Des pannes toujours plus coûteuses

Publié le par .

Selon le garantisseur CarGarantie, le coût moyen d’une panne en 2018 s’élève à 527 euros, contre 502 euros deux ans plus tôt.

Selon le garantisseur CarGarantie, le coût moyen d’une panne en 2018 s’élève à 527 euros, contre 502 euros deux ans plus tôt.
Selon le garantisseur CarGarantie, le coût moyen d’une panne en 2018 s’élève à 527 euros, contre 502 euros deux ans plus tôt.

Selon les observations du garantisseur CarGarantie, les coûts moyens de réparation en cas de panne enregistrent à nouveau une nette augmentation en 2018, passant de 502 euros en 2016 à 527 euros en 2018.

L’étude a évalué 767 262 garanties de voitures d’occasion et 240 956 garanties de voitures neuves arrivées à échéance, toutes marques et modèles confondus, d’une durée de 12, 24 et 36 mois.

« Si les nouvelles voitures sont de plus en plus performantes et polyvalentes, le revers de la médaille réside dans les coûts de réparation. Après des années de croissance continue mais modérée, on observe une nette augmentation du coût moyen par sinistre depuis deux ans », commente CarGarantie.

Le moteur, à l’origine des sinistres les plus coûteux

Pour les véhicules d’occasion, la répartition des coûts des différents composants reste sensiblement la même. Comme l’année précédente, le moteur est à l’origine des coûts les plus importants (2017 : 24,2 %, 2018 : 23,6 %), suivi par le système d’admission d’air (turbocompresseur inclus) et la boîte de vitesses. Le système d’admission enregistre une faible augmentation de 0,5 % pour passer à 28,2 %, et la boîte de vitesses un très léger recul pour passer à 11,6 % (2017 : 11,7 %).

Pour les voitures neuves, le classement est différent. Alors que l’an dernier le système d’admission était à l’origine de la majorité des coûts, c’est le moteur qui occupe la première place cette année, avec une progression de 1 %, pour passer à 21,3 %. Il est suivi à la deuxième place par le système d’alimentation en air avec 21 % (2017 : 20,3 %) et à la troisième place par l’installation électrique (– 0,6 % passant à 10,7 %), qui occupait encore la quatrième place en 2017.

La fréquence des sinistres répartie par composants n’a pratiquement pas évolué par rapport à l’année précédente. Bien que le moteur soit à l’origine de la majorité des frais, tant pour les voitures d’occasion que pour les voitures neuves, il occupe seulement la troisième place en ce qui concerne la fréquence des sinistres avec 10,8 % pour les voitures d’occasion et la quatrième place avec 8,7 % pour les voitures neuves. Comme l’année précédente, l’électronique de confort occupe la troisième place pour les voitures neuves, (9,5 %, soit une augmentation de 0,7 %).

En deuxième position, on trouve encore l’installation électrique pour les voitures d’occasion comme pour les voitures neuves, avec des valeurs comparables à celles de l’année précédente (VO : 17,4 %, VN : 17,8 %). Comme l’année dernière également, le système d’alimentation (turbocompresseur inclus) occupe la première place avec 19,9 % (VO) et 21,5 % (VN). Au total, le système d’alimentation est à l’origine d’environ un cinquième des sinistres.

Les sinistres surviennent un peu plus tard

Après avoir enregistré une hausse de la survenance précoce des sinistres l’an dernier, la situation a légèrement changé en 2018. Pour les voitures d’occasion, 30,1 % des sinistres (2017 : 33,2 %) surviennent encore au cours des 5 000 premiers kilomètres. Par ailleurs, plus de quatre cinquième des sinistres apparaissent au cours des 25 000 premiers kilomètres (2018 : 83,3 %, 2017 : 85,3 %). Pour les voitures neuves, on observe un léger recul. Environ un quart des sinistres ont lieu durant les 25 000 premiers kilomètres (2018 : 27 %, 2017 : 30,3 %).

Il en va de même pour la répartition des sinistres en fonction de leur survenance en jours. Pendant la première année, 80,9 % des voitures d’occasion (2017 : 83,3 %) et 46,7 % des voitures neuves (2017 : 54,9 %) ont recours à la garantie.






Mots clefs associés à cet article : Garantie

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Nouveau tour de vis pour accélérer la mise en place des ZFE
    Nouveau tour de vis pour accélérer la mise en place des ZFE
  • François Brabander réélu à la présidence du Sesamlld
    François Brabander réélu à la présidence du Sesamlld
  • Le CNPA et Via ID présentent la nouvelle promotion du Moove Lab
    Le CNPA et Via ID présentent la nouvelle promotion du Moove Lab
  • Imaweb-IDF devient Imaweb
    Imaweb-IDF devient Imaweb
  • Assistance : une saison estivale contrastée
    Assistance : une saison estivale contrastée
  • Convention citoyenne pour le climat : le CNPA exprime ses inquiétudes
    Convention citoyenne pour le climat : le CNPA exprime ses inquiétudes
  • FFED lance sa plate-forme roulezpascher.com
    FFED lance sa plate-forme roulezpascher.com
  • Trophées de l’environnement : PSA et Renault récompensés pour leur solidarité
    Trophées de l’environnement : PSA et Renault récompensés pour leur solidarité
  • 50 % de part de marché pour le SP95-E10
    50 % de part de marché pour le SP95-E10
  • Opco Mobilités apporte des solutions au plan « 1 jeune, 1 solution »
    Opco Mobilités apporte des solutions au plan « 1 jeune, 1 solution »
  • #Connect Aftermarket 2020, haut niveau de sécurité et d’intervenants
    #Connect Aftermarket 2020, haut niveau de sécurité et d’intervenants
  • Progression spectaculaire des V.E. sur juillet et août
    Progression spectaculaire des V.E. sur juillet et août
  • Pour CarVertical, fiabilité automobile ne rime pas avec diffusion
    Pour CarVertical, fiabilité automobile ne rime pas avec diffusion
  • RH : les modalités du « Plan jeunes » à 6,7 milliards d’euros
    RH : les modalités du « Plan jeunes » à 6,7 milliards d’euros
  • Qu’attendent les Français d’un V.E ?
    Qu’attendent les Français d’un V.E ?

Newsletter
Recherche