des exonérations de charges fiscales et sociales

L’enjeu est aujourd’hui la survie d’un tissu de TPE et de PME de proximité essentiel à la mobilité des Français. Les entreprises des services de l’automobile ont sollicité massivement les dispositifs d’accompagnement mis en place par l’État. À titre d’exemple, 50 % d’entre elles bénéficient actuellement du soutien du Fonds de solidarité.

Toutefois, au regard de la sinistralité de la filière, ces mesures d’urgence ne suffiront pas à court terme pour assurer une reprise pérenne de l’activité. Ainsi, 62 % des entreprises demandent la prorogation des mesures d’urgence jusqu’à l’automne (chômage partiel, prêts garantis par l’État, Fonds de solidarité), tandis que 84 % souhaitent une exonération totale de charges fiscales et sociales. Les prêts garantis par l’État (PEG) doivent avant tout permettre aux entreprises de consolider leurs fonds propres et d’investir, plutôt que de combler les déficits de trésorerie générés par la crise.

La relance de la filière doit passer par les services de l’automobile

La relance de la filière automobile repose, non seulement sur l’amont, mais également sur l’aval de la filière, qui apparaît, à certains égards, comme encore plus fragilisé que l’amont. L’aval de la filière représente 500 000 emplois implantés dans l’ensemble des territoires. Il est impératif de préserver ces activités générant des retombées économiques importantes au niveau local.

Le CNPA présentera en ce début de semaine les mesures clés de son plan de relance R3, afin de permettre un réel redémarrage de l’activité automobile en France, du commerce de véhicules à leur recyclage, en passant par l’entretien et la réparation, la sécurité routière et toutes les offres de services aux automobilistes.

Mots clefs associés à cet article : CNPA, Étude

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Le GNFA dans la tourmente
    Le GNFA dans la tourmente
  • Véhicules hors d’usage : avec quel réseau collaborent les constructeurs ?
    Véhicules hors d’usage : avec quel réseau collaborent les constructeurs ?
  • Clas, nouveau RDV sur sa chaîne YouTube
    Clas, nouveau RDV sur sa chaîne YouTube
  • Le superéthanol-E85 distribué dans plus de 2 000 stations-services
    Le superéthanol-E85 distribué dans plus de 2 000 stations-services
  • Würth s’attelle à la formation
    Würth s’attelle à la formation
  • Vers une « phygitalisation » des concessions
    Vers une « phygitalisation » des concessions
  • Bons chiffres pour la rentrée 2020 de l’apprentissage
    Bons chiffres pour la rentrée 2020 de l’apprentissage
  • Le 3e trimestre voit s’accroitre les liquidations judiciaires
    Le 3e trimestre voit s’accroitre les liquidations judiciaires
  • Malus écologique : la FNA dénonce un rétropédalage
    Malus écologique : la FNA dénonce un rétropédalage
  • Rétrofit : séduisant, pertinent…mais couteux
    Rétrofit : séduisant, pertinent…mais couteux
  • L’AEE confie à SGS l’audit des prescripteurs labellisés
    L’AEE confie à SGS l’audit des prescripteurs labellisés
  • Le Gouvernement encourage le déploiement des infrastructures de recharge
    Le Gouvernement encourage le déploiement des infrastructures de recharge
  • Les loueurs soutenus par le Gouvernement
    Les loueurs soutenus par le Gouvernement
  • Électrification : les stations-service pourraient enregistrer une perte de 50 % de leurs profits d’ici à 2035
    Électrification : les stations-service pourraient enregistrer une perte de 50 % de leurs profits d’ici à 2035
  • La collective Bioéthanol contre la hausse des taxes sur le SP95-E10
    La collective Bioéthanol contre la hausse des taxes sur le SP95-E10

Newsletter
Recherche