Grands Prix des Réseaux : ce que nous apprend l’étude

Publié le par .

Au-delà des Prix, l’étude des Grands Prix des Réseaux, réalisée annuellement par Kantar TNS, s’impose comme l’unique baromètre de l’activité des réseaux de MRA.

Nathalie Quéré Robillard, responsable de l'étude des Grands Prix des Réseaux (Arms) chez Kantar TNS
Nathalie Quéré Robillard, responsable de l'étude des Grands Prix des Réseaux (Arms) chez Kantar TNS

Les enseignes de MRA sont-elles un réel soutien à l’activité des ateliers ? C’est la question centrale posée par les Grands Prix des Réseaux qu’organise depuis treize ans notre journal en partenariat avec Kantar TNS.

D’une manière globale, l’étude de montre que 55 % des adhérents jugent très bonne voire excellente la performance globale de leur enseigne. Un chiffre en progression de 2 points par rapport à 2016 (la notation s’effectue sur cinq niveaux : excellent/très bon/bon/moyen/mauvais). Mais un fort écart existe entre les panneaux avec un taux qui va de 32 % pour les réseaux les moins bien notés à 79 % pour les meilleurs.

Accompagner davantage sur la technique et la gestion

La fourniture en pièces reste la dimension la mieux notée avec un taux de performance de 49 %, toutefois en recul (– 3 points par rapport à 2016). L’étude montre que 55 % des ateliers n’achètent pas exclusivement à leur enseigne, avec un taux de fidélité d’achat de 71 %. Le manque de disponibilité de la pièce, le délai de livraison et le prix restent dans l’ordre les trois principales raisons d’achats extérieurs.

L’animation du réseau recueille un taux de performance de 41 %, en hausse de 4 points. Si le relationnel reste bon, il ressort que le manque de réunions en local et l’insuffisance de prise de considération des attentes des adhérents pèchent.

La communication et le marketing progressent de 4 points et s’établissent à 38 % de taux de performance. Un peu plus de la moitié des ateliers estime que la communication a un impact positif, voire très positif sur ses entrées en atelier. Les solutions de fidélisation et de marketing prédictif restent encore à améliorer.

Le digital (performance du site internet) progresse de 2 points avec une note de performance de 36 %. À noter que 78 % des ateliers jugent que le site de l’enseigne permet de faire connaître le garage et de le localiser, mais seulement 44 % pensent qu’il génère du trafic. La possibilité de faire un devis en ligne est un avantage pour 57 % des adhérents. Le taux chute à 49 % pour ce qui concerne la prise de rendez-vous en ligne. En bas de classement de la performance on retrouve le support technique (34 %), la formation (31 %) et l’aide à la gestion (15 %) avec des taux quasi stables depuis l’an passé.

46 % des adhérents déclarent un chiffre d’affaires en hausse

Mais, comme on dit, « seul le résultat compte ». Et sur ce point, la chose est positive puisque 46 % des adhérents déclarent un chiffre d’affaires en hausse, c’est 6 points de plus que l’an passé. Une hausse estimée à 16 %. À l’inverse, 39 % (–1 point par rapport à 2016) déclarent un CA en baisse de 12 %. Le chiffre d’affaires moyen hors taxes d’un adhérent est cette année de 504 000 euros, contre 475 000 euros en 2016, soit une hausse de 6 %.

De manière immuable, la politique commerciale (28 % des répondants), l’animation (25 %) et la communication (22 %) sont les principaux axes d’amélioration attendus par les adhérents. Un quatrième axe pourrait dans les prochaines années faire sont apparition : le développement du business avec les flottes alors que les ventes de voitures aux entreprises progressent et représentent désormais un tiers des immatriculations. Sur ce point, 36 % seulement des ateliers MRA sous enseigne estiment que le réseau a contribué au développement de leurs affaires grands comptes. Peut mieux faire.

Le profil type du garage adhérant à une enseigne :

– 6,3 ans d’ancienneté d’adhésion.
– 54 % ont une activité de carrosserie.
– 64 % font de la vente de véhicules neufs.
– 78 % font de la vente de véhicules d’occasion.
– 20 % font de la location de véhicule.
– 27 entrées ateliers par semaine.
– 504 000 euros de chiffre d’affaires hors taxes.
– 3,7 salariés en moyenne à l’atelier.
– 2 chances sur 3 qu’il arbore une de ces quatre enseignes : Euro Repar Car Service, AD, Autoprimo ou Motrio.

Dans la même rubrique :

  • [Vidéo] Eurorepar Car Service en super héros de l’entretien
    [Vidéo] Eurorepar Car Service en super héros de l’entretien
  • Bosch Classic et Form/Ulting au service des anciennes
    Bosch Classic et Form/Ulting au service des anciennes
  • NexusAuto a un nouveau directeur réseau
    NexusAuto a un nouveau directeur réseau
  • Top Garage et Top Carrosserie : devenir la référence technique
    Top Garage et Top Carrosserie : devenir la référence technique
  • Bosch Car Service : Jérôme Magloire comme manager
    Bosch Car Service : Jérôme Magloire comme manager
  • Bosch Car Service étend son maillage
    Bosch Car Service étend son maillage
  • Alliance Automotive se dote d’un nouveau directeur du développement des réseaux
    Alliance Automotive se dote d’un nouveau directeur du développement des réseaux
  • Formation : Autodistribution passe à l’offensive
    Formation : Autodistribution passe à l’offensive
  • Avatacar : permettre aux MRA de se positionner face aux centres-autos
    Avatacar : permettre aux MRA de se positionner face aux centres-autos
  • Autofit poursuit son extension extra-régional
    Autofit poursuit son extension extra-régional
  • Proximeca enrichit son application dédiée
    Proximeca enrichit son application dédiée
  • AutoFirst France choisit Autel pour le diagnostic
    AutoFirst France choisit Autel pour le diagnostic
  • AutoFirst France, un nouveau style de communication
    AutoFirst France, un nouveau style de communication
  • AutoFirst vise 100 ateliers en 2020
    AutoFirst vise 100 ateliers en 2020
  • Bosch Classic Service, un réseau à part entière
    Bosch Classic Service, un réseau à part entière

Newsletter
Recherche