Arval Autoselect capitalise sur la notoriété d’Arval

Publié le par .

Arval Autoselect, jusqu’il y a peu encore baptisé Autovalley, capitalise sur la notoriété d’Arval et sur celle de sa maison mère, BNP Paribas. Ce changement de nom permet également une nouvelle dynamique qui promet divers projets à venir.

Autoselect s’appuie aussi sur deux sites à Rennes et en région parisienne (à Bondoufle, dans l’Essonne), tout en laissant une large place à la vente en ligne (©Arval Autoselect)
Autoselect s’appuie aussi sur deux sites à Rennes et en région parisienne (à Bondoufle, dans l’Essonne), tout en laissant une large place à la vente en ligne (©Arval Autoselect)

Arval Autoselect est un site édité par Arval, filiale de BNP Paribas créée en 1989 et spécialisée dans la location de véhicules d’entreprise. Historiquement, la plate-forme réservait la vente de véhicules d’occasion à la clientèle professionnelle, comme les marchands et les concessionnaires. Puis, avec Autovalley, Arval s’est mis à vendre également aux particuliers. Aujourd’hui, l’enjeu d’Arval est de relancer cette activité avec un nouveau nom. En effet, au mois de juin dernier Arval France Autovalley est devenu Arval Autoselect. Celle relance intervient pour deux raisons. Premièrement, Arval est convaincu de sa notoriété B to B, auprès des professionnels, mais également de l’intérêt des particuliers pour l’achat de véhicules d’occasion fiables et semi-récents. Dans un second temps, Arval connaît une croissance chaque année et une diversification de ses sources.

La plate-forme de vente de véhicules d’occasion propose une offre phygitale, c’est-à-dire à la fois sur le Web et sur des sites « physiques ». Ferréol Mayoly, directeur général d’Arval France, explique que ce changement de nom en Arval Autoselect est lié à une refonte de l’ergonomie du site, qui permet « une expérience utilisateur simplifiée et l’uniformisation européenne de l’appellation de cette plate-forme ». Le parcours client web a été repensé dans le but de générer un « regain d’intérêt » auprès des acheteurs. Concrètement, la plate-forme permet aux visiteurs de bénéficier d’un véhicule d’occasion parmi un large choix de citadines, berlines, coupés, cabriolets, break, monospaces, 4 x 4, SUV ou encore utilitaires, et garantit le meilleur rapport qualité/prix. Les occasions en vente ont toutes moins de 5 ans (ou moins de 120 000 kilomètres). En tout, la plate-forme propose plus ou moins 500 véhicules de 20 marques différentes. Tous sont garantis six mois et bénéficient, en plus du contrôle technique obligatoire, d’une inspection portant sur plus de 140 points avant livraison. Cette dernière est d’ailleurs possible à domicile, si l’acheteur ne désire pas retirer le véhicule dans l’un des deux centres d’accueil. Le transporteur prend alors contact avec le client directement pour convenir d’un rendez-vous et lui remettre clés et documents de cession. La livraison est gratuite si l’automobiliste habite à moins de 50 kilomètres de l’un des deux centres. Sinon, un prix forfaitaire par région est proposé. À noter que certains véhicules sont éligibles à la prime à la conversion.

Les garanties d’Arval

Face à la concurrence, surtout face au marché entre particuliers, Arval Autoselect garantit le « pas de surprise ». Selon Ferréol Mayoly, le vrai plus d’Autoselect est dans la garantie de la traçabilité de ses véhicules d’occasion. Les voitures sont issues de contrats longue durée et louées depuis moins de cinq ans. Pour les véhicules particuliers, ils sont en général d’anciennes voitures de fonction. La plate-forme s’assure que l’occasion a bénéficié d’un contrat d’entretien auprès d’un réseau de professionnels agréé par les marques et sélectionné par Arval. Toutes les opérations sont ainsi traçables et consultables sur la fiche du véhicule. L’acheteur se voit d’ailleurs remettre entre les mains l’historique du véhicule lors de son achat. Par ailleurs, les occasions bénéficient de la garantie commerciale Optimale d’une durée de six mois. Cette dernière couvre les frais de réparation liés à la panne mécanique et qui inclut des prestations d’assistance. Enfin, l’acheteur a vingt jours après la livraison pour changer d’avis et se faire rembourser. En revanche, alors qu’on pourrait le penser, à ce jour Arval Autoselect ne propose pas de solutions de financement.

Après ce lancement accéléré du projet, Autoselect continue son développement. Pour la suite, l’ambition est de nouer des partenariats forts, comme avec BNP, La Matmut, Generali ou encore Engie.
[Article DA n°152]

Mots clefs associés à cet article : Véhicules d’occasion

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • L’occasion signe un record absolu en juillet
    L’occasion signe un record absolu en juillet
  • Trustoo s’associe à LeLynx.fr
    Trustoo s’associe à LeLynx.fr
  • Pourquoi les constructeurs accélèrent sur le véhicule d’occasion
    Pourquoi les constructeurs accélèrent sur le véhicule d’occasion
  • [Video] Weinmann Technologies mise sur le remarketing VO
    [Video] Weinmann Technologies mise sur le remarketing VO
  • Le nouveau profil de l’acheteur de véhicule d’occasion
    Le nouveau profil de l’acheteur de véhicule d’occasion
  • Record d’immatriculations des occasions en juin
    Record d’immatriculations des occasions en juin
  • Je vends votre auto noue un partenariat avec Et Hop ! Pare-brise
    Je vends votre auto noue un partenariat avec Et Hop ! Pare-brise
  • Carlab : faire la différence dans un marché ultra-concurrentiel
    Carlab : faire la différence dans un marché ultra-concurrentiel
  • Stampyt se lance dans la vidéo
    Stampyt se lance dans la vidéo
  • Arval France Autovalley devient Arval Autoselect
    Arval France Autovalley devient Arval Autoselect
  • Autosphère se lance dans la location de véhicules de collection
    Autosphère se lance dans la location de véhicules de collection
  • Le marché de l’occasion reprend des couleurs
    Le marché de l’occasion reprend des couleurs
  • Capcar répond au Covid-19 par l’innovation
    Capcar répond au Covid-19 par l’innovation
  • Stampyt lance le « détourage hybride »
    Stampyt lance le « détourage hybride »
  • Baisse de 77,3 % des ventes VO en avril
    Baisse de 77,3 % des ventes VO en avril

Newsletter
Recherche