Le nouveau visage de Flauraud

Publié le par .

Désormais entre les mains du géant de la distribution automobile PGA Motors, le groupe Flauraud souhaite changer de braquet tout en gardant son ADN de proximité. Son nouveau directeur général, Erwann Chatelais, se livre pour la première fois sur les changements d’une entreprise restée longtemps familiale.

Erwann Chatelais, nouveau directeur général de Flauraud.
Erwann Chatelais, nouveau directeur général de Flauraud.

Plus de deux ans après son rachat par PGA Motors, lui-même racheté par le groupe suisse Emil Frey, le distributeur Flauraud affiche ses nouvelles ambitions. La société, profitant de nouveaux investissements de sa maison mère et désormais dirigée par Erwann Chatelais (transfert d’Emil Frey), a revu ses fondamentaux notamment dans le domaine de la logistique, de son offre de pièces et du digital.

3 millions d’euros investis dans l’entrepôt national

Flauraud a investi trois millions d’euros dans un projet d’automatisation de sa plate-forme nationale de Clermont-Ferrand, qui au passage va gagner en superficie de stockage par le biais de mezzanines. Une meilleure gestion de l’entrepôt est au programme, ainsi que la mécanisation de l’emballage. Prévue pour une mise en route dès 2019, cette modernisation doit permettre de gagner de la compétitivité logistique tout en renforçant le taux de service. « Nous étions incapables de regrouper les commandes du jour d’un même client dans un même carton. Ce ne sera plus le cas demain », affirme réjouit Erwann Chatelais.

Démocratiser les commandes en ligne

Flauraud souhaite aussi pousser le digital avec son catalogue web maison Mecasystems. À ce jour, en moyenne 27 % du chiffre d’affaires du distributeur (25 millions d’euros) est apporté par les commandes en ligne. « Mecasystems est et sera à terme un outil commercial fondamental pour Flauraud, mais aussi un outil de productivité incontournable pour nos clients », explique le directeur général. La société a mis en place un service dédié au catalogue avec pour mission de rendre plus sûre l’identification des pièces afin de réduire considérablement les erreurs de commande.

Développer les ventes Technik’A

Concernant l’offre de pièces, un focus particulier a été porté sur la marque Technik’A, que Flauraud ne souhaite pas qualifier de marque de distribution mais plutôt de marque « équipementière » exclusive avec une importante profondeur d’offre (90 à 98 % de taux de couverture selon les familles). « Si l’offre équipementière reste incontournable et nécessaire, néanmoins, Technik’A est et restera le principal levier de différenciation » commente Erwann Chatelais.

Le responsable vise les 20 millions d’euros réalisés cette année par le biais de sa marque, qui reste 25 % moins chère que le premium et qui couvre 7 000 références. La marque premier prix Linkcar, proposant des produits de grande diffusion vendus 50 % moins chers que le premium, sera aussi déployée à plus grande échelle. Flauraud entend aussi se développer plus fortement sur le pneumatique. Le distributeur vient de signer avec Michelin avec l’appui de PGA.

Gagner une dimension nationale

De nouveaux services devraient apparaître concernant le contenu de l’enseigne de garages Club Auto Conseil, pilotée par Flauraud, et qui compte 216 membres. Si le dirigeant ne souhaite pas en dire davantage, il ne cache pas sa volonté de donner à Flauraud et à son réseau de MRA une dimension nationale et une position de leader.

Entretien à découvrir dans son intégralité dans notre numéro 132 de juillet/août à paraître.

Mots clefs associés à cet article : Flauraud

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Ce qu’attendent les garagistes européens de leur distributeur
    Ce qu’attendent les garagistes européens de leur distributeur
  • Alternative Autoparts grossit ses rangs
    Alternative Autoparts grossit ses rangs
  • [Vidéo] #Connect Aftermarket rassemble la distribution de pièces détachées à Deauville
    [Vidéo] #Connect Aftermarket rassemble la distribution de pièces détachées à Deauville
  • Pièces captives : la protection opposable passe à dix ans
    Pièces captives : la protection opposable passe à dix ans
  • 2e édition de #CONNECT Aftermarket : le monde de la pièce de rechange se retrouve à Deauville
    2e édition de #CONNECT Aftermarket : le monde de la pièce de rechange se retrouve à Deauville
  • Les 18 bougies du groupe Odis
    Les 18 bougies du groupe Odis
  • Autodistribution fait son entrée sur le marché espagnol
    Autodistribution fait son entrée sur le marché espagnol
  • Dapex s’impose sur le marché de la pièce électrique et de direction
    Dapex s’impose sur le marché de la pièce électrique et de direction
  • Parts Advisor choisit Opisto pour la pièce d’occasion
    Parts Advisor choisit Opisto pour la pièce d’occasion
  •   [Evènement] #Connect Aftermarket : Deauville, Capitale de la distribution pièces.
    [Evènement] #Connect Aftermarket : Deauville, Capitale de la distribution pièces.
  • Amerigo tient sa première convention
    Amerigo tient sa première convention
  • Une direction générale groupe chez Parts Holding Europe
    Une direction générale groupe chez Parts Holding Europe
  • Parts Holding Europe : 15 % de croissance en 2018
    Parts Holding Europe : 15 % de croissance en 2018
  • Bernard Cambier rejoint Automotor France
    Bernard Cambier rejoint Automotor France
  • Hella fait appel à IDLP pour ses livraisons urgentes
    Hella fait appel à IDLP pour ses livraisons urgentes

Newsletter
Recherche