VN : la FNA saisit les pouvoirs publics

Publié le par .

La Fédération nationale de l’automobile dénonce une « déstabilisation du commerce intracommunautaire de véhicules dont les consommateurs seront les premières victimes ».

Malus écologique et commerce intracommunautaire, vers une égalité de traitement. (© FNA)
Malus écologique et commerce intracommunautaire, vers une égalité de traitement. (© FNA)

La loi de finances 2020 prévoit à l’article 69 deux barèmes de taxation distincts à partir du 1er mars 2020.
-  Barème 1 : applicable aux véhicules homologués selon le cycle WLTP, au taux d’émission de CO2 de 138 g/km.
-  Barème 2 : applicable aux véhicules homologués selon le cycle NEDC ou sans information CO2.

Selon la FNA, cette disposition vient alourdir la taxation des véhicules NEDC. Ainsi, toujours selon la Fédération, les pouvoirs publics opèrent une différence de traitement entre les véhicules homologués WLTP issus du marché national et ceux issus du marché intracommunautaire.

En ce qui concerne l’e-COC, le certificat de conformité électronique, à partir du 1er mars une différence de traitement sera opérée entre les véhicules homologués WLTP suivant qu’ils disposent ou non d’un e-CoC (en raison de contraintes techniques liées au SIV). Ainsi, lorsque le véhicule dispose d’un e-Coc, il bénéficiera du barème 1, basé sur le taux de CO2. Dans le cas contraire, il sera soumis au barème 2 et sera taxé en fonction de sa puissance fiscale. La FNA rappelle que seuls les véhicules neufs destinés au marché français disposeront d’un e-Coc. Par conséquent, les VN issus d’autres pays de l’UE (et non destinés au marché français) n’auront pas d’e-Coc.

La Fédération nationale de l’automobile saisit les pouvoirs publics

La FNA soulève deux difficultés juridiques qui reposent sur l’interprétation des deux baromètres. D’une part, elle la juge « non conforme aux dispositions de la loi de finances, qui n’opèrent pas de distinction entre les véhicules homologués WLTP ». Et d’autre part, elle considère que la loi de finances « constitue une inégalité de traitement caractérisée entre les véhicules du marché national et les acquisitions intracommunautaires ».

La Fédération conclut par la caractérisation d’une « atteinte aux règles de la concurrence, au détriment des consommateurs et des milliers de professionnels de l’automobile français concernés ».

Mots clefs associés à cet article : FNA

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Plan de relance : la filière du bioéthanol attend des réponses de l’État
    Plan de relance : la filière du bioéthanol attend des réponses de l’État
  • Hausse des vols par piratage électronique
    Hausse des vols par piratage électronique
  • OuiGlass rejoint la FFC
    OuiGlass rejoint la FFC
  • Daf Conseil pousse les formations à distance
    Daf Conseil pousse les formations à distance
  • Plan de relance : l’association Éco Entretien dénonce les 98 % d’automobilistes oubliés
    Plan de relance : l’association Éco Entretien dénonce les 98 % d’automobilistes oubliés
  • Plan de relance : la FNA déplore l’absence de mesures pour les services
    Plan de relance : la FNA déplore l’absence de mesures pour les services
  • [Vidéo] Entretien avec Claire Cano-Houllier, Hiflow
    [Vidéo] Entretien avec Claire Cano-Houllier, Hiflow
  • Plan de relance : le CNPA requiert des mesures pour l’après-vente
    Plan de relance : le CNPA requiert des mesures pour l’après-vente
  • [Vidéo] Entretien avec Laurent Assis-Arantes, Opisto
    [Vidéo] Entretien avec Laurent Assis-Arantes, Opisto
  • Le CNPA dresse la liste des propositions pour secourir les services automobiles
    Le CNPA dresse la liste des propositions pour secourir les services automobiles
  • Club Identicar s’intéresse à l’usage de l’auto après le confinement
    Club Identicar s’intéresse à l’usage de l’auto après le confinement
  • Autoéco maintient les Trophées de l’environnement
    Autoéco maintient les Trophées de l’environnement
  • Renault déploie Zity à Paris
    Renault déploie Zity à Paris
  • La branche plaide pour la mise en place d’un chèque éco-entretien de 100 euros
    La branche plaide pour la mise en place d’un chèque éco-entretien de 100 euros
  • Garage : l’activité repart sur les chapeaux de roue
    Garage : l’activité repart sur les chapeaux de roue

Newsletter
Recherche