Franchisé OTOP, la bonne affaire ?

Publié le par .

L’enseigne de distribution OTOP débarque en France. Elle promet des prix de vente 30 % moins chers que ceux du circuit traditionnel. Sa réussite repose sur l’implantation de points relais sous le format de la franchise. L’opération est-elle rentable pour un franchisé ? Éléments de réponse.

La franchise relais OTOP pourrait dégager un salaire compris entre 40 000 et 55 000 euros par salarié.
La franchise relais OTOP pourrait dégager un salaire compris entre 40 000 et 55 000 euros par salarié.

Le réseau de points relais OTOP reste la clé de voûte du dispositif de distribution de l’enseigne. Ses fondateurs visent un maillage de 181 centres d’ici à 2020, au rythme de six à huit ouvertures par mois. Les trente initiaux seront détenus en propre avec comme premiers secteurs couverts ceux de Chartres, Orléans et Tours.

Les points OTOP sont des structures légères de 200 m2, sans stock. Leur rôle est de réceptionner la marchandise, d’assurer les livraisons en matinée, d’assumer la relation client et de gérer les retours. L’ensemble se fait sans informatique, seulement à partir d’une application sur smartphone. Les centres doivent être pourvus d’un accès contrôlé pour les utilitaires légers afin de permettre aux garagistes de venir récupérer eux-mêmes leurs commandes s’ils le souhaitent.

Un investissement de 80 000 euros

Pour devenir franchisé, il faut disposer d’un apport compris entre 25 000 et 30 000 euros pour un investissement de 80 000 euros. Le maillage imaginé par la centrale doit permettre à chaque centre de pouvoir toucher 170 garages avec l’objectif prudent d’avoir une soixantaine de clients actifs par zone et d’atteindre, par atelier, 20 000 euros d’achat par an (un peu plus de 10 % de ses achats), soit un chiffre d’affaires total de 1,2 million d’euros.

Le franchiseur promet une rémunération attractive pour les dirigeants des points relais. Ils toucheront 6,5 % des ventes, soit 78 000 euros par an. À cela s’ajoute la commission des livraisons, qui pourrait atteindre environ 130 euros par jour, soit 28 000 euros par an. Sur ce point, pour être rentable, le relais devra réellement optimiser sa tournée. Car, à 6,50 euros la livraison, le livreur ne devra pas dépasser les 13 kilomètres au risque de perdre de l’argent.

Un salaire compris entre 40 000 et 55 000 euros par salarié

Autre source de revenus, une part variable versée sous forme de prime « qualité » dont le montant n’a pas été révélé. OTOP assure qu’un relais pourrait dégager un salaire compris entre 40 000 et 55 000 euros par salarié, sachant qu’un centre pourrait en avoir deux.

OTOP sera présent au prochain Salon Franchise Expo Paris, en mars, pour nouer contact avec des investisseurs.

Mots clefs associés à cet article : Newdis OTOP

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Ucar progresse en 2018
    Ucar progresse en 2018
  • Point S ou le nouveau canal publicitaire
    Point S ou le nouveau canal publicitaire
  • Mondial Pare-Brise multiplie les campagnes pour ses 20 ans
    Mondial Pare-Brise multiplie les campagnes pour ses 20 ans
  • Adas : Texa va équiper les 320 centres Mondial Pare-Brise
    Adas : Texa va équiper les 320 centres Mondial Pare-Brise
  • Euromaster annonce de nouvelles nominations
    Euromaster annonce de nouvelles nominations
  • Siligom affûte sa communication
    Siligom affûte sa communication
  • First Stop met les bouchées doubles sur le recrutement
    First Stop met les bouchées doubles sur le recrutement
  • Euromaster : 22 centres agréés pour la pose réglementaire d’éthylotests
    Euromaster : 22 centres agréés pour la pose réglementaire d’éthylotests
  • BestDrive a désormais sa propre gamme de pneus
    BestDrive a désormais sa propre gamme de pneus
  • First Stop renforce son maillage
    First Stop renforce son maillage
  • Euromaster accélère dans l’entretien préventif des flottes
    Euromaster accélère dans l’entretien préventif des flottes
  • Euromaster et France Pare-Brise s’associent
    Euromaster et France Pare-Brise s’associent
  • Indra : + 30 % de chiffre d’affaires en 2018
    Indra : + 30 % de chiffre d’affaires en 2018
  • Pneumatiques : un marché morose imputé aux Gilets jaunes
    Pneumatiques : un marché morose imputé aux Gilets jaunes
  • Euromaster nomme un nouveau directeur des systèmes d’information
    Euromaster nomme un nouveau directeur des systèmes d’information

Newsletter
Recherche