Iveco en mode reconquête

Publié le par .

Après deux années de restructuration et de perte de vitesse, Iveco France affiche des ambitions de reconquête du marché. Nouveaux camions, nouveau programme SAV, développement du maillage, positionnement affirmé sur les énergies alternatives, arrivée programmée de l’électrique…, la marque italo-américaine aborde 2020 avec de nouveaux arguments à faire valoir.

Le camion électrique Nikola TRE d'Iveco sera commercialisé l'an prochain (© Iveco)
Le camion électrique Nikola TRE d'Iveco sera commercialisé l'an prochain (© Iveco)

Depuis deux ans, sur la partie poids lourds, les chiffres sont dans le rouge pour Iveco, qui a fait le choix assumé de ralentir ses ventes directes aux grands comptes afin de favoriser celles conclues par ses distributeurs, au nombre de trente-huit.

L’an passé, sur un marché en croissance, le constructeur a vu ses ventes reculer de 25 % en moyen-tonnage (7,5 à 16 tonnes) et de 0,1 % en plus de 16 tonnes. Une perte en partie rattrapée par sa bonne tenue sur le créneau de la construction (+ 17 %), des ventes d’occasion (+ 7,8 %) et des pièces détachées (+ 7 %). La marque progresse de même sur les ventes de camions au gaz (+ 4 %), dont elle reste de loin le leader avec plus de 50 % de part de marché et 634 immatriculations. Au global, Iveco France, aidé aussi par les ventes de l’utilitaire Daily, a vu son chiffre d’affaires augmenter de 7,5 % à 1,7 milliard d’euros.

« Si nos ventes ont globalement baissé l’an dernier, il n’en reste pas moins que notre carnet de commandes a enregistré une augmentation de 15 %. Et l’année 2020 commence fort » affirme Thierry Kilidjean, directeur général d’Iveco France.

Gagner 50 points de services

Selon le dirigeant, cette contre-performance des ventes peut s’expliquer aussi par une saturation de son réseau de distribution avec des ateliers qui débordent de véhicules. Un constat encore plus vrai pour ce qui concerne le Daily avec un parc qui devrait atteindre les 148 000 véhicules en 2024 contre 118 000 cette année. « Nous serons dans l’obligation de passer de 197 points de service à 247 centres d’ici à quatre ans » commente le directeur. Un challenge de taille alors que le réseau Iveco n’a crû que de 2 centres l’an passé.

Connecter les ateliers

Pour réussir son pari de reconquête en 2020, la marque italo-américaine, mise avant tout sur la qualité de son service après-vente avec la mise en place du projet dédié « Horizon » qui doit s’étaler sur deux ans. « Nous devons transformer notre SAV qui n’a pas évolué depuis trente ans et le faire passer à l’ère du numérique » commente Jérôme Cheronnet, customer & product support chez Iveco.

La marque programme de faire monter en compétences son réseau. Elle a mis en place un plan d’évaluation des compétences et souhaite délivrer des certifications au niveau de différentes spécialités comme le gaz, le diesel, l’électricité, l’électronique, la réception, etc. Des audits d’atelier sont aussi programmés. Elle mise aussi sur le développement des contrats de service « Elements », qui accompagnent déjà 41 % de ventes. Sur un parc de 27 000 véhicules couvert par un contrat, 60 % concernent la maintenance.

À l’image de ce que propose déjà Scania, ces contrats peuvent être proposés de manière flexible en considérant en temps réel certaines données issues du camion et de ses composants. L’analyse de ces données, par un centre de contrôle basé en Italie, définira les besoins en maintenance et planifiera un rendez-vous en atelier. Un cas de besoin d’une intervention d’urgence, un référant prendra la main sur le camion pour un dépannage à distance si possible (programme Remote Assistance Service). De plus, de nouveaux fourgons d’assistance seront prochainement sur les routes.

Remettre sur la route en moins de six heures

Le projet Horizon concerne aussi la logistique pièce avec la mise en place de plates-formes de distribution qui auront pour mission d’accélérer les livraisons. « Nous devront être capable d’intervenir sur un camion en moins de 6 heures. Si nous sommes hors délais, un véhicule de courtoisie sera mis à disposition » promet le responsable du SAV.

