Le diesel regretté par 29 % des rouleurs « essence »

Publié le par .

Une étude du journal L’Argus montre que le retour contraint à l’essence est loin de ravir l’ensemble des conducteurs devant subir une hausse notable de consommation de carburant.

29 % des conducteurs de véhicules à essence viendront ou reviendront au diesel (déclaratif).
29 % des conducteurs de véhicules à essence viendront ou reviendront au diesel (déclaratif).

Tout est fait au niveau du Gouvernement pour détourner les automobilistes des moteurs Diesel. À tel point qu’ils ne représentent aujourd’hui plus que 34,5 % des ventes au premier trimestre 2019, contre encore 73 % en 2012. Alors contents les automobilistes contraints de se tourner vers l’essence ? Pas tout à fait à en croire une enquête menée par nos confrères de L’Argus auprès de plus de six cents de ses lecteurs.

Parmi les répondants ayant acheté un véhicule essence ces trois dernières années, seuls 32 % considèrent leur consommation comme ne constituant pas un sujet de préoccupation. Pour les 68 % restants, le constat est amer, et leur consommation d’essence est décrite comme « excessive ».

Parmi eux, seuls 19 % déclarent que leur prochain véhicule restera un modèle essence, tandis que 21 % se disent prêts à franchir le pas vers l’hybride ou bien la motorisation 100 % électrique. Enfin, 30 % des sondés estiment la consommation de leur véhicule excessive, au point de se déclarer prêts à passer ou repasser au diesel pour leur prochaine acquisition.

En résumé, la moitié des automobilistes ayant acquis un véhicule essence ces trois dernières années ont l’intention de rester sur cette technologie pour leur prochain véhicule, tandis que 29 % d’entre eux viendront ou reviendront au diesel.

Un taux confirmé par le fait qu’environ 20 % des SUV essence loués par des particuliers en contrat LOA reviennent prématurément en concession pour cause d’une consommation trop coûteuse.

« Vingt-deux millions de véhicules diesel circulent toujours sur nos routes. L’erreur absolue consisterait à les détruire prématurément pour les remplacer par des voitures essence plus gourmandes et plus coûteuses à l’usage, alors même qu’ils peuvent encore faire le bonheur des gros rouleurs ruraux et périurbains », prévient L’Argus.

Mots clefs associés à cet article : Étude

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • BYmyCAR poursuit son expansion
    BYmyCAR poursuit son expansion
  •  Prime à la conversion : 200 000 véhicules de plus
    Prime à la conversion : 200 000 véhicules de plus
  • La voiture moyenne monte en gamme
    La voiture moyenne monte en gamme
  • PSA Aftermarket booste son offre en pièces d’occasions avec le rachat de B-Parts.com
    PSA Aftermarket booste son offre en pièces d’occasions avec le rachat de B-Parts.com
  • Mopar et son forfait d’assainissement de l’habitacle
    Mopar et son forfait d’assainissement de l’habitacle
  • Toyota présente sa nouvelle identité visuelle
    Toyota présente sa nouvelle identité visuelle
  • Ford et ALD Automotive se lancent dans la gestion de flotte
    Ford et ALD Automotive se lancent dans la gestion de flotte
  • Plus de 13 millions de véhicules rappelés depuis le début de l’année dans le monde
    Plus de 13 millions de véhicules rappelés depuis le début de l’année dans le monde
  • Nissan dévoile son nouveau logo
    Nissan dévoile son nouveau logo
  • Le groupe Renault crée Elexent
    Le groupe Renault crée Elexent
  • Les ventes de véhicules électriques et hybrides explosent en juin
    Les ventes de véhicules électriques et hybrides explosent en juin
  • Le groupe PSA pousse l’assurance connectée
    Le groupe PSA pousse l’assurance connectée
  • Le top 10 des distributeurs pèse 40 % de la distribution automobile
    Le top 10 des distributeurs pèse 40 % de la distribution automobile
  • PSA Aftermarket lance une boutique en ligne d’accessoires
    PSA Aftermarket lance une boutique en ligne d’accessoires
  • Ford présente son filtre à air
    Ford présente son filtre à air

Newsletter
Recherche