La LOM renforce la séparation entre contrôle technique et commerce automobile

Publié le par .

Dans une note, le CNPA rappelle que fin 2021 il ne sera plus possible pour le gérant d’un centre de contrôle technique, comme pour ses salariés, d’avoir en parallèle une activité commerciale dans l’automobile.

Fin 2021, il ne sera plus possible pour le gérant d’un centre de contrôle technique, comme pour ses salariés, d’avoir en parallèle une activité commerciale dans l’automobile.
Fin 2021, il ne sera plus possible pour le gérant d’un centre de contrôle technique, comme pour ses salariés, d’avoir en parallèle une activité commerciale dans l’automobile.

Une disposition de la loi n° 2019-1428 du 24 décembre 2019 d’orientation des mobilités (LOM), publiée au Journal officiel du 26 décembre 2019, vise à renforcer la séparation entre contrôle technique et réparation et commerce automobiles.

En conséquence de quoi, l’article de la LOM modifie la première partie de l’article L323-1 du Code de la route. Cette modification a été apportée par un amendement du député Jean-Luc Fugit, qui explique que « cet amendement prévoit d’interdire aux exploitants de centres de contrôle technique l’exercice d’une activité dans le commerce ou la réparation automobile afin de garantir l’objectivité et l’impartialité des contrôles et leur indépendance vis-à-vis de la réparation et du commerce automobiles ».
Selon l’élu, certains contrôleurs font en effet assez régulièrement l’objet de pressions de la part d’exploitants de centres de contrôle, ce qui conduit parfois à la réalisation de contrôles non conformes à la réglementation. « Cette dérive s’observe d’autant plus quand l’exploitant du centre est lui-même propriétaire d’un garage », souligne le député de la République en marche.

Séparation effective le 26 décembre 2021

Le risque engendré par cette situation a été mis en évidence début 2018 après un accident de la circulation aux conséquences graves. L’enquête de la gendarmerie a démontré que des contrôles techniques de complaisance avaient été réalisés, sur pression du gérant, pour des véhicules mis en vente par une société qu’il dirigeait et que ces contrôles ne satisfaisaient pas aux exigences minimales de sécurité routière.

Cet article entrera en vigueur deux ans après la publication de la présente loi, soit le 26 décembre 2021. À partir de cette date, l’exploitant du centre, le contrôleur ou toute autre personne travaillant dans un centre de contrôle technique ou un réseau national de contrôle technique ne pourra exercer une activité dans la réparation ou le commerce automobile.

Également à cette date, l’exploitant d’un centre de contrôle technique ne se verra plus délivrer d’agrément s’il a fait l’objet d’une condamnation inscrite au bulletin n° 2 de son casier judiciaire.

Mots clefs associés à cet article : Contrôle technique

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Autovision maintient la formation de ses contrôleurs à distance
    Autovision maintient la formation de ses contrôleurs à distance
  • SGS acquiert le groupe Moreau
    SGS acquiert le groupe Moreau
  • Dekra joue la transparence
    Dekra joue la transparence
  • SGS acquiert CTA Gallet
    SGS acquiert CTA Gallet
  • Contrôle technique : un délai de 104 jours et pas de date butoir
    Contrôle technique : un délai de 104 jours et pas de date butoir
  • Modification des délais du contrôle technique
    Modification des délais du contrôle technique
  • Dekra se prépare à une grosse reprise
    Dekra se prépare à une grosse reprise
  • [Vidéo] Bernard Bourrier présente le plan de relance d’Autovision
    [Vidéo] Bernard Bourrier présente le plan de relance d’Autovision
  • Autosur forme en visio-conférence
    Autosur forme en visio-conférence
  • Autovision poursuit la formation des contrôleurs mais à distance
    Autovision poursuit la formation des contrôleurs mais à distance
  • Geoffrey Michalak nommé directeur technique et formation au sein de SGS
    Geoffrey Michalak nommé directeur technique et formation au sein de SGS
  • Covid-19 : le Gouvernement acte un délai de trois mois pour le contrôle technique
    Covid-19 : le Gouvernement acte un délai de trois mois pour le contrôle technique
  • Covid-19 : l’appel à l’aide des contrôleurs techniques
    Covid-19 : l’appel à l’aide des contrôleurs techniques
  • Covid-19 : qu’en est-il du contrôle technique ?
    Covid-19 : qu’en est-il du contrôle technique ?
  • Contrôle technique : nette baisse de fréquentation en 2019
    Contrôle technique : nette baisse de fréquentation en 2019

Newsletter
Recherche