Malgré une année 2020 qui s’annonce en léger repli, Iveco compte bien redevenir un acteur majeur sur le marché des plus de 16 tonnes qui le place aujourd’hui à la 7eme et dernière place avec 5 % de part de marché. Fort de son nouveau modèle S-Way, vendu d’office connecté et accompagné de packs de garanties techniques, la marque compte atteindre les 9 % de part de marché et écouler 4000 camions, soit 1500 véhicules de plus que l’an passé. Un sacré défi où il faudra reconquérir les clients partis à la concurrence, notamment chez Scania qui a réalisé une année 2019 en nette progression.

Sur le moyen tonnage (modèle Eurocargo), Iveco vise les 25 % de part de marché (1 100 immatriculations dont 200 au gaz) contre 18 % en 2019. Il lui faudra vendre 335 véhicules de plus. Autres objectifs : consolider ses positions sur la construction avec le X-Way et rester le leader du transport durable et les énergies alternatives. « Nous ambitionnons de vendre plus de 800 véhicules aux gaz cette année » souligne Christophe Jacques, directeur commercial.

Un modèle électrique dés l’an prochain

Pour faire la course en tête en matière d’énergie alternative, Iveco a un atout de poids. Celui du partenariat passé en septembre dernier avec Nikola. Le constructeur a annoncé qu’il va démarrer au cours du premier trimestre 2021, en Allemagne, sur son site d’Ulm, la fabrication de son premier modèle électrique : le Nikola TRE. Le très séduisant camion est basé sur la plate-forme du S-WAY. Il fonctionne sur batterie, première étape vers l’électrique à pile à combustible prévu en 2023.

Les tests devraient commencer à la mi-2020 avec des prototypes présentés au salon IAA 2020 à Hanovre en septembre. Le véhicule se distingue de la concurrence par son architecture : le groupe électrique propulseur (480 kW) n’est pas placé sur l’essieu directeur mais sur le second essieu, libérant ainsi de la place pour l’implantation de la batterie (720 kWh) et des réservoirs d’hydrogène dans la version à pile à combustible.

Mots clefs associés à cet article : Iveco

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Renault Trucks accompagne ses clients dans le financement de leur véhicule électrique
    Renault Trucks accompagne ses clients dans le financement de leur véhicule électrique
  • MAN dévoile sa nouvelle génération de camions
    MAN dévoile sa nouvelle génération de camions
  • Scania lance sa première gamme de camions électriques
    Scania lance sa première gamme de camions électriques
  • Hydrogène : Daimler Trucks avance ses pions
    Hydrogène : Daimler Trucks avance ses pions
  • Renault lance l’atypique T X-Port
    Renault lance l’atypique T X-Port
  • Volkswagen veut vraiment prendre le contrôle de Navistar
    Volkswagen veut vraiment prendre le contrôle de Navistar
  • « Ultimate Racing » : la dernière série limitée de l’Actros Mercedes
    « Ultimate Racing » : la dernière série limitée de l’Actros Mercedes
  • Scania favorise l’équipement d’un kit de sécurité
    Scania favorise l’équipement d’un kit de sécurité
  • DAF présente le CF Electric à autonomie prolongée
    DAF présente le CF Electric à autonomie prolongée
  • Mercedes-Benz eActros séduit DB Schenker
    Mercedes-Benz eActros séduit DB Schenker
  • Lancement officiel du Volta Zero
    Lancement officiel du Volta Zero
  • Emilio Portillo nommé directeur général d’Iveco France
    Emilio Portillo nommé directeur général d’Iveco France
  • Fuso présente le eCanter SensorCollect
    Fuso présente le eCanter SensorCollect
  • Volvo dévoile le nouveau FH
    Volvo dévoile le nouveau FH
  • Pelayo reste fidèle à Mercedes-Benz
    Pelayo reste fidèle à Mercedes-Benz

Newsletter
Recherche