Alliance Automotive Group et la tentation du vitrage

Publié le par .

Alliance Automotive Group cherche depuis longtemps une solution pour se lancer sur le marché du vitrage. Le groupement a finalement pris la décision d’y déployer ses propres réseaux. Directeur des réseaux VL, Vincent Congnet est dernièrement revenu sur cette nouvelle offre où tout reste à construire.

Alliance Automotive Group souhaite se developper rapidement sur le créneau du vitrage.
Alliance Automotive Group souhaite se developper rapidement sur le créneau du vitrage.

Lors de ses conventions réseaux de novembre, Alliance Automotive Group (AAG) a annoncé le lancement de Preci’Glass et de Top Glass. « Nos carrossiers sont en difficulté. Ils ont besoin que nous les accompagnions dans tous les axes possibles de diversification. Quand on parle vitrage, on pense souvent à Carglass et à l’apport d’affaires, sauf que nous avons un rôle à jouer dans l’inspection des véhicules. Nous avons pour vocation de ne laisser partir aucun automobiliste hors de nos réseaux » explique Vincent Congnet, directeur des réseaux VL d’AAG pour justifier ce choix de se lancer dans le vitrage.

Si le groupement de distribution n’a pas l’ambition de faire de ses ateliers les grands spécialistes incontournables du vitrage, il cherche néanmoins à reprendre pied sur ce marché délaissé des réparateurs et devenu au fil du temps plus technologique. Selon les calculs d’Alliance, faire du vitrage avec 5 % de clientèle pourrait rapporter 30 000 euros de CA complémentaire par garage et par an.

Alors que 90 % des sinistres « vitrage » sont indemnisés par les assureurs, AAG souhaite nouer des partenariats avec les compagnies. Il lui faudra alors posséder le bon maillage d’opérateurs. « Nous pensons avoir entre 400 et 500 points de service d’ici à six mois » indique Vincent Congnet, qui annonce par ailleurs travailler sur une offre commerciale à destination des assureurs. « Nous discutons avec les assureurs pour apporter des choses que nos concurrents ne font pas », poursuit le responsable. En attendant, pour séduire le consommateur, AAG mise, sans obligation pour les ateliers, sur le remboursement de la franchise au sinistré, voire le don d’un chèque cadeau de 50 euros.

Le challenge des appros, de la formation et de l’équipement

Dans cette conquête du vitrage, plusieurs défis attendent néanmoins la centrale d’achat. Déjà celle de se structurer pour la distribution de vitrage. Car actuellement seuls 30 % des distributeurs du groupement stockent du vitrage. « C’est un métier compliqué, sans doute le plus compliqué » de l’aveu même du directeur. Les 70 % distributeurs restants devront se fournir soit en direct chez les fabricants, soit auprès de grossistes spécialisés, dont un en particulier. Saint-Gobain, Pilkington, 2A Distribution ? Difficile de savoir, le nom est gardé secret. Mais l’ambition d’AAG est bien de bâtir à terme son propre stock, au moins en dépannage dans un premier temps. Ce stock serait supporté par sa filiale spécialisée en pièces de carrosserie : Saint Amand Service France. Mais le chemin est encore long avant de disposer d’une offre à la hauteur.

Être grossiste en vitrage réclame de la place, un approvisionnement de qualité et de l’expertise avec un fin travail de catalogage alors que plusieurs références de vitres existent pour un même modèle de véhicule. « Nous sommes en train d’acquérir cette expertise avec nos partenaires qui nous épaulent au quotidien sur ce sujet », confie Vincent Congnet. Dans ce sens, la centrale finalise un catalogue électronique spécifique.

Autre défi du programme « vitrage » d’AAG, celui de former et d’équiper les ateliers en conséquence. Le cahier des charges de Top Glass et de Préci’Glass demande ainsi de posséder au moins un opérateur dédié avec une formation au métier obligatoire d’une journée. Une formation qui semble bien courte aux dires des spécialistes face aux évolutions technologiques. L’achat d’un banc de calibration Adas n’est pas imposé. Un équipement pourtant indispensable dans le cadre du remplacement d’un pare-brise moderne et que seules 10 % des carrosseries possèdent à ce stade. L’idée d’AAG est de jouer la carte de la mutualisation avec la mise en place, d’ici à la fin de l’année, d’un maillage national de garages et de distributeurs équipés à même de proposer en sous-traitance cette prestation de calibration. « Nous avons même des professionnels qui proposent cette calibration en atelier mobile », précise Vincent Congnet.

Mots clefs associés à cet article : Vitrage, Alliance Automotive

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Prix de pièces de carrosserie : envolée chez PSA
    Prix de pièces de carrosserie : envolée chez PSA
  • La FFC Mobilité Réparation et Services change de médiateur
    La FFC Mobilité Réparation et Services change de médiateur
  • Five Star promeut Repair Zen
    Five Star promeut Repair Zen
  • Albax électrifie sa flotte de véhicules
    Albax électrifie sa flotte de véhicules
  • Gruau sort de la procédure de sauvegarde
    Gruau sort de la procédure de sauvegarde
  • Careden au service de la carrosserie légère
    Careden au service de la carrosserie légère
  • Symach DryKing : la cabine pensée pour doubler le nombre de cycles
    Symach DryKing : la cabine pensée pour doubler le nombre de cycles
  • Les assureurs maintiennent leurs mesures de soutien aux carrossiers
    Les assureurs maintiennent leurs mesures de soutien aux carrossiers
  • Assercar et AkzoNobel deviennent partenaires
    Assercar et AkzoNobel deviennent partenaires
  • Métiffiot affiche en grand son savoir-faire
    Métiffiot affiche en grand son savoir-faire
  • [Rencontre] Thomas Kretzschmar, Prefikar (ex-Nobilas)
    [Rencontre] Thomas Kretzschmar, Prefikar (ex-Nobilas)
  • Fix Auto agrandit son maillage
    Fix Auto agrandit son maillage
  • Five Star plaide pour la mutualisation
    Five Star plaide pour la mutualisation
  • Carflex soutient l’économie locale
    Carflex soutient l’économie locale
  • Siliglass approche les 30 centres
    Siliglass approche les 30 centres

Newsletter
Recherche