Eco-Entretien : les professionnels sollicitent les Pouvoirs Publics

Publié le par .

Désormais renforcée par la présence de tous les syndicats, l’Association Eco Entretien se tourne vers l’État pour faire reconnaître d’utilité publique leur action et avoir son soutien.

L’Association Eco Entretien se tourne vers l’État pour faire reconnaître d’utilité publique leur action et avoir son soutien.
L’Association Eco Entretien se tourne vers l’État pour faire reconnaître d’utilité publique leur action et avoir son soutien.

Alors que ce tiennent actuellement les Assises Nationales de la mobilité, l’Association Eco Entretien (AEE), qui fédère désormais les principaux syndicats des services automobiles (CNPA, FEDA, FIEV, FNA et SPP), appelle le Gouvernement à prendre des mesures pour soutenir le déploiement de l’Eco Entretien.

Pour rappel, Eco Entretien est un programme encadré (labellisé Ecocert Environnement) qui vise, via un diagnostic moteur spécifique et un entretien rigoureux, à assainir le parc roulant en terme d’émissions polluantes. Pour l’AEE, il est aussi un enjeu de santé, de création d’emplois et d’économie pour les ménages en limitant la consommation de carburant et en prévenant d’éventuelles pannes. L’Eco Entretien concerne en priorité 18 millions de véhicules de plus de 4 ans.

Lors de deux précédentes consultations, AAE a émis cinq demandes au Gouvernement :

- La mise en place d’une aide financière pour encourager les automobilistes à recourir à l’Eco Entretien. « L’État pourrait prendre à sa charge le coût de réalisation du premier diagnostic » estime Jacques Rifflart, Président de l’Association. Le coût du diagnostic est établit autour des 30 euros.

- La création d’un dispositif de reconnaissance des comportements vertueux des automobilistes. Les mieux notés pourrait alors profiter d’avantages liés à la mobilité.

- Le lancement d’une campagne nationale dès 2018 de mise en avant des ateliers labellisés Eco Entretien.

- La mise en place d’une aide financière pour accompagner l’investissement des ateliers dans l’achat d’équipements homologués à la pratique de l’Eco Entretien. A ce jour, seuls 2 analyseurs de gaz et six produits de traitement sont homologués. L’investissement nécessaire s’élève entre 4000 et 9000 euros auxquels s’ajoutent 75 euros par an de labellisation.

- L’investissement des pouvoirs publics dans une mission d’informations et de recherche sur l’Eco Entretien.

Des réponses attendues le 12 décembre

Les Assises nationales de la mobilité rendra son rapport dans quelques jours, le 12 décembre. Tous les membres de l’AEE espèrent un joli coup de pouce du Gouvernement pour déployer à l’échelle nationale l’Eco Entretien qui représente une véritable opportunité de développement pour le SAV automobile en panne de croissance.

L’Association espère que plus de 5 000 ateliers seront en mesure de pratiquer l’Eco Entretien d’ici un an. Soit dix fois plus qu’actuellement. « Seuls 25 % des ateliers auront la capacité à proposer l’Eco Entretien » indique Jacques Rifflart.

A ce jour, mis à part les réseaux constructeurs, une grande majorité d’enseignes multimarque propose, ou sont en passe de la faire, l’Eco Entretien dont le protocole a demandé 10 ans de développement.

Dans la même rubrique :

  • PIEC : le Conseil d’Etat suspend en partie l’arrêté d’application
    PIEC : le Conseil d’Etat suspend en partie l’arrêté d’application
  • EBP MéCa passe du DMS au BMS
    EBP MéCa passe du DMS au BMS
  • La FFC représente les 150 membres de la FFA
    La FFC représente les 150 membres de la FFA
  • L’U.E. rend le freinage d’urgence et l’adaptateur de vitesse obligatoires
    L’U.E. rend le freinage d’urgence et l’adaptateur de vitesse obligatoires
  • La France compte 32 455 ateliers
    La France compte 32 455 ateliers
  • Grand débat national : les doléances du CNPA
    Grand débat national : les doléances du CNPA
  • Daf Conseil dévoile les 10 formations les plus sollicitées
    Daf Conseil dévoile les 10 formations les plus sollicitées
  • Philippe Baudin prend la présidence d’Equip Auto
    Philippe Baudin prend la présidence d’Equip Auto
  • Occasions électriques : 1,2 % de part de marché en mars
    Occasions électriques : 1,2 % de part de marché en mars
  • Véhicules électriques : le déploiement des points de charge se poursuit
    Véhicules électriques : le déploiement des points de charge se poursuit
  • Expédicar et ProovStation élues start-up de l’année
    Expédicar et ProovStation élues start-up de l’année
  • [Vidéo] Au sommaire du Décision Atelier d’avril 2019
    [Vidéo] Au sommaire du Décision Atelier d’avril 2019
  • Quels scénarios pour la fin des véhicules thermiques en 2040 ?
    Quels scénarios pour la fin des véhicules thermiques en 2040 ?
  • IRP Auto Solidarité-Prévention : un bilan 2018 positif
    IRP Auto Solidarité-Prévention : un bilan 2018 positif
  • Turbo’s Hoet fournit l’assistance
    Turbo’s Hoet fournit l’assistance

Newsletter
Recherche