LKQ Europe : l’heure est à la consolidation

Publié le par .

Après de multiples acquisitions de groupes de distribution de pièces détachées en Europe, l’américain LKQ Corporation entame la phase de consolidation et de rationalisation de ses activités en Europe. Un plan qui devra être achevé en 2021. Coût estimé des opérations : 170 millions d’euros.

Arnd Franz, DG de LKQ Europe, a pour tâche de consolider les activités du groupe en Europe.
Arnd Franz, DG de LKQ Europe, a pour tâche de consolider les activités du groupe en Europe.

Avec désormais un nouveau directeur général à sa tête, Arnd Franz, nommé le 15 août dernier, LKQ Europe souhaite entamer, à travers l’opération « 1 LKQ Europ », une phase de consolidation et de rationalisation de ses multiples sociétés acquises sur le Vieux Continent depuis une dizaine d’années.

On parle ici des groupements de distribution Stahlgruber en Allemagne, Auto Kelly en Tchéquie, Elit en Roumanie, Euro Car parts au Royaume-Uni, Rhiag Group en Italie et Sator Holding aux Pays-Bas. S’ajoutent à cela les 27 % de parts que possède LQK dans le groupement suédois Mekonomen.

21 pays, 1 100 points de vente

Avec ses sept groupements, LKQ, premier grossiste en Europe, rayonne dans une vingtaine de pays. L’ensemble représente 1 100 points de vente et 27 000 salariés. Manquent à son tableau de chasse l’Espagne, le Portugal et la France, où l’américain n’est à ce jour que très peu présent. Certains observateurs imaginent que LKQ pourrait s’emparer de Parts Holding Europe (Autodistribution, ACR Group, Doyen Auto, Mondial Pare-Brise…), que cherche à céder le fonds Bain capital. Si cela n’est que spéculation, il n’en reste pas moins que LKQ, fort de ses 700 000 clients professionnels et de ses 5,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, aurait les moyens de racheter notre grossiste national.

Pour autant, LKQ en Europe reste un empilement de sociétés avec des synergies très limitées. Un millefeuille qui combine 29 logiciels de gestion, 24 organisations financières, 38 centres d’appels téléphoniques, 15 réseaux d’adresses email, 50 catalogues électroniques, 10 catalogues papier recensant son offre globale de 500 000 références de pièces, dont certaines vendues sous 90 marques de distribution !

On imagine facilement les pertes de rentabilité et de profits engendrées par ce manque d’harmonisation, tant au niveau de l’organisation opérationnelle que de l’offre. Impensable pour le groupe de Chicago, coté en Bourse, qui doit défendre ses bénéfices encore faibles en Europe (ebitda à 7,7 % sur le deuxième quadrimestre 2019 contre 7,3 % sur le premier quadrimestre 2018. Par comparaison, PHE affiche un ebitda à 9,3 %) du fait de ses acquisitions, dont celle de Stahlgruber. En Avril dernier, LKQ Europe a annoncé qu’elle avait identifié plusieurs entreprises qu’elle comptait vendre au cours de la prochaine année. La firme vient de cèder la majorité de ses affaires en Bulgarie.

Réaliser de notables économies d’échelle et gagner en compétitivité

À travers son programme « 1 LKQ Europe », le distributeur souhaite réaliser de notables économies d’échelle et gagner en compétitivité. Le plan consiste en priorité à rationaliser le catalogue*, à accélérer sur la pièce de carrosserie, à mettre en place un outil de gestion commun et à avoir un siège social en Europe.

« 1 LKQ Europe » pourrait faire gagner 2 % de bénéfice à LKQ en 2021 et porter son ebitda entre 9,5 % et 11 %. Mais le plan a également un coût, que le fournisseur estime jusqu’à 170 millions d’euros sur la période 2019-2021.

* À ce jour, LKQ Europe traite avec 1 800 fournisseurs pour un montant d’achat de 3,3 milliards d’euros. Les quarante principaux fournisseurs représentent 60 % de ses achats. Des négociations avec eux sont en cours pour étendre les délais de paiement. Ce qui pourrait faire gagner à LKQ 183 millions d’euros.

Mots clefs associés à cet article : LKQ

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Alternative Autoparts passe le cap des 100 adhérents
    Alternative Autoparts passe le cap des 100 adhérents
  • Nexus Automotive International se structure en Chine
    Nexus Automotive International se structure en Chine
  • LKQ Europe : « Nous sortirons plus forts de la crise ! »
    LKQ Europe : « Nous sortirons plus forts de la crise ! »
  • Avec « Oust ! » Alliance Automotive Group cherche à capter les véhicules à recycler
    Avec « Oust ! » Alliance Automotive Group cherche à capter les véhicules à recycler
  • Le Brésilien Gerson Prado élu président de Nexus Automotive International
    Le Brésilien Gerson Prado élu président de Nexus Automotive International
  • Comment le Covid-19 a bouleversé la distribution de pièces en Europe
    Comment le Covid-19 a bouleversé la distribution de pièces en Europe
  • Van Heck Interpieces France développe ses services clients
    Van Heck Interpieces France développe ses services clients
  • Autodistribution optimiste pour combler le retard
    Autodistribution optimiste pour combler le retard
  • Auto Pièces Atlantique – Carmoine ouvre sa seconde plate-forme logistique
    Auto Pièces Atlantique – Carmoine ouvre sa seconde plate-forme logistique
  • Doyen Auto s’étend au Benelux
    Doyen Auto s’étend au Benelux
  • FRPA intègre la recherche de pièces par l’immatriculation
    FRPA intègre la recherche de pièces par l’immatriculation
  • Plan de relance : la Feda écrit à Bruno Le Maire
    Plan de relance : la Feda écrit à Bruno Le Maire
  • Alternative Autoparts agrandit la famille
    Alternative Autoparts agrandit la famille
  • Le distributeur MGA alerte sur l’escroquerie dont il fait l’objet
    Le distributeur MGA alerte sur l’escroquerie dont il fait l’objet
  • Alliance Automotive Group se prépare à la reprise
    Alliance Automotive Group se prépare à la reprise

Newsletter
Recherche