Épaves roulantes : le retour

Publié le par .

Des véhicules antérieurement accidentés ont été remis à la circulation après des réparations et des contrôles exécutés brièvement par des experts.

Épaves roulantes : le retour

Début avril, plus de 1 000 conducteurs ont reçu un courrier de la délégation interministérielle à la sécurité routière avec le motif suivant : « Des doutes très sérieux existent quant à la qualité des réparations effectuées. » L’organisme les enjoignant à faire expertiser d’urgence leur véhicule, considéré comme potentiellement dangereux. Les automobilismes ayant reçu cette lettre doivent impérativement présenter leur véhicule avant le 30 juin pour le faire examiner, sous peine d’interdiction de rouler. À fin mai, 180 expertises avaient été effectuées et plus d’un tiers des véhicules classés comme « dangereux », impropres à la circulation.

Tous ces véhicules ont été contrôlés par le même expert automobile. Un homme de 37 ans, qui travaillait dans le Val-de-Marne. Mais ses victimes se situent dans toute la France. L’homme est visé par une enquête préliminaire du parquet d’Évry (Essonne), qui lui a signifié une interdiction administrative d’exercer. Des anomalies comme des airbags absents ou non conformes, des soudures incorrectes sur des éléments de sécurité sont relevées sur ces véhicules.

Des faits qui se sont déjà produits

En 2015 un scandale avait déjà éclaté après la remise frauduleuse en circulation de véhicules par trois experts du Val-d’Oise. Le ministère de l’Intérieur en avait rappelé 5 000 ; au total 1 100 étaient des épaves « dangereuses » et 1 600 avaient reçu l’interdiction de rouler. Citons encore une autre affaire, celle d’un expert ayant réparé à la va-vite une Renault Clio qui a causé la mort d’un jeune homme de 22 ans dans l’Essonne.

Cette combine est due à des experts malhonnêtes qui valident des réparations faites la plupart du temps avec des pièces d’occasion ou volées. « On peut trouver deux ou trois experts de ce type par département » assure de son côté Florian Mourgues, du Syndicat des experts automobiles indépendants. Une nouvelle commission disciplinaire supervisée par le Gouvernement tentera de rétablir l’ordre. Malgré son inactivité depuis plusieurs années, elle doit tenir une première session en juin. « Il suffirait d’inspecter 10 % des experts et de vérifier qu’ils ont bien les photos de suivi des réparations et les factures des pièces remplacées » estime une source judiciaire, qui dénonce « un manque de volonté gouvernementale ».

Mots clefs associés à cet article : Expertise, Assurance

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Le CNPA obtient des engagements sur la prime à la conversion
    Le CNPA obtient des engagements sur la prime à la conversion
  • Auto1 Group fête ses cinq ans d’implantation en France
    Auto1 Group fête ses cinq ans d’implantation en France
  • Hyundai Motor France confie son remarketing à BCAuto Enchères
    Hyundai Motor France confie son remarketing à BCAuto Enchères
  • Baromètre Autoviza : 2e édition du « comportement d’achat de VO » par les Français
    Baromètre Autoviza : 2e édition du « comportement d’achat de VO » par les Français
  • Le Gouvernement publie les nouveaux critères de la prime à la conversion
    Le Gouvernement publie les nouveaux critères de la prime à la conversion
  • La cote des diesels résiste
    La cote des diesels résiste
  • Horizon Drive fête les 100 000 visiteurs sur son site
    Horizon Drive fête les 100 000 visiteurs sur son site
  • À quoi ressemble la voiture moyenne d’occasion en 2018 ?
    À quoi ressemble la voiture moyenne d’occasion en 2018 ?
  • Marché de l’occasion : + 1 % sur le semestre
    Marché de l’occasion : + 1 % sur le semestre
  • Leboncoin.fr et l’automobile : toujours davantage
    Leboncoin.fr et l’automobile : toujours davantage
  • Avec Spoticar, PSA s’attaque au VO multimarque
    Avec Spoticar, PSA s’attaque au VO multimarque
  • WeProov lance son outil de chiffrage automatique
    WeProov lance son outil de chiffrage automatique
  • VO : des transactions entre particuliers peu rassurantes
    VO : des transactions entre particuliers peu rassurantes
  • Stampyt signe avec PSA, Toyota et Nissan
    Stampyt signe avec PSA, Toyota et Nissan
  • Le marché de l’occasion au top en avril
    Le marché de l’occasion au top en avril

Newsletter
Recherche