Eco-Entretien : Feu Vert dit oui !

Publié le par .

Après dix mois de tests et de réflexion, Feu Vert a fait le choix de rejoindre l’Association Eco-Entretien à l’image d’autres réseaux avant lui.

Après dix mois de tests et de réflexion, Feu Vert a fait le choix de rejoindre l’Association Eco-Entretien.
Après dix mois de tests et de réflexion, Feu Vert a fait le choix de rejoindre l’Association Eco-Entretien.

Après Speedy, Midas, Norauto et autres, c’est au tour de Feu Vert de rejoindre l’association Eco-Entretien. Une bonne nouvelle pour cette dernière, en passe de convaincre l’essentiel des réseaux multimarques de rejoindre son programme. Reste à persuader désormais les enseignes constructeurs encore absentes au tableau. Ces dernières semblent miser davantage sur le renouvellement du parc plutôt que son « décrassage ».

2 500 tests effectués

Après avoir réalisé à titre expérimental 2 500 opérations d’éco-entretien depuis février 2018 au sein de huit centres pilotes, Feu vert a donc fait le choix de labelliser ses ateliers selon la charte de l’association. « Les véhicules qui se feront retoquer dans le cadre du futur contrôle technique sont le cœur de clientèle des centres-autos. Il est important pour Feu Vert de rejoindre un programme de référence comme l’est celui de l’association Eco-Entretien et l’ensemble de son environnement » explique Bruno Crocheton, directeur technique de Feu Vert.

Le responsable technique estime que sur les 12 millions de véhicules diesel qui passent chaque année le contrôle technique, du fait des nouvelles procédures réglementaires, près d’un million sera non conforme au niveau des émissions polluantes. Soit quatorze fois plus qu’actuellement !

Conformément aux exigences de l’organisation, l’enseigne doit investir pour être labellisée Eco-Entretien. « Un investissement symbolique, extrêmement raisonnable par rapport à la reconnaissance que va nous apporter la labellisation, l’enjeu sociétal et le chiffre d’affaires attendu », estime le responsable. Pour être labellisé, un atelier devra payer environ 150 euros par an.

Mais c’est sans compter l’investissement en équipement prescrit dans le cahier des charges de l’Eco-Entretien. Le réseau utilise pour faire ses analyses pollution la solution de Bosch complétée par le logiciel d’analyse de la société Spheretech, qui fournit par ailleurs les produits de décalaminage moteur.

En parallèle de ces équipements, Feu Vert évalue l’analyseur Actia (encore non homologué Eco-Entretien), déjà fournisseur en équipement de diagnostic des centres. Pour compléter le dispositif, tous les centres devront acquérir en complément un opacimètre.

Feu Vert prévoit de vendre la prestation d’analyse des gaz 29 euros

Sur le million de véhicules potentiellement mesurés non conformes lors du contrôle réglementaire, l’enseigne estime que dans 50 % des cas un décalaminage suffira à rétablir le niveau d’émissions polluantes. L’autre moitié nécessitera une intervention mécanique.

La centrale espère atteindre le nombre de 150 centres labellisés l’an prochain. L’ensemble des 350 ateliers devra l’être d’ici à 2020. L’audit de labellisation sera conduit en interne par un formateur technique du réseau.

Mots clefs associés à cet article : Feu Vert, Eco-Entretien

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Norauto va suivre la caravane du Tour de France 2019
    Norauto va suivre la caravane du Tour de France 2019
  • Norauto veut faire baisser le coût de l’assurance
    Norauto veut faire baisser le coût de l’assurance
  • Feu Vert fait évoluer son offre de financement
    Feu Vert fait évoluer son offre de financement
  • Norauto ouvre son 408e centre à Joué-lès-Tours
    Norauto ouvre son 408e centre à Joué-lès-Tours
  •  Lavage : Norauto s’associe à Sineo
    Lavage : Norauto s’associe à Sineo
  • Roady propose le devis en ligne par centre
    Roady propose le devis en ligne par centre
  • Norauto : nouvelle incursion dans le VO avec GGP Automobiles
    Norauto : nouvelle incursion dans le VO avec GGP Automobiles
  • Norauto veut lever les freins à l’entreprenariat avec la franchise
    Norauto veut lever les freins à l’entreprenariat avec la franchise
  • Feu Vert revoit ses conditions d’adhésion
    Feu Vert revoit ses conditions d’adhésion
  • Norauto promeut la semaine des services et de la mobilité
    Norauto promeut la semaine des services et de la mobilité
  • Norauto se met aussi au bioéthanol
    Norauto se met aussi au bioéthanol
  • Speedy : un troisième centre à Madrid
    Speedy : un troisième centre à Madrid
  • Feu Vert compte désormais 354 points de service en France
    Feu Vert compte désormais 354 points de service en France
  • Point S dans la communication avec le rachat de Yucatan
    Point S dans la communication avec le rachat de Yucatan
  • Feu Vert gère 14 000 contrats d’entretien
    Feu Vert gère 14 000 contrats d’entretien

Newsletter
Recherche