Expertise, un Code déontologique pour la sérénité

Publié le par .

Expertise, un Code déontologique pour la sérénité

C’est sur le très stratégique thème de la déontologie que l’ANEA (syndicat des experts) a souhaité débattre dans le cadre de son 9e congrès, qui s’est tenu ce vendredi. En ouverture de la manifestation, son président Philippe Ouvrard a d’emblée insisté sur la nécessité absolue qu’ont les experts de se doter d’un règlement officiel de déontologie comme les professions libérales règlementées que sont par exemple les avocats ou encore les médecins.

Car, si surprenant soit-il, les experts, pourtant sous la tutelle du ministère des Transports, ne profitent pas d’un Code de déontologie réglementaire validé par décret par le Conseil d’État. En France, seule une vingtaine de professions est encadrée légalement par un tel Code d’exercice du métier. L’ANEA se lance donc aujourd’hui au sein de la CFEA (Confédération française des experts en automobile) dans une grande réflexion qui devrait mener à la mise en place reconnue de ce Code, qui prendrait le relais de la charte professionnelle existante mais peu influente légalement à ce jour.

Souder et structurer la profession

Ce Code de déontologie devrait servir les intérêts d’une profession chahutée et soumise à de nombreuses pressions. Il devrait reprendre les aspects moraux, éthiques et réglementaires de l’expertise majoritairement au service de la sécurité.

Au travers de ce Code à venir, l’ANEA souhaite renforcer la valeur identitaire d’un métier souvent méprisé. Il devrait être le contre-pouvoir des pressions économiques qui rongent l’indépendance de l’expert. Près de 50 % d’entre eux avouent écorner parfois leur déontologie pour satisfaire une mission. Et 60 % de la profession déclare qu’avoir une posture déontologique ne lui profite pas. Preuve, s’il en faut, que l’expertise n’est pas une profession franchement reconnue et respectée.

Ce Code devrait, de plus, structurer et souder une profession qui manque de corporatisme. Son élaboration devrait être suivie de la mise en place d’une commission disciplinaire officielle qui n’existe pas aujourd’hui. Celle-ci devrait voir le jour au sein de la CNEA (Commission nationale des experts en automobile) comme l’a souligné Ludovic Guillaume, sous-directeur de l’action interministérielle à la délégation à la sécurité et à la circulation routières.

Dans la même rubrique :

  • Five Star promeut Repair Zen
    Five Star promeut Repair Zen
  • Albax électrifie sa flotte de véhicules
    Albax électrifie sa flotte de véhicules
  • Gruau sort de la procédure de sauvegarde
    Gruau sort de la procédure de sauvegarde
  • Careden au service de la carrosserie légère
    Careden au service de la carrosserie légère
  • Symach DryKing : la cabine pensée pour doubler le nombre de cycles
    Symach DryKing : la cabine pensée pour doubler le nombre de cycles
  • Les assureurs maintiennent leurs mesures de soutien aux carrossiers
    Les assureurs maintiennent leurs mesures de soutien aux carrossiers
  • Assercar et AkzoNobel deviennent partenaires
    Assercar et AkzoNobel deviennent partenaires
  • Métiffiot affiche en grand son savoir-faire
    Métiffiot affiche en grand son savoir-faire
  • [Rencontre] Thomas Kretzschmar, Prefikar (ex-Nobilas)
    [Rencontre] Thomas Kretzschmar, Prefikar (ex-Nobilas)
  • Fix Auto agrandit son maillage
    Fix Auto agrandit son maillage
  • Five Star plaide pour la mutualisation
    Five Star plaide pour la mutualisation
  • Carflex soutient l’économie locale
    Carflex soutient l’économie locale
  • Alliance Automotive Group et la tentation du vitrage
    Alliance Automotive Group et la tentation du vitrage
  • Siliglass approche les 30 centres
    Siliglass approche les 30 centres
  • Dekra teste l’intelligence artificielle avec ProovStation
    Dekra teste l’intelligence artificielle avec ProovStation

Newsletter
Recherche