Le secteur du transport routier de marchandises s’insurge contre le projet de loi Climat et résilience

Publié le par .

Le projet de loi Climat et résilience en examen à l’Assemblée nationale, et dernièrement voté par les députés, prévoit des mesures lourdes pour le secteur du transport routier. Les professionnels rejettent en bloc le texte et menace d’agir pour faire entendre leur point de vue.

Les professionnels rejettent en bloc le texte Climat et résilience et menace d’agir pour faire entendre leur point de vue.
Les professionnels rejettent en bloc le texte Climat et résilience et menace d’agir pour faire entendre leur point de vue.

Depuis le 29 mars dernier, le projet de loi Climat et résilience est en examen à l’Assemblée nationale. Les députés ont voté le titre III du texte, intitulé « Se déplacer ». L’objectif : rendre les moyens de transports moins polluants. Concernant le transport routier de marchandises, la loi prévoit des mesures « ambitieuses ».

Le texte va notamment fixer un objectif de suppression progressive de l’avantage fiscal sur la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) entre 2023 et 2030 ; donner la possibilité aux régions de mettre en place une contribution spécifique ; rendre obligatoire une formation régulière à l’écoconduite ; ou encore fixer des objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre des transports utilisés par les entreprises en amont et en aval de leurs activités avec, notamment, la fin de vente des poids lourds utilisant majoritairement des énergies fossiles en 2040. Le biogaz et les biocarburants resteraient autorisés.

Les trois organisations patronales du secteur, FNTR, Union TLF et OTRE, ont vivement réagi à ce vote. «  Les députés de la majorité viennent de voter des mesures qui vont peser lourd sur les finances des entreprises françaises du transport et de la logistique, sur l’emploi et sur le portefeuille des citoyens. Ce texte se résume à des mesures fiscales sans effet environnemental. Il se traduira par une hausse sans précédent des prix du transport qui sera répercutée sur les consommateurs. Ce sont bien les Français qui paieront la facture finale ! » se sont-elles exprimées.

Pour les syndicats, le texte n’apporte aucune solution concrète pour accompagner les entreprises dans leur transition énergétique. Ils dénoncent une fois de plus une approche fiscale purement punitive alors même que pour remplacer intégralement les flottes de véhicules par des motorisations dites propres, il faut se situer dans un calendrier réaliste. Quand seront-ils véritablement disponibles en masse ? Quand disposera-t-on de réseaux appropriés d’avitaillement pour distribuer l’énergie ? Autant de questions qui restent encore sans réponse.

Les organisations rappellent que les hausses de fiscalité votées vont d’abord affecter les entreprises françaises les rendant encore moins compétitives face à leurs concurrents étrangers. « Un comble dans un secteur où la France souffre déjà d’une concurrence féroce et où le pavillon français a perdu 80 % de ses parts de marché à l’international en vingt ans » s’agacent-elles et de prévenir que le secteur ne restera pas sans agir pour contrer de telles mesures.

Mots clefs associés à cet article : Transport

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Pourquoi Technal retient PTV Group pour optimiser ses tournées ?
    Pourquoi Technal retient PTV Group pour optimiser ses tournées ?
  • Les Transports Guidez renouvellent leur confiance à Paki Logistics
    Les Transports Guidez renouvellent leur confiance à Paki Logistics
  • Star Service passe le cap des 2 millions de doses de vaccins anti-Covid livrées
    Star Service passe le cap des 2 millions de doses de vaccins anti-Covid livrées
  • Daikin nomme Christophe Obino à la direction du « froid transporté »
    Daikin nomme Christophe Obino à la direction du « froid transporté »
  • 2ème Semaine nationale du Transport routier de marchandises
    2ème Semaine nationale du Transport routier de marchandises
  • Baromètre FNTR : les dirigeants n’ont toujours pas le moral
    Baromètre FNTR : les dirigeants n’ont toujours pas le moral
  • Le groupe Delisle rachète les transports Antoine
    Le groupe Delisle rachète les transports Antoine
  • Kuehne+Nagel lance le KN EuroLink Scheduler
    Kuehne+Nagel lance le KN EuroLink Scheduler
  • Vion Food Group vise 8 % de réduction des émissions de CO<sub>2</sub>
    Vion Food Group vise 8 % de réduction des émissions de CO2
  • Le groupe Blondel digitalise ses activités avec Shippeo
    Le groupe Blondel digitalise ses activités avec Shippeo
  • Covid-19 : baromètre CNR, février 2021
    Covid-19 : baromètre CNR, février 2021
  • Travail dissimulé dans le transport routier, Djebbari réagit
    Travail dissimulé dans le transport routier, Djebbari réagit
  • Kuehne+Nagel en mode bas carbone
    Kuehne+Nagel en mode bas carbone
  • DHL : le vert est mis !
    DHL : le vert est mis !
  • Beaudet Lemaitre Transports intègre Tred Union
    Beaudet Lemaitre Transports intègre Tred Union

Newsletter
Recherche