Covid-19 : urgence sanitaire et congés payés

Publié le par .

Pour limiter les pertes financières et le recours au chômage partiel, l’État, en urgence sanitaire, autorise les employeurs à imposer la prise de congés payés.

En ces temps exceptionnels, l’employeur peut, sous certaines conditions, imposer et/ou modifier la prise de congés payés de ses salariés dans la limite de six jours.
En ces temps exceptionnels, l’employeur peut, sous certaines conditions, imposer et/ou modifier la prise de congés payés de ses salariés dans la limite de six jours.

La France est en urgence sanitaire. C’est dans ce contexte que le Gouvernement a pris 25 mesures par voie d’ordonnances. On retiendra que certaines d’entre elles concernent les congés payés. À savoir que l’employeur peut, sous certaines conditions, imposer et/ou modifier la prise de congés payés de ses salariés dans la limite de six jours. Ces congés peuvent être fractionnés. De même, l’employeur peut imposer et/ou modifier la prise de journée de repos dans la limite de dix jours aux salariés en forfait jours ou soumis au régime 37 h/12 j de repos, 39 h/24 j de repos. Enfin, la direction peut imposer que les droits affectés sur le compte épargne-temps du salarié soient utilisés par la prise de jours de repos.

Le CNPA a fait savoir que ses experts procédaient actuellement à une analyse du contenu de ces ordonnances afin de communiquer une fiche de synthèse. Le décret relatif aux conditions d’indemnisation du chômage partiel est également en cours d’analyse par le syndicat.

1,2 million de salariés en activité partielle

Le ministère du Travail a publié les derniers chiffres de demande de chômage partiel : au 25 mars, près de 100 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, et 1,2 million de salariés sont concernés, pour un montant total de près de 4 milliards d’euros.
Depuis le début de la crise, et selon les chiffres du ministère, il apparaît qu’un nombre marginal de demandes de chômage partiel aient été refusées par les Direccte sur tout le territoire et ce, de façon justifiée.

Dans la même rubrique :

  • Le Garac intègre les véhicules historiques
    Le Garac intègre les véhicules historiques
  • Un consortium autour de la recharge nouvelle génération
    Un consortium autour de la recharge nouvelle génération
  • Reconnaissance historique des entreprises de proximité : la FNA salue le geste
    Reconnaissance historique des entreprises de proximité : la FNA salue le geste
  • Hausse des dépenses liées à la prime à la conversion et au bonus en 2019
    Hausse des dépenses liées à la prime à la conversion et au bonus en 2019
  •  Autopromotec repoussé en 2022
    Autopromotec repoussé en 2022
  • Bornes électriques : le challenge de la France
    Bornes électriques : le challenge de la France
  • Des utilitaires électriques en auto-partage à Paris
    Des utilitaires électriques en auto-partage à Paris
  • L’Anfa partenaire de l’Opco Mobilités
    L’Anfa partenaire de l’Opco Mobilités
  • Retrofuture s’affirme sur le marché naissant du rétrofit
    Retrofuture s’affirme sur le marché naissant du rétrofit
  • Élisabeth Borne confirme la création d’une dizaine de nouvelles zones à faibles émissions
    Élisabeth Borne confirme la création d’une dizaine de nouvelles zones à faibles émissions
  • Prime à la conversion : plus de 25 % des véhicules éligibles déjà vendus
    Prime à la conversion : plus de 25 % des véhicules éligibles déjà vendus
  • La FFC fait évoluer la « Tribu »
    La FFC fait évoluer la « Tribu »
  • L’Utac Ceram et Serma Group s’intéressent aux batteries
    L’Utac Ceram et Serma Group s’intéressent aux batteries
  • Les loueurs courte durée réclament justice
    Les loueurs courte durée réclament justice
  • Fortes chaleurs : Mondial Assistance connaît une hausse de 21 % de son activité
    Fortes chaleurs : Mondial Assistance connaît une hausse de 21 % de son activité

Newsletter
Recherche